Economie

Avancement des travaux d’infrastructures à Lomé

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 11 mars 2012, publié sur ufctogo.com

Les habitants de Kodjoviakopé, Nyikonakpoè, Hanoukopé, Décon et de Bè dans la capitale togolaise ne cachent pas leur joie. Leur quartiers ont épousé un nouveau visage depuis que d’ambitieux travaux d’aménagement urbain ont été confiés au Groupe burkinabé des Travaux Publics, Entreprise Bonkoungou Mahamadou et Fils (EBOMAF). La bonne conduite du chantier ne cesse de surprendre avec les moyens déployés et la qualité de l’ouvrage en construction. Les travaux de réhabilitation du boulevard 13-Janvier à Lomé connaissent une avancée spectaculaire ces derniers jours. Lancés le 16 janvier 2011 et confiés au géant burkinabé du BTP, EBOMAF, ils sont en train d’être exécutés avec entrain.

 

Cet axe routier long de 5,14 kilomètres est emprunté par plus de 80% des habitants de la capitale togolaise. Le nouvel ouvrage commence à changer peu à peu le visage de Lomé. L’évolution des travaux sur cette artère comptant 9 carrefours importants dont 7 dotés de feux de signalisation témoigne de la volonté de la société adjudicataire d’exprimer son expertise en matière de génie civil. Le souci premier qui l’anime est de terminer ces aménagements d’une grande importance pour les voies et réseaux divers (VRD) dans les délais conformément au cahier des charges. Vu L’état d’avancement des chantiers convainc les Loméens qui apprennent à commencent à avoir confiance des capacités des Africains.

Selon de nombreux observateurs bien averti du BTP, le travail accompli est en adéquation avec la vision du gouvernement togolais pour améliorer le cadre de vie des citoyens. Les riverains des axes en chantier réagissent favorablement à cette politique d’assainissement de la ville qui se met à coups de pelles et de pioches, à vrombissements d’engins lourds.

Pour Mme Badagnaki, habitant la partie ouest du boulevard, EBOMAF effectue sa tâche avec diligence et pleine conscience. Elle relève la particularité de cette entreprise se situe en l’absence de pagaille en son sein. Cette riveraine salue aussi la bonne ambiance créée par le premier responsable aussi bien avec ses travailleurs et les riverains à son arrivée sur le site. « Le PDG est très humble et très modeste. Tout en respectant chaque travailleur à sa place, il n’établit aucune différence entre les chefs et les manœuvres. Ainsi, après son départ, le travail continue comme il se doit. Je lui tire mon chapeau. Une telle attitude est rare dans les entreprises africaines », souligne Mme Badagnaki.

Les pompistes MRS de Kodjoviakopé, Atandji kossivi et Adjéoda Mensah se frottent déjà les mains car depuis quelques semaines, la nouvelle voie est empruntée par de nombreux véhicules. Ce qui a permis une augmentation très sensible de leur chiffre d’affaires. « Le déroulement des travaux sur l’axe Sapeur-pompier/ rond-point kodjoviakopé a été si rapide qu’on ne se rappelle plus de notre temps d’inactivité. Quand on a ouvert les travaux, le scepticisme était à son comble. Nombre de riverains s’attendaient à plus d’un an de calvaire. Mais en espace de deux mois, la route libérée. Bravo à EBOMAF ! », s’exclament-ils. Cet ouf de soulagement est aussi poussé par un conducteur de Mototaxi : « J’emprunte fréquemment cette voie pour chercher mes clients sur cette voie depuis qu’elle a été reconstruite.

Si au moins toutes les entreprises, actuellement à l’œuvre dans la capitale, pouvaient emboiter ce pas, Lomé va changer en un clin d’œil. On sent la qualité dans le travail exécuté sur le boulevard du 13-Janvier ». Même son de cloche chez les usagers pour qui les bons signaux donnés par l’entrepreneur burkinabé sont précis et palpables : qualité, rapidité et sérieux. L’aménagement de la place des fêtes, le revêtement de la rue du CASEF menant vers l’ancienne Présidence sont entre autres actions qui illustrent de sa dynamique de marquer d’une bonne empreinte la reconstruction du Togo. « L’ouvrage en érection force l’admiration au vu de la qualité des fouilles, des caniveaux préfabriqués et entreposés, la profondeur des trous. Force est de croire que cette société qui traduit la fierté de tout Africain est en mesure de défier tout le monde.

C’est la première fois qu’une entreprise du BTP accomplit un travail en chaîne au Togo. Tout est rapide et bien fait » confie un Expatrié qui a requis l’anonymat. Les colonnes des principaux médias ne tarissent pas d’éloges. « Nouvelle expression », « Liberté », « L’Union », « Magna libéré », « La Dépêche », « Actu Express », « Courrier de la république » et « L’Eveil de la nation » sont unanimes à estimer que la société EBOMAF mérite les encouragements des togolais et surtout de son gouvernement. Dans sa publication du 13 mai 2011, « L’Union » a mentionner ceci de si frappant comme appréciation : « Le groupement EBOMAF/ Ets Kara et une entreprise béninoise, ADEOTI, sont les seules dont les mérites sont reconnus par l’Autorité. EBOMAF a atteint en ce moment des taux spectaculaires et pris une longueur d’avance dans l’exécution de ses chantiers ». Malgré les pluies qui s’annoncent, EBOMAF rassure et met tout Lomé d’accord sur ses capacités.

Dans un dossier réalisé par la Télévision nationale du Togo (TVT), le directeur des travaux, Jean Claude Roche, affirme que la dernière pluie n’a pas tellement eu d’impact sur le déroulement des travaux. Il a rassuré les autorités togolaises que son entreprise est déterminée à rendre officiellement le travail dans les délais impartis.

La rédaction

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
19 octobre 2017
Lomé 26°C (à 06h)