Football

Stephen Keshi en version ougandaise

par Ekoué SATCHIVI , le 24 mars 2006, publié sur ufctogo.com

Sa « traversée du désert » n’aura été que de courte durée. Evincé de son poste de sélectionneur des Eperviers du Togo, Stephen Keshi est annoncé du côté de l’Afrique de l’Est. L’ancien capitaine des Super Eagles du Nigeria pourrait incessamment prendre les rênes des Uganda Cranes, la sélection ougandaise.

 

JPEG - 8.4 ko

En le recrutant en 2004, les responsables du football ougandais avaient tant compté sur le technicien égyptien Mohammed Abass. Sous sa direction, les Uganda cranes ont démontré de nets projets lors de divers tournois et rencontres régionaux. Mais ils n’ont pu décrocher la qualification pour la Can 2006. L’objectif fixé entre les deux parties n’étant pas atteints, les rapports en ont pris un coup. N’étant pas l’homme de la situation, le technicien venu du pays des Pharaons a été remercié. En attendant de lui trouver un digne successeur, la Fédération ougandaise de football a confié la gestion des Uganda Cranes à un collège de techniciens locaux.

Refaire le chemin perdu

La dernière participation ougandaise à la Can remonte en 1978 à Accra au Ghana. Déjouant tous les pronostics, les Uganda Cranes étaient parvenus en finale perdue face aux Black Stars, la sélection du pays organisateur. Trente ans après, ils veulent refaire le chemin perdu. Objectif ; prendre part à la 26e Can prévue en 2008 au pays du Kente. Pour y arriver, les responsables du football ougandais sont à la recherche d’un technicien avisé.

Selon The Monitor, un journal paraissant à Kampala, la Fédération ougandaise de football a grand besoin d’un entraîneur rompu à la tâche. De tous les techniciens contactés, le profil de l’ancien capitaine des « Super Eagles », semble répondre aux attentes des autorités sportives ougandaises. Les discussions seraient à un stade avancées entre les deux parties. Egalement courtisé par l’Afrique du sud, le Zimbabwe et l’Algérie ; Stephen Keshi pourra démarrer ses nouvelles fonctions au début du mois d’avril.

Digne successeur du Brésilien Antonio Dumas

Stephen Keshi a été recruté en avril 2004 avec pour mission de faire qualifier les Eperviers à la 25e Can en Egypte. Il était allé au-delà des attentes placées en lui. L’ancien « Super Eagle » a hissé le Togo pour la première fois de son histoire, en phase finale de la coupe du monde.

Désigné « Meilleur entraîneur » de l’ année 2005, le successeur du Brésilien Antonio Dumas sera limogé par la Fédération togolaise de football. Au motif d’avoir perdu au Caire, les trois rencontres du Groupe B par le score identique de 2 buts à 0 devant la RD Congo et le Cameroun et 2 buts contre 3 face à l’Angola. A bien analyser cette débâcle de la sélection togolaise, les raisons profondes sont ailleurs.

En un laps de temps, Stephen Keshi a contribué à la transfiguration des Eperviers. Après la Can et alors que s’annonce le Mondial allemand, il fut démis de son poste et remplacé par l’Allemand Otto Pfister.

De la lignée des entraîneurs africains de la new génération

Je suis devenu entraîneur par accident, aime souvent plaisanter l’ancien capitaine de la sélection nigériane de football. Stephen Okechukwu Keshi est un produit de l’équipe de football du Saint Finbarr’s College au Nigeria. D’où sont aussi passés Henri Nwosu et Samson Siasia, deux célébrités des Super Eagles.

Excellent dans l’axe défensif, Stephen Keshi a fait ses preuves un peu partout. Son étape ivoirienne à l’Africa Sports d’Abidjan se raconte avec beaucoup de nostalgie par ceux qui ont vu à l’œuvre cet élégant joueur.
Emigré en Europe, il évolua à Lokeren puis au Racing Sporting Club d’Anderlecht en Belgique. Stephen Keshi qui a longtemps porté le brassard de capitaine des Super Eagles du Nigeria, a également monnayé ses talents dans les rangs du RC de Strasbourg en France dans les années 90. Champion d’Afrique à la Can 1994 en Tunisie, il a terminé sa carrière de joueur sur les aires de jeu aux Etats-Unis et en Malaisie.

Pour sa reconversion, l’ancien capitaine des Super Eagles était allé à à l’école néerlandaise, avant d’être récupéré en 1999 par la Fédération nigériane de football ( NFA). Il devient l’adjoint du Néerlandais Jo Bonfrere, puis successeur de son compatriote Amodu Shaibu ; poste qu’il occupera jusqu’en février 2002. Il rencontrera quelques années plus tard à Tunis, Rock Balakiyèm Gnassingbé, le président de la Ftf. Le temps de servir en qualité de consultant sportif pour le service anglais de la BBC à la Can 2004, il débarque à Lomé pour prendre les rênes de la sélection togolaise de football. Classés sur la liste des sélections africaines de seconde zone ; les Eperviers sont parvenus sous la direction du technicien nigérian à afficher leur vraie nature de prédateurs.

Au -delà de ses déboires à la Can 2006, Stephen Okechkwu Keshi fait partie avec son compatriote Augustine Eguavoen, l’actuel patron des Super Eagles, l’Egyptien Hassan Shehata des Pharaons et le Zambien Kalusha Bwalya ; des entraîneurs africains de la nouvelle génération. Séduits par le boulot accompli à la tête des Eperviers, les responsables de la Fédération ougandaise de football, attendent bien de choses de lu i. Que l’ancien joueur du RSC d’Anderlecht aide les Uganda Cranes à refaire le chemin perdu.

 

© Copyright Ekoué SATCHIVI

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
18 août 2017
Lomé 26°C (à 17h)