Législatives

Togo : Gilchrist Olympio s’inscrit et lance la campagne électorale

par Le Togolais , le 21 août 2007, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 14.8 ko
Photo © Copyright AFP

Gilchrist Olympio est enfin arrivé le samedi 18 août à 11h30 à Lomé. Annoncé depuis le 4 août, il devait participer à la Grande Marche initiée par son parti l’UFC, l’ADDI, le Parti des travailleurs et deux associations Afrique Tradition et l’ONUTA. L’interdiction de cette manifestation par le gouvernement togolais engendra un climat délétère contraignant certainement le leader de l’UFC à décaler son séjour et de ce fait son inscription sur la liste électorale et la tournée électorale de son parti. Il était temps car le délai des inscriptions sur les listes électorales dans la perspective des élections législatives prenait fin le dimanche 19 août.

A son arrivée à la frontière d’Aflao, Gilchrist Olympio fut accueilli comme à l’accoutumée par la foule de militants et sympathisants parmi lesquels au premier rang, les membres du Bureau national de l’UFC dont Patrick Lawson et Jean-Pierre Fabre. Il y avait également les trois gendarmes détachés depuis son dernier séjour pour assurer sa sécurité, qu’il gratifia d’un amical : « Je suis content de vous retrouver ». Une fois les formalités de police expédiées avec une extraordinaire rapidité (à peine 5 minutes) qui tranche avec les brimades habituelles et les heures d’attente qui lui étaient imposées auparavant, il se prêta à une première interview des journalistes.

Interrogé sur l’objectif de ce retour il répondit : « Je suis rentré pour passer des moments avec des amis politiques comme personnels pour quelques jours à Lomé avant de faire un petit saut au Ghana et pour y retourner pour de bon, j’espère ». Interpellé sur le recensement électoral en cours il souligna : « Ce que j’ai appris jusqu’à maintenant, ne paraît pas trop mauvais, c’est encourageant. J’espère que ça va continuer pour les inscriptions dans la zone B. C’est à la fin de ceci que nous serions en mesure de faire une évaluation totale de tout le recensement ». A propos de la première évaluation chiffrée annoncée, il indiqua notamment : « Pour le moment, ce que j’ai eu comme chiffres, me paraît assez bon. Mais, je dois avoir des discussions en profondeur avec nos responsables sur le terrain. C’est là, l’une des raisons fondamentales de ce retour ».

Après ces quelques mots, la caravane du leader de l’UFC prit la route, au milieu de la foule tout de jaune vêtue (la couleur du parti UFC) précédée par l’armada de motos et de voitures dans l’habituel tohu-bohu de coups de klaxons, de sifflets, de slogans... direction Dévikinmé, localité de la Préfecture des Lacs à 30 km environ, à l’Ouest d’Aného. A l’entrée de la piste allant de la route nationale à Dévikinmé, la cohorte des militants et sympathisants fut stoppée sans ménagement, par un service d’ordre qui avait pour mission de ne laisser passer que les véhicules des responsables de l’UFC et les journalistes pour se rendre au bureau de recensement établi dans une école. La caravane doit patienter .....

Face à la déception affichée par les supporters qui ne voulaient pas lâcher leur leader, Patrick Lawson, le deuxième vice-président de l’UFC devait alors expliquer : « Nous ne sommes pas ici pour un meeting. Il est venu tout comme tous les autres citoyens se faire recenser. Alors, il est hors de question de laisser les militants venir avec lui. C’est pourquoi notre service d’ordre les en a empêchés ».

Gilchrist Olympio s’inscrit sur la liste électorale

Arrivé au bureau de recensement, en l’occurrence, une classe de l’école, Gilchrist Olympio put accomplir les formalités d’enregistrement selon la procédure suivie par tous : présentation de la carte d’identité et enregistrement sur les formulaires, questions d’usage, saisie informatique de la fiche par les opérateurs de saisie, prise de la photo numérique devant figurer sur la carte d’électeur, enregistrement des empreintes digitales, impression du formulaire portant la carte d’électeur à l’imprimante, détachement de la carte plastifiée et signature avant remise de la carte. L’opération terminée, Gilchrist Olympio est à ce jour, électeur et éligible aux échéances électorales à venir puisqu’il a été stipulé par la CENI que ce recensement sert de base aux consultations électorales.

Brandissant fièrement sa toute nouvelle carte à sa sortie du Bureau de recensement, il devait alors exprimer sa satisfaction : « Je suis content d’avoir accompli mes devoirs civiques. Je n’attends donc plus que le jour du scrutin pour aller voter. Et j’espère bien que cette fois-ci les élections seront libres, transparentes et démocratiques comme nous le souhaitons ».

Les formalités d’inscription terminées, le cortège repris sa route et au passage retrouva les militants et sympathisants, plus bruyants que jamais, avec lesquels il chemina jusqu’à Aného pour un meeting.

Le meeting d’Aného et ses perspectives

Accueilli par les militants d’Aného à l’entrée de la ville, dans l’habituelle ambiance de fête, de chants et de la fanfare, Gilchrist Olympio fut conduit à la Place Boka sur les rives de la lagune d’Aného, après avoir fait avec ses partisans un tour de la cité pour confirmer à la population locale qu’il était bel et bien arrivé. Le meeting pouvait alors commencer.

JPEG - 15.4 ko
Photo © Copyright UFCTOGO.COM

Après l’allocution de bienvenue du Président de la Fédération des Lacs de l’UFC, les responsables nationaux venus de Lomé : Jean-Pierre Fabre et Patrick Lawson prirent la parole, en mina, pour « chauffer » l’assistance, dressant un tableau du contexte politique dans lequel se tenait le meeting. Rappelant à l’assistance que lors de la précédente venue de Gilchrist Olympio dans la ville au mois de février dernier, tous avaient été exhortés à s’inscrire massivement sur les listes électorales, Jean-Pierre Fabre, devait leur demander : « J’espère que vous tous ici présents, vous vous êtes inscrits et n’attendez que le jour du scrutin pour aller voter » avant d’adresser cette pressante incitation : « Ceux qui, pour une raison ou une autre n’ont pu accomplir ce devoir, ont encore un jour pour le faire ».
Il devait également préciser que c’est seulement par les urnes que son parti, l’UFC, compte sortir le Togo de l’impasse : « C’est pourquoi il est indispensable et opportun qu’au moment venu, tout le monde accomplisse son devoir de citoyen en allant massivement voter. Mais, ceux qui savent qu’ils ne sont pas un parti politique et pensent à d’autres moyens qui puissent déboucher sur une solution, nous n’en savons rien. Tout ce que nous savons, c’est les urnes. C’est d’ailleurs là, la mission assignée aux partis politiques. C’est pourquoi sur les conseils de nos amis de la communauté internationale, nous avons œuvré et signé l’Accord Politique Global, dans le souci de mettre un terme à la souffrance des populations togolaises ».

Prenant ensuite la parole, Patrick Lawson rappela les violences qui ont souvent émaillé les élections au Togo, question particulièrement sensible dans cette ville d’Aného jusque là encore traumatisée par les barbaries commises par les Forces armées togolaises (FAT) lors du scrutin d’avril 2005. Puis il rassura l’assistance pour l’exhorter à aller se faire recenser en cette veille de clôture des opérations de recensement. Il précisa que c’était la seule condition pour que les populations puissent aller voter le moment venu et termina en disant : « Nous savons qu’Aného vote à 91% ».

Ce fut alors sous de vives acclamations que Gilchrist Olympio monta sur le podium où il captiva l’assistance par son discours. Dénonçant qu’« Aného, cette ville de tous les Togolais est en ruine alors que le monde avance », il s’exclama : « Il est temps pour nous de la reconstruire. C’est une ville que nous devons reconstruire en créant des emplois car les souffrances de notre jeunesse sont trop grandes. J’ai vu en venant, des jeunes travaillant dans les jardins potagers qui longent la route. Souvent, ils ne vendent pas la totalité de leurs récoltes comme ils l’auraient souhaité et c’est pourquoi nous devons dès maintenant penser aux moyens permettant de conserver ces produits dont ils vivent. Mais, pour que ce changement soit possible, il nous faut aller massivement voter le moment venu. »

Satisfait par cette intervention qui touchait du doigt les problèmes du vécu quotidien des habitants d’Aného, c’est dans une allégresse générale que se termina ce meeting. Le convoi reprit la route de Lomé.

Incontestablement, par ce meeting intervenant à la fin des opérations de recensement, l’UFC, vient de lancer sa campagne électorale. Gilchrist Olympio, qui est toute la semaine à Lomé où il devrait multiplier les contacts avec divers acteurs de la vie politique nationale et les représentations diplomatiques accréditées au Togo, doit commencer une tournée dans le nord du pays à partir du vendredi 24 août. Alors que la CENI a proposé la date du 14 octobre 2007 pour les prochaines élections législatives, date qui doit être confirmée par décret du gouvernement, l’UFC vient donc de prendre une longueur d’avance sur les autres formations politiques engagées dans la campagne des élections législatives 2007 en entrant subrepticement en campagne.

Par Vénavino d’Alvez

 

© Copyright Le Togolais

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
28 avril 2017
Lomé 30°C (à 23h)