POLITIQUE

MISE AU POINT DE L’UFC

par UFC le 24 octobre 2013, publié sur ufctogo.com

 

L’Union des Forces de Changement : UFC aimerait porter à la connaissance du public ce qui suit.

Le Bureau Directeur de l’UFC au cours de sa réunion extraordinaire du Lundi 21 Octobre 2013 a eu à se pencher sur des questions de discipline relatives aux comportements de certains de ses dirigeants.

Des mesures adéquates ont été prises et des sanctions ont été décidées à l’encontre des personnes concernées.

C’est ainsi que MM. ORE Djimon, 3e Vice Président ; HABIA Nicodème, 5e Vice Président ; TSIMESSE Gbeya, 2e Trésorier Général Adjoint et ADJANGBA Théophile, Conseiller au Bureau de l’UFC ont été définitivement exclus du parti.

M. Jean Luc HOMAWOO perd son poste de Délégué à la jeunesse jusqu’à nouvel ordre.
Mais alors, les quatre personnes définitivement exclues du parti pour indiscipline, divulgation des secrets du parti surtout les discussions relatives à l’entrée de l’UFC au Gouvernement tiennent des propos à l’encontre de l’UFC, et de son Président National.
Dans aucune organisation politique, sociale ou religieuse, on ne peut accepter que de membres aillent livrer sur des médias certaines informations confidentielles mettant en danger sa vie.

Sans toutefois rentrer dans les détails, il est à souligner que :

1- M. Djimon ORE a demandé avec insistance à plusieurs reprises au Président National de l’UFC d’intervenir auprès du Président de la République pour qu’il soit reconduit Ministre et surtout qu’il retrouve son portefeuille de la communication.

2- Les autres membres du Groupe, en l’occurrence MM. HABIA Nicodème, TSIMESSE Gbeya et ADJANGBA Théophile ; des anciens députés ayant perdu leurs sièges à la suite des dernières élections législatives ont eu aussi individuellement à solliciter du Président National de leur obtenir un poste ministériel malgré leur échec cuisant aux dernières législatives.

3- M. Jean Luc HOMAWOO a également souhaité un poste ministériel, ce qui n’a pas été possible.

En ce qui concerne le poids électoral des personnes citées ci-dessus, il est à noter que : dans l’Avé par exemple, HABIA Nicodème n’a obtenu que 4647 voix ; dans le grand Lomé, TSIMESSE Gbeya n’a eu que quelques voix ; dans le Moyen Mono, ADJANGBA Théophile n’a eu que 1948 voix et dans l’Est-Mono en dépit de tout le bruit que faisait Djimon ORE, 2/3 des électeurs de sa préfecture l’ont sévèrement sanctionné.

La philosophie de l’Union des Forces de Changement c’est de participer d’une façon active aux côtés d’autres partis politiques influents aux reformes en vue de l’essor du pays.

Notre parti a connu des moments difficiles mais nous ne saurons accepter cette campagne de dénigrements de ses anciens membres.

En ce qui concerne les causes de l’échec de l’UFC aux législatives de juillet 2013, certains touchent du doigt l’accord de partenariat de 2010.

Nous pensons que bien au contraire, cet accord a apporté au pays l’apaisement politique et permet aux Togolais de jouir de beaucoup de libertés.

Il est curieux de dire que c’est l’accord de 2010 qui est à l’origine de la débâcle de l’UFC aux législatives de juillet 2013 d’autant plus que le parti UNIR a été plébiscité à ces élections avec 62 siège sur 91. Comment expliquer alors que l’UFC soit sanctionné (3 sièges sur 91).

Les causes de l’échec sont à chercher ailleurs et surtout à l’interne.

L’UFC maintiendra la voie du changement dans la paix et surtout sans effusion de sang.
Il faut rappeler qu’en tant que parti politique, l’UFC vit essentiellement des apports de ses membres et de l’appui de l’Etat conformément aux dispositions en vigueur dans le pays.

Et les membres exclus n’étaient pas en règle avec la trésorerie du parti. L’un d’entre eux n’avait même pas payé sa caution pour les dernières législatives.

L’Union des Forces de Changement : UFC qui est un parti indépendant reste toujours fidèle à ses idéaux d’apaisement politique, d’enracinement de la démocratie, de la promotion de l’Etat de droits et des libertés et de la lutte pour un développement du Togo, notre chère patrie.

L’UFC va continuer par lutter contre les violences sous toutes ses formes et œuvrer pour l’essor du pays.

Les résultats de ses trois dernières années de partenariat politique restent palpables.
Le parti rassure les citoyens Togolais qu’il ne baissera jamais les bras quand il s’agit de défendre les intérêts du Peuples.

Le bien être des citoyens Togolais a toujours préoccupé l’UFC qui n’entend pas se faire divertir par des campagnes de dénigrements, de mensonges et d’intoxication de tout genre.

Ensemble, œuvrons pour l’essor du Togo.
Ablodé ! Ablodé ! Ablodé !

Pour Le Bureau Directeur,
Le Président National


Gilchrist OLYMPIO

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
26 septembre 2017
Lomé 26°C (à 01h)