Football

Tchanilé Bana aux commandes de la sélection du Niger

par Ekoué SATCHIVI , le 9 mai 2006, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 8.6 ko
© photo Africafoot

Le Niger qui veut participer à la prochaine CAN, s’est attaché les services de Tchanilé Bana. Promu au poste de sélectionneur national du Niger, l’ex patron des Eperviers a un cahier de charges bien défini. Celui de faire qualifier la sélection nationale nigérienne pour la CAN 2008.
Un contrat de 16 mois a été signé le 20 avril 2006 avec les responsables du ministère de la Jeunesse et des Sports et ceux de la Fédération nigérienne de football (FENIFOOT). En rencontres éliminatoires pour Accra 2008, le Mena national du Niger va en découdre avec le Lesotho, le Nigeria et l’Ouganda. Coup d’œil sur le parcours d’un technicien qui monte
Membre fondateur et entraîneur-joueur du Réal FC d’Anié aujourd’hui FC Abou Ossé, le nouveau patron de la sélection du Niger, n’a pas été un si brillant joueur. Rangeant ses crampons, il a tout de même, réussi une reconversion exemplaire. Bientôt la cinquantaine, il fait aujourd’hui figure d’un technicien très apprécié sur le plan africain.

Bientôt la cinquantaine, Tchanilé Bana a fait ses armes dans les années soixante dix au sein d’une modeste formation de la ville de Dapaong. En 1979 , il signe dans les rangs du FC Sémassi de Sokodé, l’équipe de sa ville natale. Après trois titres d’équipe sur le plan national, il quitte les rangs des « Guerriers de Tchaoudjo » et participe à la création du FC Abou Ossé de la ville d’Anié qu’il conduit de la troisième à la deuxième division.

A la recherche d’expérience, il s’expatrie au Niger et prend de 1986 à 1991, les rênes du Sahel Sporting Club de Niamey (trois titres de champion et deux coupes nationales). Tchanilé Bana retourne au bercail après un séjour sans succès au Cameroun et au Bénin. De 1991 à 1995, le plus fécond des entraîneurs togolais expatriés se voit confier, la direction des « Rouges » de Sémassi (trois titres d’équipe championne et une seconde place). Puis il posera ses baluchons de nouveau sur les bords du fleuve Niger, après un court passage à l’Asko de Kara en qualité d’adjoint du Sénégalais Papa Thiam.

De 1996 à 1999, il apporta un merveilleux souffle à la Jeunesse Sportive de Ténéré (JST). Avec un melting-pot d’éléments dont les ex-internationaux togolais Kossi Ntsoudjin Parito, Kouko Salam, Amégbléame Kossi, il obtient trois titres d’équipe championne du Niger et trois finales perdues en Coupe de l’UFOA. Du Niger, il se rend à Abidjan pour s’occuper du FC Satellites de la capitale économique ivoirienne. En fin de saison sportive 2000, l’équipe de la zone résidentielle de Cocody se classera à la deuxième place après Africa Sports.

L’étiquette d’ancien coach des Eperviers

Après la CAN 2000 co-organisée au Ghana et au Nigeria, il fallait combler le vide laissé par Gottlieb Goëller . L’Allemand avait abandonné son poste suite à une affaire de véhicule l’ayant opposé à Rock Balakyèm Gnassingbé, le président de la Fédération togolaise de football. Approché en juin 2000 par la Fédération togolaise de football, le technicien « globe-trotter » accepta, de se mettre au service des Eperviers.

De précision sur les termes du contrat entre la FTF et Tchanilé Bana., on en saura rien. Sevré de moyens de travail, le fils du pays parvient de tout de même à mettre en déroute les adversaires du Togo. Les Eperviers obtinrent leur billet pour la CAN 2002 disputée au Mali sans avoir encaissé le moindre but tout dans un groupe 5 éliminatoire composé des Lions du Sénégal, du Sily national de la Guinée- Conakry et des Cranes de l’Ouganda.
Exposée à l’improvisation et au désordre, la bande à Tchanilé Bana quittera la compétition dès le premier tour après deux nuls vierges devant la Côte d’Ivoire et la RD Congo et une défaite trois buts à zéro devant le Cameroun.

Accusé d’avoir été le principal responsable de la mauvaise prestation du Togo, il sera limogé de son poste aussitôt le retour à Lomé de la délégation togolaise. Connu pour son franc-parler, l’ancien entraîneur-joueur du Réal FC d’Anié montera au créneau pour attribuer plutôt la défaite des Eperviers à l’opacité caractéristique de la gestion du football au Togo. Entre autres révélations à la presse internationale, le désormais patron de la sélection du Niger indexa Rock Gnassingbé d’être à la source des maux qui accablent le football togolais. Avant d’ajouter avoir travaillé pendant de longs mois sans solde...

Une expertise sportive en hausse à l’étranger

Mise en doute dans son propre pays, l’efficacité de Tchanilé Bana lui est reconnue sous d’autres cieux. Il fait partie des entraîneurs très côté dans de nombreux pays ouest-africains. A part le Niger et la Côte d’Ivoire, le technicien togolais jouit également d’ une bonne réputation au Burkina- Faso. Au pays des hommes intègres, l’ancien patron des Eperviers a bourlingué à la tête de l’Asfa-Yenenga de Ouagadougou, le club des forces armées du Faso ( champion en 2001et en 2003), puis au Rail Club de Kadiogo. Il a par ailleurs piloté l’As Sonabel, le club des Electriciens burkinabé.

Avant de diriger au Mali, le Djoliba Athltetic de Bamako, l’entraîneur Tchanilé Bana s’est occupé de l’encadrement du Club Omnisports Agaza de Lomé. Sans pour autant parvenir à redonner du punch aux Verts de Tokoin. Egalement appelé les Scorpions Noirs, Ce club grand togolais également appelé n’est plus en possession de ses dards. Il est en perte de vitesse après la mémorable finale de Coupe africaine des vainqueurs de coupe perdue en 1983 devant le club cairote d’Arab Contractors, puis un échec en demi-finales face au Daring Club Motema Pembe de Kinshasa.

Après l’avoir vu réussir à la tête de nombreux clubs, les amoureux du cuir rond attendent de voir Tchanilé Bana conduire le Mena national vers les hauteurs. Fort appliqué, l’ancien coach des Eperviers y parviendra à condition de bénéficier d’un climat de confiance et de moyens suffisants de travail.

Par Ekoué Satchivi

 

© Copyright Ekoué SATCHIVI

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
24 septembre 2017
Lomé 22°C (à 13h)