Communiqué

Déclaration relative à la répression de la veillée de prières par la FOSEP

par Eric Dupuy (UFC) , le 25 mars 2010, publié sur ufctogo.com
Photo /

 

Le mercredi 24 Mars 2010, la veillée de prières et de chants organisée au siège de l’Union des Forces de Changement (UFC) par le Front Républicain pour l’Alternance et le Changement (FRAC), a connu une affluence massive de plusieurs milliers de participants portant des cierges allumés.

Au cours de cette manifestation de ferveur et d’allégresse profondes, le service d’ordre de l’UFC a mis la main sur un individu armé d’un pistolet automatique portant le numéro 215 RP 26256 avec 5 balles dans le chargeur. Assimilé à un tueur à gages, il a été brutalisé. Informés, les responsables du FRAC ont immédiatement mis l’individu dénommé Meriga Mounirou en sécurité au siège de l’UFC. Il se présentera comme étant un gendarme en mission. Les responsables du FRAC ont alors appelé la gendarmerie qui a envoyé une équipe dirigée par le chef d’escadron Anité le récupérer.

Quelques instants après, en représailles à l’arrestation de cet individu, la FOSEP a littéralement arrosé de grenades lacrymogènes et de bombes assourdissantes l’immense foule, dans l’intention délibérée de provoquer une panique générale et un mouvement de foule avec bousculades et piétinements. Bilan : une centaine de blessés dont plusieurs graves soignés dans les cliniques de la place.

Il est inconcevable que la FOSEP sans sommation, use de manière abusive et déraisonnable de grenades lacrymogènes et de bombes assourdissantes sur une foule statique, en recueillement et non menaçante qui a été prise au dépourvu.

Le FRAC dénonce et condamne fermement le comportement irresponsable et criminel de la FOSEP dont l’objectif est manifestement de provoquer des pertes en vies humaines miraculeusement évitées.

Le FRAC se rend compte que cette répression sauvage survient après le communiqué du ministre de la Sécurité menaçant les responsables du Front d’arrestations et de poursuites judiciaires. Il constate que l’infiltration de la veillée de prières par des individus armés est une escalade dans la mise en œuvre de la stratégie de terreur du régime RPT, relayée par son ministre de la Sécurité, Atcha Titikpina qui doit démissionner.

Le FRAC lance un appel à la vigilance de toute la population sur l’intention réelle du régime RPT qui tente par tous les moyens de décapiter le mouvement national de résistance au énième hold-up électoral et de maintenir en place un système décadent.

Le FRAC s’étonne du silence et de l’indifférence de la communauté internationale ainsi que de la presse internationale face à la situation dramatique qui prévaut au Togo.

Le FRAC et le Président élu Jean-Pierre Fabre marquent leur sympathie et leur compassion aux blessés à qui ils souhaitent un prompt rétablissement. Ils renouvellent leur appel à la mobilisation des populations et les invitent à prendre part massivement à la grande marche du samedi 27 Mars 2010.

Fait à Lomé, le 25 Mars 2010

Pour le FRAC,

Le Vice Président de l’UFC

Patrick LAWSON

 

© Copyright Eric Dupuy (UFC)

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
24 mars 2017
Lomé °C (à 0h)