Communiqué

UFC Allemagne : Compte rendu du 24 Mai 2008 à Stuttgart

par UFC Allemagne , le 1er juin 2008, publié sur ufctogo.com
Photo /

 

GIF - 733 octets

UNION DES FORCES DE CHANGEMENT (UFC)
Section Allemagne

VEREINIGUNG DER KRÄFTE FÜR VERÄNDERUNG
c/o TOSSOU Gbenoude,Honsberger str.123
42857 Remscheid

Compte rendu de la séance de travail et d´information du 24 Mai 2008 à Stuttgart

Prévue pour 13h30, la séance de travail et d´information organisée par l´UFC (l´Union des Forces de Changement) Section Allemagne en collaboration avec Bâtir le Togo d´Allemagne et FPL ( le Front Pour la Liberté) a pris un retard de 13 minutes. Elle a commencé par la proposition de l´ordre du jour par Mr Gbénoudé Tossou président de la section allemande de l’UFC et son adoption par l’assemblée. Il en a profité pour remercier au préalable, les membres du comité d’organisation. Les thèmes sont :
- l´impunité ( exposée par FPL),
- la vie chère (par ’Bâtir le Togo’),
- le rôle de la diaspora (par l´UFC )
- et divers.

Après une minute de silence, une prière a été dirigée par Mr Aziale Kokou qui a laissé la vie de la diaspora et notre cher pays le Togo dans les mains du Seigneur et par ailleurs demandé que tout ce que l´assemblée aura à décider ce jour soit exhaussé afin que dans les jours à venir, la population togolaise ait satisfaction. Ensuite, l´hymne national togolais a été chanté.

Notons qu’il y a eu un long débat qui ne figurait pas dans les thèmes de l´ordre du jour mais qui fut aussi important pour l´assemblée. Il s´agit de faire un regroupement ou une coalition des trois formations présentes pour faire un travail commun de lutte pour pouvoir faire face au pouvoir togolais et libérer la population.

Plusieurs propositions ont été alors faites :
- Formation d´un bureau provisoire ou définitif qui doit être légitimé par les autorités allemandes,
- Les deux premiers membres de chaque parti forment le bureau du travail en commun
- Rotation avec passage du bureau de chaque parti comme bureau commun pour un délai de 6 mois ou un an avec des réunions trimestrielles ou semestrielles…

Enfin de compte, à la question de choisir entre les deux possibilités de formation du bureau exécutif, l´assemblée a procédé à un vote à main levée comme la démocratie nous le demande. Cette assemblée était composée de 22 personnes, seize(16)voix étaient pour la considération des deux membres des trois partis comme le bureau de travail en commun, 4 pour la formation d´un bureau des trois partis pour un travail en commun et 2 abstentions.

Revenant sur l’ordre du jour, M. Comédjan Messan secrétaire général du FPL ( Front Pour la Liberté) a fait un bon exposé sur l´impunité au Togo, les auteurs des troubles, des attentats meurtriers, la crise socio politique au Togo et tous les éléments du parti au pouvoir qui ne sont jamais jugés, toujours aux commandes et occupent les meilleurs emplois du pays. Ci-joint le document pour toute information complémentaire.
Mr Adi Kasso de Bâtir le Togo, a donné plus d´information sur la qualité de la vie au Togo, sur l’augmentation des prix des produits vivriers et de première nécessité (le mais, le sorgho, le mil, le riz …), les poissons, les produits pharmaceutiques, le carburant , l´électricité…… qui dépasse la population togolaise. Les arriérés de salaire persistent toujours, le taux d´emploi est faible, les médias ne jouissent pas de leur droits, les organismes sociaux n´ont aucune signification au Togo….

Pour le 3ème thème, Mr Atra Koku Mensah troisième Conseiller de l´UFC Section Allemagne a apporté plus de détails sur le rôle de la diaspora. La population togolaise, notre chère patrie le Togo a besoin d´aide, de soutien, de contribution et de renfort pour sa libération. Rester les bras croisés, ne rien dire ou ne rien dénoncer à propos du mauvais traitement du régime en place, de la famille Gnassingbé, ne pas soutenir le leader de l´opposition togolaise, ne rien promouvoir pour notre Togo, c’est un crime contre la population togolaise, contre notre chère patrie le Togo. C´est aussi refuser le devoir de citoyenneté.
Il a aussi lancé un appel pressant à la diaspora en exil en Allemagne et dans le monde entier d´œuvrer pour un vrai changement au Togo, même si sa terre d’accueil l’en empêche car c’en est trop ; les dirigeants du RPT , la famille Gnassingbé et l´armée togolaise prennent notre patrie pour leur propriété privée.

Dans le divers, l´assemblée a condamné la violation des Droits de l´Homme en Afrique du Sud dans toutes ses formes et demandé que les auteurs et commanditaires soient poursuivis et sévèrement punis. L´UA (l´Union Africaine) ne joue aucun rôle dans la protections de ses ressortissants et la garantie de leurs droits fondamentaux.

L´assemblée est appelée à prendre part à la démonstration de l´action Bleiberecht qui se tiendra à Freiburg le 07 Juin 2008. Elle est aussi appelée à accueillir le chef traditionnel d´Aného Togbui Lawson Zanklé XIII qui rendra une visite officielle au maire de Freiburg du 9 au 12 Juin 2008.

Cette réunion a pris fin aux environ de 16h avec beaucoup de satisfaction et une grande volonté de mieux faire dans les jours à venir.
A Stuttgart, Samedi le 24 Mai 2008.

Koku Mensah Aféavo ATRA
Adoté AKUE
Jacques Jonas MEDENOU


Déclaration de Stuttgart

Suite aux violences xénophobes qui se sont déroulés en Afrique du Sud ces dernières semaines et qui ont fait des dizaines de morts et des milliers de déplacés, nous, Union des Forces du Changement( UFC) section Allemagne, Bâtir le Togo et le FPL ( Front Pour la Liberté) en Allemagne condamnons ces exactions et exprimons notre profonde déception car cela va à l’encontre des Droits de l’Homme et ternit l’image et la réputation du pays et du continent.

Nous déplorons également le silence et le manque de fermeté du gouvernement sud africain et de toute la communauté africaine face à cette situation qui ne fait pas que de blessés et de morts mais qui également divise les africains et qui aura beaucoup d’impact sur l’avenir de l’Afrique.

Nous en appelons au gouvernement sud africain et à l’Union Africaine pour que des mesures concrètes soient prises afin de rechercher et punir les auteurs et les commanditaires de ces crimes afin de calmer les esprits , trouver un dénouement rapide à la crise et que de tels évènements ne se répètent plus.

Fait à Stuttgart, le 24 Mai 2008

Ont signé :

Koku Mensah Afeavo ATRA
Adoté AKUE
Adji Kasso
AVANNAH C. Nonvinyon
Kokkougan Coomee
Kossi GAHOUNZO
Téyi Guillaume LAWSON – SOMADJE
Kossi LOMBO
Zakarie ISSA
Dekoue Kokouvi Romain
Kodjo KOUGRO
Kodjo NAPO KONDI
Morou Aboudouzikirou
GBAGUIDI- DOGJI Jojo
Asmiou SEBABE
Kossi AZANKPE
DJABAKU Kodjo
Aziale Kokou
Ouro-bagna Tchag-guni
Comedja A. Messan
Médenou Jacques Jonas
AKLIMAH Kossivi
Gbenoude Tossou


L’impunité demeure totale

Depuis la prise du pouvoir par le sergent Etienne Gnassingbé Eyadema en 1967, le Togo est plongé dans une des ères les sombres de son histoire : violation des droits de l’Homme, justice aux ordres du pouvoir, torture et violation, licenciement abusif à l’emploi.…

A partir du 05 octobre 1990, date du soulèvement populaire, le peuple togolais longtemps étouffé, a exprimé son aspiration au changement et mené une lutte les mains nues contre un régime qui ne comprend aucun autre langage que celui des armes. Les rues deviennent le théâtre de manifestations qui dégénèrent souvent en affrontement entre les manifestants et les forces armées de la police ainsi que des miliciens du régime. Le processus de démocratisation est émaillé d’actes graves de violence et de violation massive des droits de l’Homme.

Des destructions de maisons, des pillages de magasins, des cadavres de la lagune de Bé le 10 avril 1991, les attentats de Soudou ont entraîné des blessés dont le leader de l’Union des Forces du Changement M. Gilchrist OLYMPIO et des morts parmi lesquels le Dr Marc ATIDEPE. L’assassinat de Gaston EDEY et de Tavio AMORIN, l’enlèvement de Do BRUCE , les tueries du jardin Fléau pour ne citer que ceux là . Le président EYADEMA a fait de l’impunité une doctrine et hissé la répression au rang des principes de ses gouvernements.

Depuis le 05 février 2005, date du coup d’Etat visant à placer au pouvoir Faure Gnassingbé et maintenir le régime en place, le peuple togolais vit une situation d’oppression permanente.
A l’image de son défunt père le dictateur Eyadema, Faure Gnassingbé s’est à son tour opposé aux aspirations de liberté et de démocratie du peuple togolais et violé les droits fondamentaux du peuple togolais.
Ainsi le 27 février 2005, les femmes de Lomé ont défilé par milliers pour dénoncer le coup d’Etat monarchique du clan GNASSINGBE. A l’encontre du droit de manifestation garanti par les instruments internationaux des Droits de l’Homme, les forces de sécurité ont usé d’une force disproportionnée et de violences inacceptables.
Les 27, 28 février, 1er, 2 et 3 Mars 2005, des militaires ont pénétré dans des maisons du quartier Bè à Lomé et s’y sont adonnés à des violences s’apparentant à des traitements inhumains, cruels et dégradants. Des assassinats, viols,actes de torture et arrestations arbitraires ont été recensés sur toute l’étendue du territoire national et de cette période jusqu’au lendemain de l’élection présidentielle du 24 avril 2005. Bilan : plus de 900 morts et des milliers de blessés.
Dans le même temps, les autorités se sont efforcées de limiter la liberté de la presse en fermant des stations de radios sous des prétextes fallacieux, en confisquant leurs matériels, en menacent et intimidant les journalistes.
Les morts, les blessés par balles et les disparus dont la liste s’est allongée dangereusement illustrent la férocité de la répression par une armée qui considère la population comme son ennemi. Les auteurs de ces différents actes criminels sont connus et bénéficient de la protection du régime.
Nous sommes en mesure d’établir qu’il s’agit d’opérations militaires à caractère politique, préméditées, minutieusement préparées et exécutées avec l’intention délibérée de tuer et de blesser.
Par conséquent, nous souhaitons que chacun comprenne l’urgence qu’ il y a de se mobiliser pour exiger le respect des droits de l’Homme au Togo afin que ne se répètent pas les 38 années de dictature et d’oppression qui sont pour le peuple togolais synonymes de peur, de tortures, de meurtres et de violences.

Fait à Stuttgart, le 24 mai 2008

Pour le Front Pour la Liberté (F.P.L)
Le Secrétaire général
Messan A. COMEDJA

 

© Copyright UFC Allemagne

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 avril 2017
Lomé 30°C (à 22h)