Politique

Sur les défis à relever par le Premier Ministre togolais au lendemain des législatives du 25 juillet 2013

par Pascal Kossivi ADJAMAGBO , le 23 juillet 2013, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 29.4 ko

Les signaux clignotant sur le tableau de bord politique, économique et social togolais sont inquiétants, voire alarmants. Il est urgent de provoquer un électrochoc par l’action conjuguée du gouvernement togolais et de tout le peuple togolais pour rompre avec la culture de la médiocrité et de la mauvaise gouvernance et renouer avec la culture de l’excellence et de la bonne gouvernance si chère au Père de l’Indépendance Togolaise.

En effet, avec un PIB par habitant en 2011 de 900 $, le Togo se classe au rang 215 sur 226 pays, alors que son voisin de l’Ouest le Ghana, avec un PIB par habitant en 2011 de 3100 $ se hisse au rang 177, et que son voisin de l’Est, le Bénin, et son voisin enclavé du Nord, sans ressources minières, avec chacun un PIB par habitant de 1500 $ en 2011, se retrouvent au rang 199. La situation n’est pas beaucoup plus brillante quant au Produit National Brut. Avec un PNB en 2011 de 6,5 milliards de $, le Togo occupe de rang 155, tandis que Ghana avec un PNB en 2011 de 75,9 milliards de $ est classé 80e, le Burkina avec un PNB en 2011 de 22,32 milliards de $ est classé 121e, le Benin avec un PNB en 2011 de 14, 87 milliards de $ est classé 137e. Avec des niveaux aussi bas de PIB et de PNB, le meilleur niveau du taux de croissance du Togo, évalué à 4,1 en 2011, et le situant au 96e rang mondial, n’est pas très significatif ou flatteur, d’autant plus que le Ghana avec un taux de 13,6 la même année, occupe le rang mondial enviable de 4e, le Burkina avec un taux de 5,6 occupe le rang mondial honorable de 54e, alors que le Bénin avec un taux de 3,1, occupe le rang mondial plus modeste de 119e. Quant à la mesure objective de la mauvaise gouvernance et de la corruption au Togo, dans le dernier classement annuel par Transparency International datant de décembre 2012 de la perception de la corruption dans le secteur public, le Togo occupe le rang humiliant de 128e sur 176, tandis que le Ghana occupe le rang plus honorable de 45e, le Burkina, c’est-à-dire « le pays des hommes intègres », le 83e rang, et le Bénin le 94e. Le chiffre le plus inquiétant est l’indice de la perception du bonheur publié par des économistes américains le 1er avril 2012 selon lequel le Togo occupe le « dernier rang de l’humanité », alors que l’hymne national togolais exhorte tous les togolais à faire de leur pays « l’or de l’humanité ».

Ces chiffres confirment le constat que le Togo, la « Nation Pilote » dont l’historien et ancien « commandant de Cercle » français au Togo, Robert Cornevin, a fait l’éloge à l’aube de son indépendance dans son livre « Togo, Nation Pilote », est en panne politique, économique et sociale depuis le parricide du Père de l’Indépendance togolaise, comme en témoigne l’état symptomatique de délabrement avancé de ses rues, de ses routes, de la plupart de ses équipements publics, dont le symbole le plus navrant est le CHU de la Capitale togolaise qui est devenu un véritable mouroir, comme le Chef de l’Etat togolais l’a lui-même déploré dans son message au peuple togolais pour la dernière fête nationale du 27 avril 2013. Cette panne se traduit entre autres par un manque crucial de production de richesses et de création d’emplois, facteurs de création et de croissance du bien-être. Cette panne se traduit en particulier par la baisse de près de la moitié de la production de café et de cacao par rapport à son niveau à l’aube de l’indépendance, alors que pendant ce temps la population a été multipliée par 4. Il en est de même de la production du phosphate, la principale ressource minière du Togo.

Il est donc plus urgent que jamais de « ré-enchanter le rêve togolais », comme l’avait promis pour la France le candidat François Hollande à la présidence française, le rêve de l’indépendance togolaise totale, le rêve célèbre de « Ablode Gbadja », qui consiste à « Aimer, servir, se dépasser, faire encore de toi sans nous lasser, Togo chéri, l’or de l’humanité ».

Il est donc plus urgent que jamais que la « Nation Pilote » du « soleil des indépendances » africaines redevienne « la Suisse de l’Afrique », en exploitant la petitesse de sa taille pour en faire un laboratoire de développement économique et social pour tout le continent africain.

A cette fin, il est donc plus urgent que jamais que les responsables politiques, religieux, et associatifs, ainsi que les leaders d’opinion mettent tout en œuvre pour insuffler un puissant dynamisme économique aux togolais, pour leur inspirer de l’ambition économique et de l’amour pour leur devise nationale « travail, liberté, patrie », faisant ainsi du « travail » la première valeur nationale à cultiver et à promouvoir par tous les togolais.

Toujours à cette fin, il est plus nécessaire et urgent que jamais que le Président de la République Togolaise fasse appel à un Premier Ministre qui puisse incarner ce dynamisme économique et cet amour de la devise nationale, qui soit comme la locomotive du train du Togo resté en quai depuis de trop longues décennies.

Il est plus nécessaire que jamais que le Premier Ministre soit un véritable « chef d’orchestre » d’un « gouvernement d’experts », pour que tous ses membres puissent jouer avec harmonie et virtuosité la « partition » écrite par le Président de la République dans sa feuille de route.

A cette fin, il est plus nécessaire et urgent que jamais que le Premier Ministre togolais ne soit pas seulement ce chef d’orchestre inspiré par la partition qu’il doit interpréter au sens musical, mais aussi et surtout ce chef d’orchestre qui inspire et entraîne tous les autres membres de l’orchestre gouvernemental par son charisme, son dynamisme, son envie de réussir, de « ré-enchanter le rêve togolais » de faire du Togo « l’or de l’humanité ».
Il est nécessaire et urgent plus que jamais que le Premier ministre togolais étende le charisme, le dynamisme, et l’effet d’entraînement de ses fonctions de chef d’orchestre à l’orchestre de tout le peuple togolais, pour permettre à tout le peuple togolais de jouer enfin en chœur et à cœur joie la symphonie proposée dans son « message au peuple togolais » le 27 mai 2010 par le Président de l’Union des Forces de Changement du Togo et « Père de la Démocrate Togolaise » à la faveur de « la paix des braves togolais », « la symphonie de la réconciliation nationale, de la paix et de la concorde retrouvées, de l’alternance politique pacifique enfin en marche vers son achèvement en 2015 », permettant ainsi au Président actuel de la République Togolaise de rentrer par la grande porte dans l’histoire du Togo et de l’Afrique et d’y rester comme « Père de la Perestroïka (rénovation) et de la Glasnost (transparence) togolaises » ayant permis « l’alternance politique pacifique au Togo » au terme voulu par Dieu, et ayant permis l’exhaussement de « la prière pour la paix au Togo » récitée avec ferveur et sans relâche par des millions de croyants togolais depuis 1992 :

« Que partout sur notre terre s’affermissent la sécurité et la paix ;

 Et qu’ainsi dans notre pays les ennemis se réconcilient,
Les adversaires se tendent la main,
Les groupes et les familles qui s’opposaient

Acceptent de faire route ensemble,
Et que l’Amour triomphe de la haine ».

Pour la beauté et la justesse de cette « symphonie de la réconciliation nationale, de la paix et de la concorde retrouvées, de l’alternance politique pacifique enfin en marche vers son achèvement en 2015 », le nouveau Premier Ministre Togolais devra tout mettre en œuvre pour que cette réconciliation s’opère d’abord au sein même de la grande famille éclatée et divisée de l’opposition togolaise, avant de s’étendre à toute la classe politique togolaise.

Puissent tous les hommes de bonne volonté et tous les artisans de paix au Togo et dans le monde apporter leurs précieux concours au choix de ce Premier Ministre idéal Togolais, et puissent-ils en être récompensés conformément à la promesse évangélique : « Bienheureux les artisans de paix, ils seront appelés enfants de Dieu ! »

Références
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...
http://www.ufctogo.com/togolais-vie...

 

© Copyright Pascal Kossivi ADJAMAGBO

Ingénieur de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées de Paris
Docteur d’Etat en Mathématiques et Agrégé de Mathématiques Professeur à l’Université Paris 6
Membre du Panel de Haut Niveau de l’Union Africaine pour la Science, la Technologie et l’Innovation

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
25 mai 2017
Lomé 23°C (à 14h)