Elections

Interview de Me Jean-Claude Homawo, vice-président de la CENI

par UFCTOGO.COM , le 8 avril 2013, publié sur ufctogo.com

Me Jean-Claude Homawo, vice-président de la CENI : "Si la vigilance et la volonté politique affichée continuent, je crois que tel que nous l’avons vu pour le recensement, il y a lieu de penser qu’on pourra avoir une opération de vote correcte"

 

JPEG - 25.6 ko

UFCTOGO.COM : Bonjour monsieur le Vice-président,

Me Homawoo : Bonjour !!

UFCTOGO.COM : Monsieur le Vice-président, quel bilan faites vous du processus de recensement électoral qui a pris fin le 31 mars dernier dans la première zone ?

Me Homawoo : La CENI qui a la charge de l’organisation, de la supervision et du contrôle des opérations électorales a été amenée à suivre ce processus de recensement avec la plus grande détermination de tel en sorte qu’un sujet qui a toujours troublé la conscience togolais soit définitivement bouclé, à savoir le problème de notre fichier électoral.
Pour ce faire, la CENI va donc refaire un autre dénombrement de la population électorale en remettant tout à plat, c’est-à-dire laissé tomber l’ancien fichier électoral pour un nouveau. Donc, cette opération de recensement revêt un caractère très important.
Toutefois, certaines difficultés se sont présentées. Que ce soit au niveau des Hommes que la CENI avait à gérer, notamment les membres des CLC, des OPS, comme des appareils. Donc, cela n’a pas du tout été facile, il ne faut pas se voiler la face. D’ailleurs, pour ce faire, la CENI a décidé de diviser le Togo en deux zones. La première zone qui part de l’Ogou dans le Tône et une seconde zone qui part de l’Amou vers les Lacs en passant par Lomé-commune et Golfe. Et nous venons de terminer l’opération dans la première zone. Je disais tantôt que cela n’a pas du tout été chose facile mais, c’est la fin qui justifie les moyens.
La CENI s’est débattue tant bien que mal pour aboutir à cette fin … à une bonne fin, que si l’on considère le pourcentage des enrôlements dans les sept CELI dans lesquelles l’opération s’est déroulée par rapport au recensement passé, nous pouvons dire que nous avons obtenu une bonne moyenne. Une moyenne qui tourne autour de 60%, globalement. Cela ne doit étonner personne. Quand on sait qu’après cette opération de recensement, il s’agit les élections législatives d’abord et les locales ensuite. On sait que les populations n’ont pas le même engouement pour des élections législatives comme cela peut apparaître pour les élections présidentielles. Donc cela ne doit pas étonner.
Nous pensons que le bilan est relativement bon et surtout quand on sait que les choses ont semblé commencées avec un peu de difficultés, mais tout s’est bien terminé. Tous les problèmes ne sont pas résolus, bien entendu, mais la CENI est arrivée à parer aux difficultés qui auraient pu troubler le processus de recensement dans la première zone. Bon beuh… disons toujours qu’une opération de ce genre, on a beau bien se préparer dans les laboratoires, mais c’est le terrain qui dicte sa vérité, je veux parler des difficultés de terrains. Maintenant cela nous servira de leçon pour la deuxième zone.

UFCTOGO.COM : Monsieur le vice-président, quand vous parlez de difficultés de terrains est-ce que vous faites aussi allusion à des constats d’enrôlement de mineurs, de peuls (d’étrangers), qui auraient été faits par certains partis politiques ou regroupements de partis politiques ?

Me Homawoo : Disons que ... jusqu’à présent la CENI est en train de vérifier ces rumeurs pour apprécier la part de vérité, mais c’est vrai que nous avons eu vent de ces genres de problèmes. Moi-même, je me suis rendu dans certains CRV (Centre de Recensement et de Vote) quand j’ai reçu l’information. Malheureusement, les CRV étaient déjà fermés quand je suis arrivé. J’ai essayé de regarder, puisque les photos des enrôlés étaient affichés.
C’est vrai que, à quelque mois près, certains visages ne paraissaient pas avoir l’âge de 18 ans. Et dans d’autres CRV où je suis passé, j’ai demandé à voir le président. Mais là, il y a un problème à régler dans notre code électoral. C’est cette question de personne n’ayant pas de pièce d’identité et qui a besoin de deux témoins. Ceci devient un passoir dont des gens mal intentionnés se servent alors que ça devait aider tous ceux qui sont togolais et qui ont l’âge de voter à participer, si on considère que bon nombre de togolais n’a pas de pièce d’identité.
Il y a aussi la question des notables qui est véritablement un problème à soulever parce qu’il suffit qu’un membre de CLC soit mise sous pression qu’il accepte d’identifier le mineur et qu’il passe le papier à l’OPS qui, lui n’a pas la possibilité de contester et cet enfant est inscrit sur la liste électorale.

UFCTOGO.COM : Pensez-vous que les problèmes liés au dysfonctionnement des kits et à l’insuffisance des primes des OPS qui a entrainé des soulèvements dans certaines régions ont été réglés pour une meilleure organisation de l’opération dans la seconde zone ?

Me Homawoo : C’est vrai, déjà dans la première zone, les problèmes qui se sont posés, la CENI, au cas par cas, est arrivée à les résoudre. Mais, gouverner c’est prévoir, dit-on souvent. Du coup, il faut que la CENI arrive à régler avec les agents électoraux leur question de prime préalablement à leur déploiement. Ça, nous en avons pris conscience.
Maintenant, ce qui est des kits, bon ! çà la CENI l’a toujours fait. Non seulement, après cette opération, les kits vont être testés à nouveau à Lomé, mais aussi quand ils seront redéployés, ils seront encore testés. Mais, il y a une chose qui apparaît, c’est que les kits actuels ont été suffisamment utilisés, et il va falloir que la CENI pense à renouveler l’équipement électoral. Et puis, il faut dire que les problèmes de kits rencontrés lors de ce processus électoral sont loin d’être à la mesure de ce qu’on a connu lors des précédents processus.

UFCTOGO.COM : Actuellement, tout le monde a le regard tourné vers le Togo, surtout sur le processus électoral en cours. Quel message avez-vous à l’endroit des partenaires internationaux et des citoyens togolais qui attentent de la CENI l’organisation d’une élection juste et transparentes ?

Me Homawoo : Je crois en toute franchise, et c’est vrai que de part le passé, sur le plan du processus électoral le togo a connu des moments pas très glorieux pour la démocratie togolaise. Mais, il faut également dire que le Togo est en train de faire des pas appréciables dans le sens d’un processus fiable et équilibré. Et, en tant que vice-président, je dis que nous sentons auprès des autorités une volonté politique de faire en sorte que le Togo se compte dans le concert des pays africains fiables sur le plan du processus électoral.
Même sur certains points, le Togo est en avance, par exemple, en ce qui concerne le système biométrique qui fait que l’électeur est immédiatement identifié à sa carte. Lui-même n’a pas à aller chercher sa carte en faisant le tour du Togo, alors que dans des pays encore très proches, vous êtes identifiés à votre carte, vous l’avez des semaines après.
Sur le plan de la multiplicité des inscriptions, maintenant aucun citoyen ne peut se faire enrôler plusieurs fois. Le système sur l’appareil d’enrôlement dénonce les doublons ou les multiples enrôlements. Sur le plan de la fiabilité des bulletins de vote aujourd’hui, les bulletins de vote utilisés au Togo apparaissent les plus fiables, filigranés et puis en plus de tout cela, il y a des hologrammes qui sont prévus pour être collés, non seulement, sur les bulletins de vote, mais aussi sur les procès verbaux qui seront décernés à tous les membres des bureaux de votes, à tous les représentants des candidats et à tous les délégués.
Donc, autant de mesures qui amènent à considérer qu’il y a une volonté d’éviter la fraude. Bon !, maintenant, ce sont les hommes qui sont concernés. Vous ne pourrez jamais arriver à la perfection, mais ce qui est important à souligner c’est cette la volonté politique des autorités contrairement à ce qu’on a connu par le passé.

UFCTOGO.COM : Croyez-vous vraiment à la fin de cette opération, la tenue d’une élection juste, transparente et acceptable par tous ?

Me Homawoo : Oui ! Je le crois, si la vigilance et la volonté politique affichée continuent, je crois que tel que nous l’avons vu pour le recensement, il y a lieu de penser qu’on pourra avoir une opération de vote correcte. Il revient aux autorités de faire en sorte que chacun soit dans son rôle et qu’il n’y ait pas d’intrusion ou des situations où certains pensent qu’ils sont au dessus de la loi et font ce qu’ils veulent. Qu’on laisse la CENI dans son indépendance organiser et superviser les élections. Je crois que c’est uniquement à ce prix que nous arriverons à gagner notre pari.

UFCTOGO.COM : Merci monsieur le vice président !!

La rédaction

 

© Copyright UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
17 octobre 2017
Lomé 31°C (à 12h)