Crimes contre l’humanité

Une délégation du TPIR à Lomé : L’implication du Togo dans le génocide Rwandais est prise au sérieux

par Forum de la Semaine (Togo) , le 26 juin 2007, publié sur ufctogo.com

 

Selon un membre du gouvernement cité par le site officiel republicoftog.com, « les membres du Tribunal séjournent au Togo, en vue du renforcement de la coopération entre cette institution et l’Etat togolais ». Drôle de coopération quand on sait que, officiellement, aucune personne présumée responsable d’actes de génocide ou d’autres violations graves du droit international humanitaire commis sur le territoire du Rwanda ne réside au Togo de même que les citoyens rwandais présumés responsables de tels actes ou violations commis sur le territoire d’Etats voisins entre le 1er janvier et le 31 décembre 1994. Pour dire simplement que ceux que le TPIR recherche ne se trouvent pas au Togo. Du moins pas officiellement.

Sauf, une éventuelle implication même de l’Etat togolais dans ce génocide. En effet, l’actuel Chef de la diplomatie togolaise, le Ministre d’Etat, Zarifou Ayéva, faisant allusion à un élément passé sur TV5, avait évoqué au cours d’une conférence de presse au « Restaurant La Pirogue » en 1996 l’implication du régime Eyadèma dans ces crimes contre l’humanité au Rwanda et se demandait pourquoi les autorités togolaises ne réagissaient pas.

Et comme pour apporter de l’eau à son moulin, c’est l’ancien Commandant de la Mission des Nations-Unies pour l’Assistance au Rwanda (MINUAR), le général canadien Roméo Dallaire qui déclarait en 2004 que selon certaines sources : « il y aurait eu un accord avec le gouvernement du Togo, en vertu duquel, des officiers togolais seraient venus au Rwanda pour exécuter des assassinats ». Le général Canadien a aussi expliqué au Tribunal que M. Bagosora a engagé des instructeurs militaires du Togo pour entraîner des milices hutus à tuer des Tutsis. Cette déclaration n’est ni confirmée ni infirmée du côté de Lomé.

Depuis, ces accusations indirectes jugées très graves par les observateurs internationaux, aucune démarche n’a été menée de la part du Parquet du TPIR envers le pouvoir d’Eyadèma. D’aucuns parlent de sa forte hégémonie internationale et du soutien de la France pour déjouer un éventuel procès. Maintenant qu’Eyadèma n’est plus de ce monde, les choses évoluent autrement. Même si de l’avis des spécialistes, il ne revient pas à l’administration du TPIR comme celle qui est arrivée à Lomé, de mener des démarches en ce sens, et que si le Tribunal veut se plancher sur le cas du Togo dans le génocide rwandais, il revient au Parquet de ce Tribunal de mener des démarches en ce sens. Wait and see.

 

© Copyright Forum de la Semaine (Togo) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 avril 2017
Lomé 27°C (à 03h)