Bischheim

Sur les traces des Mobas

par DNA Dernières Nouvelles d'Alsace , le 5 septembre 2004, publié sur ufctogo.com

Les Mobas, exposition de sculptures jusqu’au 3 octobre à la Cour des Boecklin, 17 rue Nationale à Bischheim (France). Mardi, mercredi, vendredi, samedi et dimanche de 14 h 30 à 18 h 30. Entrée libre. Tél : 03 88 81 49 47.

 

JPEG - 13 ko
Les statues représentent les ancêtres protecteurs. On les trouve à l’entrée des villages ou des habitations au nord du Togo.(Photo DNA - Cédric Joubert)

La saison démarre à la Cour des Boecklin à Bischheim avec une exposition consacrée aux Mobas, ethnie qui peuple le nord du Togo. De ce mélange entre art primitif africain et accueil alsacien naissent émotion et dépaysement.

Dès le premier regard, le visiteur se laisse subjuguer par ces statues de bois, toujours composées d’un tronc, de deux bras, deux jambes et d’une tête. Sans visage, sans traits vraiment définis, mais, étonnement, d’une grande complexité, chaque sculpture interpelle et parle. C’est là toute la magie de cet art peu connu, à travers lequel résonne un aspect à la fois primitif et des plus sophistiqués.

Partage d’une passion

Jusqu’au 3 octobre à Bischheim, plus de cinquante pièces issues d’une collection privée sont présentées au public qui pourra ainsi découvrir un pan de l’art africain. Les Mobas sont une ethnie du nord du Togo, connus depuis le XVIIIe siècle sur le plan sociologique, mais depuis une vingtaine d’années seulement d’un point de vue artistique. Leur récente islamisation et le rejet du paganisme ont permis à Muriel Vincent, collectionneuse passionnée, de réunir en 15 ans près de 400 pièces, dont certaines âgées de 250 ans. Si tout a débuté avec « quelques morceaux de bois rapportés par un ami », la passion depuis, ne s’est jamais éteinte. Pas plus que l’envie débordante de communiquer et de faire connaître cette forme particulière de représentations des ancêtres protecteurs que l’on trouve à l’entrée des villages ou des habitations.

Après deux présentations à St’Art et des passages par Rome et Barcelone, les « Tchitchiri Saquab », les « Tchitchiri Bavong » et les « Tchitchiri Yunde » s’exposent à la Cour des Boecklin grâce à l’organisation de la municipalité, inaugurant en beauté la nouvelle saison culturelle. Pour Nelly Kraemer, adjointe au maire chargée de l’animation culturelle et de la bibliothèque, c’est un véritable plaisir de présenter à tous « cette exposition très originale qui nous ramène au berceau de l’humanité, l’Afrique ». Et si cette forme d’art particulière et « difficile » souffre souvent d’une image un peu élitiste, nul doute que ces sculptures d’ancêtres, protectrices des traditions et de la communauté, au style épuré et sobre, séduiront rapidement les amateurs et les curieux.

DNA

 

© Copyright DNA Dernières Nouvelles d'Alsace - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
19 août 2017
Lomé °C (à 0h)