France

Le patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, inculpé « d’agression sexuelle et tentative de viol »

par RFI (France) , le 15 mai 2011, publié sur ufctogo.com

Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI, a été inculpé ce dimanche 15 mai 2011 « d’agression sexuelle et tentative de viol » contre une femme de chambre. Il avait été arrêté samedi à l’aéroport JFK de New York, avant son départ pour la France, et placé en garde à vue dans un commissariat new-yorkais. En 2008, le directeur général du FMI avait déjà vu sa carrière menacée par une relation avec une de ses collègues. Dominique Strauss-Kahn est un probable candidat à la primaire du Parti socialiste en vue de l’élection présidentiellede 2012.

 

Dominique Strauss-Kahn a été inculpé « d’agression sexuelle et de tentative de viol », après avoir été placé en garde à vue dans un commissariat de Harlem (New York). Il avait été arrêté samedi à l’aéroport John Fitzgerald Kennedy par des agents de l’Autorité des ports de New York et du New Jersey et remis à la police de Manhattan, alors qu’il était monté à bord d’un vol Air France pour se rendre à Paris.

Le patron du FMI est accusé d’agression sexuelle sur une employée de l’hôtel Sofitel de Times Square à New York dans la journée de samedi. Le FMI à Washington n’a fait aucun commentaire. D’après des sources policières, explique l’AFP, Dominique Strauss-Kahn aurait quitté précipitamment l’hôtel Sofitel où il était descendu, en abandonnant son téléphone portable et ses effets personnels. Une femme de ménage a déclaré à la police avoir été agressée par le directeur du FMI alors qu’il sortait nu de de sa douche.

D’après son avocat Maître Benjamin Brafman, repris par l’agence de presse Reuters, il devrait plaider non-coupable. Interrogé par l’AFP, le député PS Jean-Marie Le Guen a affirmé que l’accusation d’agression sexuelle contre Dominique Strauss-Kahn « ne (lui) ressembl(ait) en rien ».

Pour le moment, le FMI peut fonctionner sans son directeur général. En l’absence de Dominique Strauss-Kahn, c’est son adjoint, l’Américain John Lipsky, qui peut le remplacer. Tant quand les faits ne sont pas connus avec exactitude, le Fonds n’a pas à prendre de décision immédiate. Mais d’après son code, si l’agression sexuelle est prouvée, elle peut assurément constituer une cause de renvoi. Tout le personnel de l’organisation est en effet tenu de respecter un code de conduite qui insiste sur l’importance d’un comportement éthique, « conforme aux valeurs d’intégrité, d’impartialité et de discrétion ». Si Dominique Strauss-Kahn était démis de ses fonctions, il ne perdrait cependant pas tout : son contrat prévoit une indemnité de départ représentant l’équivalent de 60% de son salaire.

« Une grave erreur de jugement »

Fin 2008, une relation avec une collègue d’origine hongroise travaillant au département Afrique du FMI avait déjà menacé la carrière politique de DSK. Le Fonds avait alors diligenté une enquête pour déterminer si ladite collègue avait bénéficié d’un traitement de faveur, ou s’il y avait eu harcèlement ou abus de pouvoir. Dominique Strauss-Kahn avait été lavé de tout soupçon mais le FMI lui avait reproché « une grave erreur de jugement ».

A l’époque, l’affaire avait été dommageable pour le FMI qui se démenait pour contenir les retombées de la crise financière mondiale. Mais elle n’avait eu aucune conséquence sur la carrière de son président. En France, François Fillon avait évoqué « une affaire totalement privée », qui n’avait pas été exploitée politiquement. Sur son blog, l’épouse de DSK, Anne Sinclair, avait pour sa part écrit avoir « tourné la page » sur une « aventure d’un soir », et conlu : « Nous nous aimons comme au premier jour ».

Dominique Strauss-Kahn devait participer lundi à une réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles, puis prononcer un discours mercredi au 12e Forum économique de Bruxelles, organisé par la Commission européenne. Le lendemain, il a prévu un discours devant un centre d’étude de Washington sur l’économie internationale, le Peterson Institute, portant sur « Reprise et coopération mondiales : les défis à affronter ». Dominique Strauss-Kahn est à la tête du FMI depuis septembre 2007.

Dominique Strauss Kahn n’avait pas officiellement pris sa décision pour la primaire socialiste, en vue de la présidentielle de 2012, mais les sondages le donnaient en tête des intentions de vote.

 

© Copyright RFI (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
18 décembre 2017
Lomé 27°C (à 03h)