Département d’Etat

Togo : Washington demande la démission de Faure Gnassingbé

par AFP , le 19 février 2005, publié sur ufctogo.com

 

GIF - 3.1 ko

Les Etats-Unis ne reconnaissent pas la légitimité du président investi du Togo, Faure Gnassingbé, et réclament sa démission immédiate, a déclaré samedi le département d’Etat.

"Les Etats-Unis ne considèrent pas comme légitime la désignation de M. Gnassingbé comme président investi et l’appelle à démissionner immédiatement", a dit le porte-parole du département d’Etat Richard Boucher dans un communiqué.

Richard Boucher a ajouté que Washington soutenait la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO, 15 pays) qui a suspendu le Togo du groupe régional, annoncé le rappel des ambassadeurs à Lomé et une interdiction de voyager pour les dirigeants togolais.

Le porte-parole du département d’Etat a indiqué que les Etats-Unis avaient mis fin à toute assistance militaire au Togo et qu’ils étaient "en train d’examiner tous les aspects de (leurs) relations avec le Togo pour identifier d’autres moyens de soutenir l’action de la CEDEAO".

M. Boucher a réitéré la demande américaine que les autorités togolaises se soumettent complètement aux demandes de la CEDEAO pour un retour à l’ordre constitutionnel.

"Nous sommes convaincus que la réconciliation nationale pacifique et la gouvernance démocratique ne pourront se réaliser au Togo qu’à travers des élections libres et transparentes", selon le communiqué.

Le scrutin devrait être organisé sous "une autorité neutre, indépendante travaillant étroitement avec les organisations régionales et internationales", poursuit le département d’Etat.

Après le décès du président Gnassingbé Eyadéma, le 5 février, après 38 ans d’un règne sans partage, un de ses fils Faure Gnassingbé a été installé par l’armée pour lui succéder après une modification express de la Constitution.

Les Etats-Unis ont salué par ailleurs la décision des autorités togolaises de lever l’interdiction des manifestations politiques.

"Nous pensons que la poursuite de la retenue et de la tolérance de la part de toutes les parties peuvent grandement contribuer à une éventuelle réconciliation nationale au Togo", ajoute le communiqué.

L’opposition togolaise a réclamé massivement le départ du président investi en faisant défiler samedi dans Lomé plus de 25.000 personnes, lors de la plus importante manifestation organisée depuis le décès du président Eyadéma.

Les Etats-Unis ont suspendu leur assistance directe au Togo en 1994 après des élections que Washington avait qualifiées de truquées et de grossières violations des droits de l’homme.

 

© Copyright AFP - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
26 septembre 2017
Lomé 25°C (à 05h)