Communiqué

La révision des listes électorales pour l’élection présidentielle de 2010 est un fiasco

par UFC , le 23 janvier 2010, publié sur ufctogo.com

 

Défaillances identifiées lors des opérations de révision des listes éléctorales dans les zones 2 et 3

Sur la base des rapports qui lui sont parvenus des CLC lors des opérations de révision des listes électorales dans la zone 1, et qui ont fait état de sérieuses défaillances observées de manière récurrente, l’Union des Forces de Changement (UFC) , dans un souci de transparence, avait demandé à la CENI de reprendre sur une base consensuelle les opérations de révision dans la zone 1, et de corriger définitivement les insuffisances et manquements notoires avant la poursuite du processus de révision dans les zones restantes (2 et 3). Malheureusement, cette demande n’a pas été prise en compte et les opérations se sont poursuivies dans les mêmes conditions.

Ce rapport qui n’est pas exhaustif, recense les défaillances les plus criardes constatées y compris l’enregistrement massif et systématique de mineurs.

ZONE 2

REGION DES PLATEAUX

Préfecture de Wawa (y compris Akébou) 

Les lacunes suivantes ont été constatées :

- Le transfert officieux à BADOU du kit de l’EPP stade au lycée de BADOU a permis au proviseur du lycée M. AGBO, secrétaire préfectoral du RPT, de faire inscrire systématiquement tous les élèves mineurs de l’établissement ;
- Un retard de 48 heures et plus dans la révision des listes dans les cantons de Djon,
- Seregbene, Kamina, Gbende, Yala, Veh-N’kougna ;
- le détournement d’un des 2 kits prévus à l’EPC de Kougnohou pour d’autres cieux ;
- La démission de certains OPS prévus, ce qui a retardé le démarrage des activités dans certains CRV ;
- La mise à la disposition de 2 kits pour le village de Wodagni peu peuplé et contre toute logique d’un seul kit à Kamina, second village plus important de la préfecture d’AKEBOU ;
- Les pannes récurrentes des groupes électrogènes, des imprimantes etc.…
- L’absence ou le manque notoire de matériel de bureau et des fiches de révision des listes électorales ;

Préfecture d’AMOU :

Dans cette préfecture, il a été signalé :

- Un retard de plus de 48 heures de démarrage de la révision des listes dans les cantons d’Agadji –Todji1 ; Agadji-Todji2 ; Ayome Todji , Kotoko, Oulita-Plateaux, Amouta1, Alaousso ;
- Les pannes de kits (P. C, Camera, groupes électrogènes) ;
- Insuffisance criarde de matériels (diverses fiches de révision des listes électorales) ;
- Insuffisance de budget alloué à la Celi pour le déploiement des kits dans les CRV ;
- L’incompétence des techniciens et des OPS ;
- L’inscription des mineurs à Amou-Oblo ;

Préfecture de l’OGOU :

Il a été également constaté :

- Le retard dans le déploiement des kits à l’EPC Avêtê, au service de contrôle des prix, à Centrale 2, etc.
- Les pannes répétées des kits, l’absence des formulaires de révision des listes électorales, et surtout le blocage systématique de certains kits (qui n’ont pu être réparés jusqu’à la fin des opérations) 
- Les 3 cantons (Atcheledji, Adogbenou, Anie) et la Commune d’Atakpamé, soit 34 CRV sur 224 ont travaillé entre 24 et 72 heures ; 2 CRV (Kpendele, Kpalamedji) n’ont pas du tout travaillé pendant toute la période de révision des listes électorales dans la zone.
Préfecture de DANYI :

La révision des listes électorales dans cette préfecture a été caractérisée par :

- L’absence pendant toute la période de révision des listes électorales des fiches de procès verbaux journaliers dans tous les CRV sauf à Apeheme2 et Todome ;
- Jusqu’au 27 décembre 2009, les CRV suivants n’ont pas démarré les opérations de révisions des listes électorales : Ankuvi, Babaxoe, Atigba 3, Awounadjassi, Yikpa Djigbe, Bossope, Sassanou 2, Sassanou 3, Sassanou 4, Ahlon-Bogo, Dafo, Tinipe, Akayo, Kpeto, Tsadome ;
- Jusqu’au 30 décembre, c’est-à-dire la veille de la clôture, les CRV de Wetrokpe, Sassanou 4 n’ont pas démarré la révision des listes électorales.

Préfecture de KLOTO (y compris KPELE) :

La révision dans cette préfecture est surtout marquée par les pannes répétées des kits, ce qui fait que :
- Dans les CRV de EPP Klomanyondi, EPP Blifou, EPP Tsavanya, EPP Agoekondji, CIS Aveho-Kpeta, EPP Kalakala, EPP Tchokpokope, Tove Ahoudjo, Kpadape Blitta, il n’y a pas eu d’opérations de révision de liste électorales pendant toute la période.

On note également :
- L’absence du kit prévu pour le CRV de Kpogandji ;
- L’insuffisance des fiches de révision des listes électorales et des fournitures de bureau ;
- L’arrivée tardive ou l’absence d’OPS prévus ;
- Les techniciens incompétents et non disponibles ;
- Le manque de pièces de rechanges de kits à Bodje, Atrave, Nounyata, Guebakui, jardin d’enfants d’Ele.

REGION CENTRALE

La révision des listes électorales dans la région centrale s’est déroulée avec de graves problèmes techniques et d’insuffisance de matériels consommables.

En plus des problèmes techniques, il a été observé, l’enrôlement systématique ou tentative d’ enrôlement de mineurs dans presque tous les CRV.
La situation dans les différents CRV de la région Centrale s’est présentée comme suit :

Préfecture de TCHAOUDJO

EPP KADAMBARA
Manque de papier rame, d’encre pour l’imprimante et d’équipement de travail pourtant prévu par la CELI.

EPP BIRINI-DIBOUIDE
Groupe électrogène souvent en panne. L’ordinateur du kit n’ayant pas d’autonomie, les opérations ont été souvent suspendues.

EPP LONGADE-ALAPKADE, EPP KPARATAO
Dans ces deux CRV, les kits sont arrivés sans clé, ce qui est préjudiciable à la sécurisation des informations.

EPP KABRE-FATIMA
Manque récurrent de matériel consommables et panne répétée du groupe l’électrogène.

EPP KOLOWARE
Dans ce CRV, pendant la majeure partie de la révision des listes dans la zone, rien n’a fonctionné normalement. L’imprimante, la batterie, le groupe électrogène sont tombés régulièrement en panne. Ceci a paralysé le travail et a démobilisé les populations. La conséquence a été la faible participation des populations dans les opérations de révision des listes. Durant la période, le représentant UFC a été constamment menacé par celui du RPT.

EPP DIDAOURE (plus grand centre de la ville 5 kits)
KIT5 : Le 27/28/29/12/2009, le kit5 n’a pas fonctionné à cause d’un problème de générateur.
KIT4 : ce kit n’a fonctionné que par intermittence a cause de problème de générateur.
KIT3 : Batterie du kit grillée, manque de papier rame et carburant.

EPP YARAKABYE
Enrôlement massif de mineurs supposés majeurs sur le simple témoignage du président RPT du CRV.

EPP KOMAH1
KIT2 : imprimante en panne

Selon le représentant du CAR à la CELI rencontré dans un CRV, la plupart des CRV ont des problèmes avec les kits et le générateur.
Il est à noter que les représentants de la CELI, par endroits, étaient obligés de louer des générateurs dans les villages pour faire fonctionner les kit. C’est le cas des CRV de SADA, BIRINI et de SABAREGADE.
La CELI a fourni, de façon surprenante, un paquet de rame, soit 500 feuilles à partager entre 17 CRV pour 5 jours de fonctionnement.

Préfecture de TCHAMBA

La révision des listes a démarré comme dans les autres préfectures le 27/12/09 au lieu du 26/12/09 prévu. Elle est marquée par des problèmes techniques et organisationnels. L’arrivée tardive des techniciens a empêché l’initialisation des KITS aux OPS.
Au cours des opérations, les techniciens submergés par les nombreuses pannes des kits, n’ont pas pu faire face aux demandes, ce qui a eu pour conséquence des suspensions récurrentes des opérations de révision des listes électorales.
A Tchamba, des CRV ont été délocalisés par la CELI de leur lieu prévu par la CENI pour les ramener plus proche des populations qui ont du mal à se déplacer dit-on !!!.

Le CRV CEG TCHAMBA1 à été délocalisé à deux endroits différents dans la ville.
LES CRV KRI-KRI 2 et 5, LIMAMWA2, CEG TCHAMBA, MAGAZIN DRDR, TCHEKELE, VELIWA, ECOLE CORANIQUE, ALIBI 2, ont connu de sérieux problèmes techniques. Dans le CRV CROIX ROUGE l’imprimante tombait régulièrement en panne pendant toute la durée des opérations.

Le CRV SERVICE DES AFFAIRRES SOCIALES a été délocalisé dans la cour du chef canton de Tchamba ville, ce qui n’est pas autorisé.

Préfecture de SOTOUBOUA
Les opérations de révision des listes électorales ont débuté dans la préfecture de Sotouboua le dimanche 27 décembre à partir de 07heures. Cependant elles se sont mal déroulées pour plusieurs raisons :
- 1. Le non déploiement à temps des kits dans les CRV.
- 2. Le non fonctionnement de la plupart des kits.
- 3. La défaillance des groupes électrogènes.
- 4. Le manque notoire de consommables.
- 5. L’incapacité de certains OPS à utiliser les appareils.
- 6. L’incapacité des techniciens incapables à répondre en temps réel aux appels des membres des CLC pour la maintenance des appareils.

Certains CRV n’ont pas du tout travaillé durant la période de révision. A titre d’exemple :

- EPP EGBANDE et EPC TCHEBEBE : N’ont pas fonctionné pendant toute la période ;
- EPP BOUALE, EPP LAOUDE : N’ont pas travaillé pendant plusieurs jours pour cause de défaillance des kits ;
- EPP TABANDE : Pas de kits du 27 au 30 décembre soit 2 jours sur 5 ;
- Sous hangar N’DJANVEZI : Les kits sans cadenas ont été convoyés par le secrétaire du préfet. Il a promis remettre la clé plus tard. Mais jusqu’à la fin des opérations la clé n’a pas été remise ;
- EPP WATCHALO : Inscription des mineurs. Les operateurs de saisie (OPS) abandonnent le CRV suite a une dispute entre eux et le représentant du RPT ;
- EPP HALOUKPABOUDOU : enregistrement massif de mineurs ;
- EPP TEMBIOLASSA : fonctionnement pendant un jour et demi sur cinq suite aux problèmes de kits, d’absence d’OPS, de problèmes d’imprimante et de problème d’autonomie de l’ordinateur ;
- EPP HAWIYO : ont pas travaillé 3 jours sur 5 ;
- EPP KPENDJERIA : le kit n’a pas fonctionné jusqu’à la fin des opérations ;
- EPP CAMP : le kit a été déplacé le dernier jour sur mazada sans raison ;
- EPC DEREBOUA et AGOMBIO -MONO : Le kit a fonctionné seulement 1 jour sur 5 ;
- EPP TCHEBEBE NORD : inscription de mineurs ;
- EPP KETCHEBOUA : pression politique par le directeur de l’école pour l’inscription de mineurs malgré le refus du président du CRV ;
- ADJENGRE CENTRE (KIT N°2) : inscription sur les listes de mineurs par entente tacite entre le président du CRV(RPT) et les notables,

ZONE 3

Au-delà des dysfonctionnements, et de nombreux problèmes techniques observés dans toute la zone, l’inscription des mineurs était systématique et organisée par les présidents RPT des CRV et les chefs notables soutenus par endroits par des autorités locales membres du RPT ou venus de Lomé.
Le cas de Tone (confère déclaration de la fédération UFC en annexe), de Kara (confère plainte contre X du superviseur préfectoral en annexe)

REGION DE LA KARA

Préfecture de BASSAR
Intimidations du président du CRV Bassar- est par les dignitaires du RPT (président fédéral du RPT Mr Meriga miziawa un certain PIKI et le chef canton) pour tenter l’inscription des mineurs.

Préfecture de la KOZAH

Selon des informations dignes de foi, le directeur général de l’éducation de la région a donné l’ordre aux établissements de faire inscrire des mineurs. (Confère plainte contre X).

EPP NANTCHAK
Le RPT cumule les postes de président et rapporteur en l’absence des membres de la CPP qui devaient être président.

Préfecture de DOUFELGOU
CRV 34 LEON-YAKA
Absence pendant 02 jours des OPS et panne de kits.
Inscription des mineurs et refus de radiation.

EPP CENTRAL/DEFALE
Enrôlement des mineurs estimé à 10% des inscriptions.

CRV DE CEG DEFALE
Enrôlement des mineurs estimé à 40% des inscrits.

CRV MARCHE MASSEDENA, CRV LAMALAO, CEG BROUKOU
Ils ont travaillé 03 jours sur 06.

CRV MARCHE POUDA
Inscription des mineurs

Préfecture de la BINAH

L’opération de révision des listes électorales dans la préfecture a connu des difficultés d’ordre techniques et politiques telles que :
- Déploiement tardif du matériel de travail ;
- Mauvaise qualité des générateurs qui tombaient généralement en panne ;
- Insuffisance du matériel, notamment des cartouches d’encre, les fiches d’identification, les stylos ;
- Incompétence de certains opérateurs de saisi, qui, par négligence ou ignorance, provoquaient des pannes ;
- Techniciens en nombre insuffisant, et par surcroit, souvent ne sont pas disponibles ;
- Comportement agressif de certaines autorités, responsables administratifs et politiques du milieu ; pour preuve la pression faite sur les responsables des établissements scolaires de relever les noms de leurs élèves même mineurs en vue de les inscrire dans les CRV placés au sein de leurs établissements respectifs (Mr PRE Simfétchou, Directeur de cabinet du Premier Ministre, les honorables ATABA ABALONOROU et TOUH Pahorsiki, le préfet Mr AWITALA Maani). Cette pression est. Le cas le plus surprenant est l’agression faite sur Mr DATE YAO rapporteur de la CENI qui a surpris en flagrant délit un enfant recensé qu’il a interpellé. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour éviter qu’il ne soit violenté.

Préfecture de l’ASSOLI

Retard dans le déploiement du matériel dans toute la préfecture. Des tentatives d’intimidation ont été exercées sur les membres de l’UFC dans les CRV :
- L’honorable député ABOUDOUYALE ADJARA appuyé par Mr SANI président du RPT Assoli, les chefs de canton et le CB de la gendarmerie de Bafilo ont menacé les membres CLC UFC qui s’opposaient à l’inscription des mineurs sur les listes électorales à DAOUDE, GNEGUELIA, GBAOU et TCHON-WORO A ;
- A BOULADE, le membre CELI de l’UFC a été victime d’intimidation de la part de l’ancien ministre ATTI- ACHA TCHAGOUNI
Dans presque tous les CRV de la préfecture, le constat est le même en ce qui concerne l’inscription des mineurs.

REGION DES SAVANES

Préfecture de TONE

YEBOUATE
Inscription des mineurs.

EPP BAGNAM
Problèmes d’initialisation du kit

KORBONGOU
Inscription de mineurs

EPC TOAGA
Recensement des mineurs sur pression des chefs et des notables.
Problèmes d’initialisation au niveau du 2eme kit.

CENTRE CULTUREL/DAPAONG
Recensement des mineurs sans pièces sous menaces des chefs cantons.

EPP BANKOURI
Recrutement d’étrangers.

NAKI EST
Le CRV 04 du CEG NAKI EST et celui de l’EPP CENTRE présidé par l’UFC ont eu de multiples problèmes avec les autorités locales qui insistaient à inscrire des mineurs.

Préfecture de KPENDJAL

Dans l’accomplissement de leur devoir les membres des CRV positionnés par l’UFC et les OPS ont rencontré de sérieux problèmes avec les populations surtout les chefs de villages et quelques parents qui tiennent coûte que coûte à inscrire leurs enfants mineurs, probablement pour des compensations financières (achat de conscience)

Préfecture de L’OTI

CRV NAGOURI
Le membre UFC a été agressé par le membre de sécurité pour avoir refusé l’inscription des mineurs.

CRV TAMOUGUE
Inscription des mineurs avec la bénédiction du ministre de l’énergie DAMIPI.

CRV KAUKAUGOU, GANDO, EPP DJEBOUVI, EPP SAGBANA, TOMONG
Les kits n’ont pas fonctionné pendant deux, trois, quatre jours.

En conclusion,
Les faits constatés sur le terrain lors de la révision des listes électorales dans la zone 1, et qui ont été compilés dans la lettre que l’UFC a adressé aux présidents et membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) le 23 décembre 2009, avec ampliation aux ambassades et institutions internationales, et les défaillances et comportements frauduleux y compris l’enregistrement massif des mineurs relatés dans le présent rapport (zone 2 et 3) permettent de conclure sans hésitation que "La révision des listes électorales pour l’élection présidentielle de 2010 est un fiasco".

A la réunion d’information organisée par la CENI en direction des partis politiques le 21 janvier 2010, le président de la CENI M. Taffa TABIOU a affirmé que "malgré les problèmes constatés sur le terrain, de l’avis des experts, les taux espérés sont globalement respectés". Cette affirmation est très surprenante et est en contradiction avec les données contenues dans le rapport de la CENI intitulé « Situation consolidée de la révision électorale (18/01). L’analyse des données de ce rapport et des tableaux statistiques qui suivent nous permet d’affirmer que le parti au pouvoir, le RPT, est dans la logique d’opérer une fois de plus la fraude au fichier électoral, comme il l’a fait lors de l’élection présidentielle de 2005 (cf. le document "Pour un fichier Electoral fiable et pour des résultats crédibles en 2010" rédigé par l’Union des Forces de Changement (UFC)).

Tableau 1 : Comparaison des inscrits de 2007 et des inscrits provisoires de 2009
ZONE Inscrits en 2007 (CENI)Nouveaux inscrits 2009 (CENI) Inscrits en 2009 (CENI) provisoire Inscrits en 2007 (CENI) Inscrits en 2009 (CENI) provisoire Population estimée 2009
(1) (2) (3)=(1)+(2) (4) (5)  (6) 
effectif effectif effectif  %  %  %
ZONE1 1535169 116076 1651245 51,61% 49,97% 53,19%
ZONE2 741721 73202 814923 24,93% 24,66% 23,38%
ZONE3 697828 140209 838037 23,46% 25,36% 23,43%
TOTAL 2974718 329487 3304205 100,00% 100,00% 100,00%

Hypothèses de base
2007 : Population totale estimée par la Direction de la Statistique
2009 : Estimation sur la base d’un taux de croissance annuel de :
- 4,8% par an pour la commune de Lomé
- 5,5% pour la préfecture du Golfe
- 2,4% pour les autres préfectures
à partir de l’effectif estimé pour la population togolaise en 2007

Tableau 2 : Comparaison des inscrits de 2007 et des nouveaux inscrits provisoires de 2009
ZONE Inscrits en 2007 (CENI) Nouveaux inscrits 2010 (CENI) Population estimée 2009 Inscrits en 2007 (CENI) Nouveaux inscrits 2010 (CENI) Population estimée 2009
(1) (2) (3) (4) (5) (6)
effectif effectif effectif  %  %  %
ZONE1 1535169 116076 3089800 51,61% 35,23% 53,19%
ZONE2 741721 73202 1357906 24,93% 22,22% 23,38%
ZONE3 697828 140209 1361052 23,46% 42,55% 23,43%
TOTAL 2974718 329487 5808758 100,00% 100,00% 100,00%

Hypothèses de base
2007 : Population totale estimée par la Direction de la Statistique
2009 : Estimation sur la base d’un taux de croissance annuel de :
- 4,8% par an pour la commune de Lomé
- 5,5% pour la préfecture du Golfe
- 2,4% pour les autres préfectures
à partir de l’effectif estimé pour la population togolaise en 2007

Tableau 3 : Comparaison entre les inscrits attendus en 2009 et les nouveaux inscrits provisoires issus de la révision des listes électorales
ZONE Inscrits en 2007 (CENI) Nouveaux inscrits 2009 (CENI) Nouveaux inscrits attendus en 2009 Ecart
(1) (2) (3) (4)=(2)-(3)
effectif effectif effectif
ZONE1 1535169 116076 123000 -6924
ZONE2 741721 73202 60500 12702
ZONE3 697828 140209 57400 82809
TOTAL 2974718 329487 240900 88587

(3) pour les chiffres des nouveaux inscrits attendus, se référer au Tableau 4 en annexe.

La différence entre le total des inscrits publiés par la CENI, et le total des inscrits du tableau 4 provient du fait qu’il y a incohérence entre la somme arithmétique des inscrits par préfecture et le total publié par la CENI. Le chiffre du tableau 4 correspond à la somme arithmétique des inscrits par préfecture.

La population âgée de 18 ans et plus en octobre 2007 est évaluée à 2 908 309 personnes. Le taux d’accroissement moyen annuel de la population étant de 2,4 % selon les projections de la Direction Générale de la Statistique et de la Comptabilité Nationale, et le temps écoulé entre octobre 2007 et février 2010 étant de deux (2) ans et quatre (04) mois, la population âgée de 18 ans et plus, attendue en février 2010 s’élèvera environ à 3 073 600 personnes soit un gain net de 240 900 personnes sur deux ans quatre mois.

La structure par âge d’une population étant une donnée quasi stable et qui varie peu dans le temps et de surcroît dans un intervalle de deux ans à moins d’un cataclysme naturel de grande envergure ou de mouvement exceptionnel de population, suite à une guerre, et le pays n’ayant connu aucun de ces deux phénomènes, la structure de la population ne pouvait subir de modification significative entre octobre 2007 et février 2010 ; par conséquent le poids des populations en âge de voter restera à peu près identique (c’est-à-dire celui d’octobre 2007) dans les différentes préfectures du pays et dans la Commune de Lomé jusqu’en février 2010.

En appliquant ce quota ( la proportion de la population des inscrits en 2007) à la population estimée pour l’ensemble du pays, on obtient la répartition de la population âgée de 18 ans et plus, attendue pour février 2010 par préfecture et par région. (Voir colonne 4 du tableau 4).
Sous l’hypothèse que les chiffres fournis par la CENI ne subiront que des ajustements mineurs et que les radiations seront mineures du fait de l’inexistence au Togo d’un système d’Etat civil digne de ce nom, l’effectif des inscrits pour 2009 (inscrits de 2007+nouveaux inscrits 2009 – radiation 2009) ne sera pas très différent de la somme des inscrits de 2007 auxquels s’ajouteront les nouveaux inscrits de 2009.

L’examen des tableaux 1,2, et 3 nous permet de faire les commentaires suivants :

- 1. La comparaison des colonnes (4), (5), et (6) du tableau 1, fait apparaître que les taux par zone des inscrits en 2007 publiés par la CENI, des inscrits provisoires de la CENI et de la population estimée pour 2009 sont comparables. On serait tenté de conclure de façon fallacieuse que la structure est respectée et par conséquent les données issues de la révision des listes électorales de 2009 sont acceptables ;

- 2. La comparaison des colonnes (4), (5), et (6) du tableau 2, fait apparaître que les taux par zone des inscrits en 2007 publiés par la CENI, et les taux par zone de la population estimée pour 2009 sont comparables alors les taux par zone pour les nouveaux inscrits sont inversées. Si les résultats fournis actuellement par la CENI sont maintenus, alors qu’en 2007, la zone 3 représentait 23,5% des inscrits en 2007, en 2009 la zone 3 représentera 42,6% des nouveaux inscrits.

- 3. La colonne (4) du tableau 3 montre que par rapport aux estimations des nouveaux inscrits attendus pour 2009, la zone 1 a un déficit de 6924 électeurs alors que la zone 3 a un surplus de 82809 électeurs et la zone 2 un surplus de 12702 électeurs.

Ces commentaires montrent que si les élections sont organisées sur la base d’une telle liste, le résultat sera gravement biaisé et par conséquent les élections ne peuvent être considérées comme transparentes, justes et équitables.

Considérant tout ce qui précède, l’UFC réitère sa crainte que, l’organisation de l’élection présidentielle dans ce contexte de désordre délibéré, de tentative de fraude au fichier électoral en vue de favoriser le parti au pouvoir, le RPT, ne constitue une sérieuse menace pour la paix, la sécurité et la réconciliation nationale au regard du mécontentement déjà palpable chez les populations.

La classe politique togolaise, de façon unanime, adhère à l’impérieuse nécessité d’organiser en 2010 des élections transparentes, justes, équitables et sans violence pour permettre au pays de sortir définitivement de la crise, qui n’a que trop durée, et de s’engager résolument sur la voie du développement. Alors l’UFC pense que cette élection doit s’organiser dans un climat de confiance mutuelle et pour cela demande à la CENI et au gouvernement de prendre leurs responsabilités en prenant avec courage et audace la décision de :

1. Susciter la concertation entre la CENI et la classe politique togolaise en vue de trouver les voies et moyens d’aboutir à un fichier électoral accepté par tous. La condition minima pour avoir un fichier électoral fiable et accepté par tous est de mettre à la disposition des partis politiques, avant consolidation, les fichiers suivants :
- a. Le fichier électoral de 2007, validé après l’audit qui avait été commandé par la CENI ;
- b. Le fichier consolidé de la révision des listes électorales de 2009 incluant les données CRV par CRV, relatives aux nouveaux inscrits, aux duplicata simples, aux duplicata avec transfert, aux transferts simples, aux radiations.

2. D’organiser une réunion entre des experts de la CENI et des experts des candidats pour s’accorder sur les données ;

3. De revoir le chronogramme des élections en vue de l’adapter aux réalités du terrain et à la nécessité d’organiser des élections transparentes, justes, équitables et sans violence.

Fait à Lomé, le 23 janvier 2010

Pour l’UFC, le 1er vice-président
Patrick LAWSON

 

ANNEXE

Tableau 4 Répartition de la population en âge de voter attendue en février 2010, de nouvelles personnes à inscrire et des personnes à radier
ZONES PREFECTURE Nombre de personnes inscrites sur la liste électorale en octobre 2007 Répartition (en %) des inscrits en 2007 Population en âge de voter attendue en février 2010 Nouvelles personnes à inscrire pour l’élection de Février 2010 Nombre de personnes décédées ou à radier pour les élections de février 2010
(1) (2) (3) (4) (5) (6)
ZONE1 COMMUNE DE LOME 453 210 0,16 479 000 37 500 11 800
GOLFE (SANS LOME) 277 683 0,10 293 500 23 000 7 200
LACS 122 500 0,04 129 500 10 100 3 200
VO 100 014 0,03 105 700 8 300 2 600
YOTO 83 214 0,03 87 900 6 900 2 200
ZIO 146 221 0,05 154 500 12 100 3 800
AVE 51 387 0,02 54 300 4 300 1 300
EST-MONO 52 377 0,02 55 400 4 300 1 400
AGOU 48 562 0,02 51 300 4 000 1 300
HAHO 114 879 0,04 121 400 9 500 3 000
MOYEN-MONO 35 992 0,01 38 000 3 000 900
1 486 039 0,51 1 570 500 123 000 38 700
ZONE2 OGOU 150 588 0,05 159 200 12 500 3 900
AMOU 56 937 0,02 60 200 4 700 1 500
WAWA 86 234 0,03 91 100 7 200 2 200
DANYI 23 310 0,01 24 600 1 900 600
KLOTO 113 461 0,04 119 900 9 400 2 900
TCHAOUDJO 92 927 0,03 98 200 7 700 2 400
TCHAMBA 56 388 0,02 59 600 4 700 1 500
SOTOUBOUA 83 496 0,03 88 200 6 900 2 200
BLITTA 66 019 0,02 69 800 5 500 1 700
729 360 0,25 770 800 60 500 18 900
ZONE3 KOZAH 121 041 0,04 127 900 10 000 3 100
BINAH 36 757 0,01 38 900 3 000 1000
ASSOLI 22 937 0,01 24 200 1 900 600
BASSAR 56 551 0,02 59 800 4 700 1 500
DANKPEN 51 268 0,02 54 200 4 300 1 300
DOUFELGOU 39 919 0,01 42 200 3 300 1 000
KERAN 39 748 0,01 42 000 3 300 1 000
TONE 153 181 0,05 161 900 12 700 4 000
TANDJOARE 46 732 0,02 49 400 3 900 1 200
KPENDJAL 56 220 0,02 59 400 4 600 1 500
OTI 68 556 0,02 72 400 5 700 1 800
692 910 0,24 732 300 57 400 18 000
TOGO 2 908 309 1,00 3 073 600 240 900 75 600

 

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
30 avril 2017
Lomé 30°C (à 10h)