Gilchrist olympio

Prise d’otage d’un Togolais au Niger

par Gilchrist Olympio , le 7 octobre 2010, publié sur ufctogo.com

 

DECLARATION SOLENNELLE DU PRESIDENT NATIONAL DE L’UNION DES FORCES DU CHANGEMENT AU TOGO (UFC)
A PROPOS DE LA PRISE D’OTAGE D’UN TOGOLAIS AU NIGER
PAR UN GROUPE DE MALFAITEURS SE RECLAMANT DE ALQAIDA

A l’attention
du peuple martyr togolais
des autorités politiques et religieuses togolaises
des autorités politiques et religieuses africaines
spécialement des responsables de l’Union Africaine
de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest
et des autorités politiques et religieuses malgaches
des autorités politiques et religieuses françaises
des autorités politiques et religieuses européennes
des autorités politiques et religieuses américaines

Pour la première fois dans l’histoire chargée de douleurs du peuple martyr togolais, un de ses fils travaillant au Niger, du nom de Alex Kodjo Ahonado, originaire de Davié, dans la préfecture du Zio, et employé de la société française Satom, a été pris en otage dans la nuit du 15 au 16 septembre 2010 dans la ville de Arlit au Nord ouest du Niger, par un « groupe de malfaiteurs » sous la houlette de l’arabe algérien Abou Zeïd, avec la complicité de noirs africains parlant Haoussa, se réclamant de la « nébuleuse multinationale terroriste, et islamique » Al-Qaïda. Malheureusement, notre compatriote partage son malheur avec un collègue malgache, quatre autres français et de la compagne de l’un de ces derniers.

Au nom de la solidarité nationale du « Pays de nos Aïeux », nous tenons à exprimer en notre nom personnel et au nom de toute l’Union des Forces du Changement au Togo, notre compassion, notre soutien moral et nos prières à notre cher compatriote, afin que ce malheureux événement connaisse un heureux dénouement.

Nous invitons tout le peuple togolais et ses divers organes religieuses, humanitaires et politiques à s’unir et à joindre leurs efforts pour manifester cette solidarité envers notre compatriote dans le malheur, par des actions concrètes de mobilisation sous des formes variées religieuses, humanitaires, civiques et politiques, pour envoyer des signaux forts tant à notre compatriote qu’à ses ravisseurs, et à exiger sa libération immédiate et inconditionnelle, ainsi que celle de tous ses co-détenus, sans aucune discrimination raciale ou nationale.

Au nom de la solidarité africaine et humaine, nous tenons également à exprimer la même compassion et le même soutien moral et religieux à tous les autres otages, et lançons le même appel de mobilisation à tous leurs compatriotes et aux diverses composantes religieuses, humanitaires, civiques et politiques de leurs pays respectifs, pour que cette dernière prise d’otage soit la dernière goutte qui fait déborder le vase de la tolérance par l’humanité civilisée d’actes de barbarie sous le prétexte de la perversion de l’islam que représente l’islamisme et que nous tenons à ne pas confondre avec l’islam.

Nous lançons donc un appel pressant aux autorités musulmanes de notre pays, de notre continent et du monde entier, pour qu’enfin elles se décident à manifester leur détermination à combattre l’islamisme de l’intérieur et à l’intérieur de l’islam, comme la démocratie occidentale a combattu le nazisme de l’intérieur et à l’intérieur de la démocratie.

Nous estimons que le recul et l’éradication complète de l’amalgame entre islam et islamisme est à ce prix, et que c’est à l’islam officiel de prendre ses responsabilités en prenant la tête de la lutte sans complaisance et sans merci contre l’islamisme, avec le soutien toutes les autres institutions religieuses et politiques concernées, afin d’éviter toute ambiguïté d’islamophobie.

Nous lançons enfin un appel aux autorités politiques togolaises, malgaches, africaines et françaises, spécialement aux responsables de l’Union Africaine et de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), pour qu’au delà de leur mobilisation exemplaire pour un heureux épilogue à la crise de la présente prise d’otages, ils engagent des actions énergiques et durables pour éliminer du continent africain toutes les « mines idéologiques » qui menacent la paix et le développement de l’Afrique, mère de l’humanité et de la civilisation.

Fait à Lomé, le 7 octobre 2010

Le Président National de l’UFC
Gilchrist OLYMPIO

 

© Copyright Gilchrist Olympio

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
28 juin 2017
Lomé 27°C (à 17h)