Medias

Togo : Au moins une dizaine de journaux ont un procès en justice

par Panafrican News Agency (PANA) , le 27 août 2010, publié sur ufctogo.com

 

Au moins une dizaine de journaux au Togo passeront dans les prochains jours devant la Justice pour répondre de délits de presse, a appris la PANA de sources proches des associations de médias.

Selon des informations recoupées par la PANA ce vendredi, la plupart de ces délits concernent la diffamation et publication de fausses information.

Ces journaux sont : ’L’Indépendant Express’ dont le procès prévu pour le 25 août dernier est reporté au mercredi prochain. Ce journal est poursuivi pour atteinte à l’honneur et diffamation à l’égard du chef de l’Etat Faure Gnassingbé, qui réclame 100 millions de FCFA (environ 200.000 dollars US) à l’hebdomadaire.

’Tribune d’Afrique’, lui, a été condamné le 25 août dernier à payer 60 millions de FCFA, soit 120 000 dollars US à Mey Gnassingbé, demi-frère de Faure Gnassingbé, pour diffamation et atteinte à l’honneur.

’Liberté’, ’Forum de la Semaine’ et ’Le Correcteur’ sont en procès depuis juin sur plainte de la Police nationale. Ces trois journaux ont accusé des éléments de la police d’avoir causé l’accident d’un conducteur de moto-taxi qui en a perdu la vie. La police a démenti l’allégation et a assigné les journaux en question à la justice.

L’affaire est pendante devant la Cour d’Appel de Lomé.

Prosper Lallemand, chroniqueur sportif à Radio Victoire, a une affaire pendante en justice sur plainte de l’international togolais de football, Emmanuel Shéyi Adébayor pour diffamation et fausses nouvelles.

’Le Magnan Libéré’ et ’Flambeau des démocrates’ sont poursuivis sur plainte des sociétés privées à Lomé pour publication de fausses informations.

De sources proches de l’Observatoire togolais des média (OTM), certaines affaires ont été réglées à l’amiable, sinon les cas en justice devraient dépasser vingt.

Outre les cas en justice, de sources proches des médias, il existe une liste de journalistes à éliminer à cause de leurs critiques acerbes vis-à-vis du pouvoir en place.

Depuis la présidentielle du 4 mars 2010, le ton de la presse vis-à-vis du pouvoir a changé. Les journaux accusent le pouvoir de ne pas oeuvrer pour la promotion de la démocratie et des droits de l’homme, et surtout de ne rien faire pour le développement du pays. Des critiques que ne digère pas le pouvoir qui, depuis juin, attaque les journaux en justice.

Lomé - Pana

 

© Copyright Panafrican News Agency (PANA) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
29 avril 2017
Lomé 31°C (à 10h)