UFCTOGO.COM

Union des Forces de Changement pour un Togo libre et démocratique !

Lomé, édition texte du 11 avril 2021  -  Voir l'édition graphique [6]


Menu [5]  >   Accueil [1]  >   Editorial [2]  >  Edito

Kodjo, l’impunité et le royaume des barbares

par UFCTOGO.COM le 20 mars 2006, publié sur ufctogo.com

Pendant que le régime aux abois cherche à faire diversion en diffusant de fausses rumeurs sur l’opposition et en diffamant ses leaders au travers de la presse poubelle, le sous-chef du gang des barbares, M. Edem Kodjo, vient de décider de protéger ses ouailles en demandant qu’aucune suite ne soit donnée aux violences lors de l’accession de Faure Gnassingbé au pouvoir.

En effet, l’annonce des résultats truqués du 26 avril 2005, donnant vainqueur de la présidentielle Faure Gnassingbé, un des fils du général Eyadéma Gnassingbé, décédé le 5 février 2005, avait déclenché une vague de violences et de répression contre la population togolaise, notamment dans les milieux de l’opposition.

Les organisations de Défense des Droits de l’homme togolaises et internationales avaient fait état de 500 à 1000 morts. Selon le Haut commissariat pour les réfugiés de l’ONU (HCR), plus de 40.000 Togolais se sont réfugiés dans les pays voisins au Bénin et au Ghana, à la suite de ces violences.

M. Kodjo a expliqué sa décision par un « souci d’apaisement total et de réconciliation nationale, afin de favoriser le retour des réfugiés et des personnes déplacées suite aux évènements survenus avant, pendant et après l’élection du 24 avril 2005 ». Il va donc falloir expliquer à tous ces réfugiés qu’il peuvent revenir au Togo et que leurs bourreaux les attendent à bras ouverts. Seuls les « crimes de sang » ne bénéficieront pas de cette mesure de clémence, d’après le premier ministre du pouvoir illégitime.

Les tortures, les disparitions, les rapts effectués par les forces de sécurité, les conditions inhumaines pour les prisonniers, les arrestations arbitraires, les privations des droits humains fondamentaux, la restriction de la presse, les mutilations et viols sur les femmes, les violences sur les enfants sont donc à mettre aux oubliettes du royaume des barbares.

L’Etat de droit n’émergera au Togo que si la justice peut effectuer son travail en toute indépendance. Prolonger l’impunité qui sévit dans notre pays depuis tant d’années ne peut que conforter les bourreaux et culpabiliser les victimes. En continuant dans cette direction, Gnassingbé II et ses barbares ne font que mener notre pays au bord du gouffre et de la guerre civile.

© Copyright UFCTOGO.COM

Haut de la page [8]



A propos de l’édition en mode texte de UFCTOGO.COM

Cette page vise à améliorer le confort de lecture des internautes qui ne disposent que d’une connexion bas débit ou d’un terminal en mode texte (VT, tablette braille, synthétiseur vocal...).

UFC Togo Copyright 1998-2010 | Webmastering EDS | Powered by SPIP | Contact