POLITIQUE

L’ANC face à ses inconséquences

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 27 septembre 2011, publié sur ufctogo.com

Dans sa parution du lundi 26 septembre 2011, le quotidien « Forum de la Semaine, titre, « tournée infructueuse du leader de l’ANC au Ghana et au Burkina Faso ». En effet, selon l’auteur de l’article, les Président, Atta Mills et Blaise Compaoré renvoient Jean-Pierre Fabre à la table de discussion.

 

C’est encore un cinglant camouflet pour Jean-Pierre Fabre. Et pour cause, le leader de l’ANC est revenu de sa tournée effectuée la semaine dernière au Ghana et au Burkina Faso totalement désemparée, faute d’avoir obtenu le soutien voulu de ces deux pays voisins.

Le défi pour Jean-Pierre Fabre a été de réussir, après moult tentatives de rallier ces deux présidents notamment, John Atta Mills du Ghana et Blaise Compaoré du Burkina Faso à sa cause. Mais peine perdue ! plusieurs informations de sources proches du parti avancent que ces derniers ont out simplement demandé au leader des « orange » de verser toutes ses inquiétudes dans le débat qui a lieu au sein du cadre de discussion qui vient d’être relancé.

Toutes ces deux capitales l’ont vivement encouragé à aller a dialogue et ceci dans les meilleurs délais. Qu’advient-il alors des préalables de l’ANC entre autres le rétablissement de ses députés au parlement ?

La même source précise que dans les deux capitales, Jean-Pierre Fabre a été conseillé tout comme sur les autres sujets de les verser au débat et d’en discuter avec le parti au pouvoir.

Voilà qui doit donner du souci à celui qui se dit leader de l’opposition togolaise, surtout qu’il clame haut et fort qu’il n’ira jamais à une table de discussion si le RPT ne parvenait pas à répondre à ses exigences.

Commentaire de la Rédaction : il est indubitable que sur la question des préalables, notamment celle relative aux députés démissionnaires ou transhumants, la saisine de la Cour de la CEDEAO par l’ANC sera infructueuse, car selon une jurisprudence constante de cette institution, les décisions ou arrêts des juridictions suprêmes des pays membres ne sont pas susceptibles d’appels.

Cette doctrine juridique est cohérente en droit, car le contraire reviendrait à placer les cours constitutionnelles des pays membres sous la coupe de la cour de justice de la CEDEAO. En conséquence, cette condition ne sera pas remplie. Dépourvu de ce prétexte, nos matamores se présenteront-ils au dialogue.

Cependant, il leur est vivement recommandé d’aller prendre quelques leçons de politique relatives au dialogue politique, mais aussi prendre quelques enseignements de cohérence et de stratégie politique.

A bon entendeur !

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
18 novembre 2017
Lomé 27°C (à 04h)