politique

Politique : A Aného, André Johnson promet ne pas être un démagogue

par Yelian le 16 décembre 2018, publié sur ufctogo.com

Pour les élections législatives du 20 décembre prochain, l’Union des Forces de Changement (UFC) continue de mobiliser les électeurs pour le maximum de sièges à l’Assemblée Nationale.

 

A Aného 50 km de la capitale, c’est la tête de liste dans la préfecture des Lacs, André JONHSON qui était en un grand meeting samedi pour présenter les candidats en lice et dévoiler les grandes lignes de son projet de société à mettre en ligne de mire une fois élu à l’Assemblée Nationale.

Les populations, les militants et sympathisants ont été sensibilisés sur les nouvelles idéologies du parti, celles de faire désormais la politique sans violence pour une alternance pacifique, faire du Togo un pays où le changement ne doit pas se faire à n’importe quel prix, à coup de sang versé mais dans la paix et la tolérance.

Pour Isaac TCHIAKPE, Conseiller du Président National de l’UFC, « la politique doit être fait autrement dans notre pays au risque de donner force à l’immobilisme et l’extrémisme qui ne favorisent pas le développement socio-économique et politique. C’est pourquoi, il est temps d’enterrer la hache de guerre pour ensemble, faire développer notre cher pays.

« À l’Assemblée Nationale, en plus des réformes constitutionnelles tant souhaitées par la population et toute la classe politique, l’UFC compte faire des propositions de lois en vue de l’amélioration des infrastructures sanitaires et routières, pour réduire la pauvreté et la misère, surtout œuvrer pour que les personnes du 3ème âge touchent une allocation de solidarité de 50 000FCFA et les jeunes 25 000 FCFA », a-t-il indiqué.

« Nous sommes engagés dans ce processus électoral pour gagner et mettre en œuvre notre vision d’un TOGO apaisé, réconcilié et prospère et solidaire. Pour ce faire, il s’agit de créer les conditions pour une alternance politique pacifique », a fait savoir André JONHSON.

Pour lui, le 20 décembre prochain, quand le choix sera fait de la liste de l’UFC dans les Lacs, à l’hémicycle, il tiendra compte des préoccupations majeures de la population notamment :

« Le projet social que nous mènerons visera tout simplement à améliorer la qualité de vie des citoyens. Il s’agit tout d’abord de voter une loi pour instituer la journée nationale des personnes du 3ème âge ; La Journée internationale des séniors sera est un moment privilégié pour souligner la valeur incommensurable des personnes du 3ème âge dans notre société. Alors qu’il y a peu de temps, le vieillissement s’accompagnait souvent d’un retrait de la vie sociale, il est maintenant bien documenté et reconnu que les personnes aînées constituent un groupe qui participe grandement à la vie collective. Les personnes aînées sont une force vive de nos communautés et plusieurs d’entre elles ont une riche expérience de vie, des compétences, des habiletés et l’envie d’apporter leur contribution. Que ce soit dans la recherche de solutions pour la mise en place de diverses mesures visant à mieux s’adapter au vieillissement de la population, dans les questionnements sur les meilleures pratiques pour la santé des personnes aînées, en ce qui concerne l’adaptation de leur environnement, pour évaluer la qualité et l’accessibilité des soins et services auxquels elles ont droit, pour ajuster l’offre de loisirs, se prononcer sur des enjeux environnementaux et bien plus encore, il est primordial de considérer les personnes aînées comme étant les mieux placées pour exprimer leurs besoins et proposer des solutions. Tout au long de cette journée, plusieurs initiatives seront organisées. On y fera le point en ce qui concerne le respect des droits des personnes âgées au Togo. « Ne laisser personne pour compte », il devient nécessaire de porter une attention accrue aux besoins spécifiques auxquels sont confrontées les personnes âgées.

Ensuite, créer de la richesse et de l’emploi aux jeunes à travers les ressources historiques ; Il s’agit d’amener la jeunesse de la préfecture des Lacs qui croupit sous le poids du chômage à se revaloriser à travers des métiers de guide touristique. Non seulement la ville d’Aného est historique mais elle est dotée des atouts culturels et touristiques qu’il faut apprendre aux jeunes pour qu’ils les transmettre à des milliers de touristes qui parcourent la côte chaque année. Il est indispensable que ces jeunes possèdent de solides connaissances en histoire, en géographie, et de maîtriser une ou plusieurs langues étrangères d’où la nécessité de créer un Centre national de formation aux « métiers de guide touristique » par le gouvernement à Aného. En outre, nous porterons un regard systématique sur les sites touristiques de la préfecture des Lacs avec un recensement minutieux en vue de leur réhabilitation. Ceci permettra de créer de la richesse dans la collectivité locale.

Et pour finir, relancer la production de la féculerie du manioc à travers le MIFA ; Nous allons mettre un accent particulier sur le développement de l’agriculture dans les Lacs avec la relance de la production en droite ligne avec le Plan National de Développement (PND 2018-2022), dont l’objectif prendra en compte d’une part, le développement de l’agro-industrie à l’axe 2 du PND : « Développer des pôles de transformation agricole, manufacturières et d’industries extractives ». Il s’agit de promouvoir des pôles de croissance et des filières porteuses à travers le développement des agropoles, des parcs industriels et des pôles de compétitivité pour la transformation agricole, orientée « agrobusiness ». L’objectif étant de développer les chaines de valeur depuis la production, jusqu’à la commercialisation en passant par la transformation industrielle des produits locaux.

Au parlement, il s’agit de faire du lobbying auprès des membres du gouvernement par le MIFA pour combler le vide créé par la fermeture dans les années 1980 de la Féculerie de Ganavé, une industrie agro-alimentaire dont l’activité principale était la transformation du manioc en gari, tapioca etc.

L’installation de cette unité de transformation à Ganavé par l’Etat togolais a amené les populations à majorité rurale de la localité à cultiver de vastes champs de manioc, dont la production était entièrement achetée par cette usine. La Féculerie de Ganavé constituait pour les habitants de cette localité voisine, une débouchée sûre du manioc pendant des années.

Après les acquis du Projet Gestion Intégrée des Catastrophes et des Terres (PGCIT) au niveau de la dégradation des terres à Ganavé, il y a nécessité de relancer l’usine la Féculerie de Ganavé en soutien aux activités économiques des groupements surtout des femmes.

Sur le plan politique, nous soumettrons au parlement des propositions limitant à deux tous les mandats électifs : présidentiel, législatif et municipal », a laissé entendre André Johnson.

Source : horizon-news

 

© Copyright Yelian

Articles suivants

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
22 mars 2019
Lomé °C (à 0h)