UFC : VIE DU PARTI

Des révélations qui lèvent le voile sur les mensonges de l’ANC au Peuple

par La rédaction UFCTOGO.COM le 17 février 2014, publié sur ufctogo.com

Outre le Président national de l’UFC, quatre hommes ont véritablement incarné la ligne politique du parti et contribué à la mettre en œuvre au plan national. Il s’agit de Georges Latévi Lawson, Patrick Lawson, Jean-Pierre Fabre et feu Éric Armerding. Ils étaient du premier cercle du président du parti. Un cercle politique fondé sur des liens de solidarité, de loyauté et de fidélité les uns à l’égard des autres. Cette dimension éthique était primordiale car, dans ces années héroïques où on s’opposait à la dictature de Gnassingbé Eyadéma, l’extrême prudence était de mise et les valeurs de loyauté nécessaires pour lutter contre ce régime arbitraire.

 

Unis dans une entreprise de conquête du pouvoir d’Etat pour réaliser le bonheur du peuple togolais, Gilchrist Olympio et ses collaborateurs optèrent pour une stratégie « politico-diplomatique ».

Le but poursuivi est de prévenir, ou au moins de limiter, des conflits violents par le biais d’un consensus politique sur le partage du pouvoir entre les partis politiques.
En effet, toutes les négociations politiques menées depuis 1998 constituent un élément préventif et ils visent aussi à faire accepter le principe de la convivialité politique. Ce que nous avons réussi, au terme de cinq années de négociations avec la signature de l’accord historique du 26 mai 2010.

Le chemin fut laborieux pour y parvenir et on le sait, dans un climat politique conflictuel, la manipulation politique est une arme qu’utilisent les adversaires, les concurrents ou ceux qui ambitionnent de prendre la place du chef.

La divergence qu’on va observer entre le Président national de l’UFC et ses anciens collaborateurs illustre parfaitement l’analyse que nous venons de faire. Car, à la lumière des faits, on constate que tous les membres du premier cercle du président national étaient embarqués dans cette stratégie politico-diplomatique qui devait se conclure par un accord de partage de pouvoir.

C’est du reste ce qu’exprime Patrick Lawson dans une correspondance adressée à Gilchrist Olympio en décembre 2005 et que nous publions intégralement. Celui qui fut vice –président de l’UFC défend ardemment une stratégie de sauvegarde qui n’est rien d’autre que la nécessité de poursuivre les négociations entamées à Sant’Egidio avec le RPT et de parvenir au plus vite à un accord de partage de pouvoir. Il faut faire fi de l’hostilité et poser des actes concrets. Sa pensée est nette : il faut participer car « les gens ont faim et sont fatigués de gérer le verbe ».

Le lecteur attentif se fera sa propre idée sur les pensées et les actes posés par les uns et les autres. Il comprendra aisément que l’UFC n’a jamais dévié de sa ligne politique qui est d’aboutir à une alternance pacifique au Togo à travers la convivialité politique. Pour évincer leur leader, Jean-Pierre Fabre, Patrick Lawson, et autres n’ont eu aucun scrupule à faire usage du mensonge et de la manipulation. Par souci de vérité et respect pour le peuple togolais abusé, nous levons le voile sur tous les mensonges et la duplicité de Fabre, Patrick Lawson et consorts.

Il faut poursuivre et amplifier le mouvement entamé par l’UFC afin que l’alternance devienne réalité sur la terre de nos aïeux.
L’Eternel bénisse le Togo !

Ablode ! Ablode ! Ablodé Gbadja !!!
Fait à Lomé, le 17 février 2014
Le Cabinet du Président National de l’UFC

NOTE : EN PIECE JOINTE A TELECHARGER LA LETTRE MANUSCRITE DE DECEMBRE 2005 ADRESSEE PAR PATRICK LAWSON A GILCHRIST OLYMPIO

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM


Télécharger
( 948.4 ko )

Imprimer l'article
Imprimer

Envoyer par mail
Envoyer

Articles suivants

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
20 octobre 2017
Lomé 26°C (à 08h)