31/05 au 06/06

Revue de la presse togolaise du 31 mai au 06 juin 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 7 juin 2004, publié sur ufctogo.com

Les journaux de la semaine parlent tous et abondamment de l’arrivée des experts de l’ UE en vue de vérifier le respect des engagements pris par le gouvernement togolais et du contentieux entre les autorités togolaises et l’UFC à propos des documents de voyage du Président Gilchrist OLYMPIO.

 

LE COMBAT DU PEUPLE écrit :
- En prélude à l’arrivée de la mission de l’UE au TOGO
- Une délégation des ACP a séjourné à Lomé...

Cette délégation a été conduite par le Président du Comité des Ambassadeurs des ACP, le Congolais Jacques Obia. Aux termes des séances de travail avec le gouvernement togolais, ladite délégation a organisé une conférence de presse le lundi 31 mai 2004 pour donner son appréciation sur l’évolution de la situation. Selon M. Obia, "le rapport qui nous a été présenté est bon et nous sommes heureux de le considérer comme le rapport des ACP. Nous avons remarqué que des engagements ont été tenus et que d’autres resteront à tenir.

S’agissant du dialogue, M. Obia est catégoriquement agressif vis-à-vis de l’Opposition : il donne même des leçons : "le dialogue sera sectoriel, thématique et technique. Il ne faut pas se faire l’illusion qu’on fera un dialogue du genre de la Conférence Nationale avec les grands déballages. Il n’y aura pas de dialogue pour remettre en cause les institutions de l’Etat. Ceux qui posent des préalables ont tort. Il faut s’asseoir à table pour poser des préalables. La défection de certains partis de l’opposition ne peut que porter préjudice à leur intérêt futur..."

Pour nous situer, il faut se demander ce qu’est un "ambassadeur" qui plus est, vient du Congo. Un ambassadeur d’une dictature est un suppôt de la dictature. Pire ce dernier a manqué d’intelligence et s’est révélé être un griot du despotisme de Lomé 2. Mais les discours de Maître Tyran depuis 40 ans n’ont rien changé à la détermination du peuple togolais de le voir partir. L’homme qui n’a jamais gagné une élection au Togo et qui spolie la république est un homme seul ; ses griots aussi.

Le griot en mission commandée, Obia voudrait-il imposer au Togolais les règles du jeu. Lui qui tient des propos ne différant en rien de ceux ressassés difficilement par Eyadéma à l’ouverture du dialogue ! Il n’y pas de chance de réussite pour MONOLOGUE. Le RPT, parti politique parmi tant d’autres à prendre part au dialogue se taille la part du lion en décidant arbitrairement de l’ordre du jour, des points à examiner et des points à ne pas examiner. Le RPT à travers Koffi SAMA préside les débats ... Le dialogue a fait long feu. Il a démarré comme MONOLOGUE.

Le journal parle aussi de l’ouverture du dialogue national et revient en intégralité sur le discours d’ouverture de Monsieur Eyadéma.

Retenez les quelques passages suivants fort édifiants sur l’esprit du pouvoir : "Rien ne peut être entrepris dans la division" et pourtant on cultive la division, on érige l’exclusion en vertu.
Nous vous épargnons la suite.

Ce journal parlant de la polémique autour des documents de voyage de Gilchrist Olympio rapporte les déclarations du gouvernement "Suite au communiqué de l’UFC relatif au refus des autorités togolaises d’établir les documents de voyage - carte d’identité nationale et passeport - à M. Gilchrist Olympio, le gouvernement a réagi par une conférence de presse animée par le ministre de l’Intérieur, M. Boko, entouré des ministres de la Justice, M. Foli Bazi et celui de la Communication, M. Pitang Tchalla.

Selon le ministre de l’Intérieur, Monsieur G. Olympio n’a jamais introduit une demande d’établissement de passeport. Les services qui ont en charge la délivrance de ce document n’ont enregistré aucune demande de sa part. Cela veut dire qu’il n’y a aucun ostracisme à son endroit.

Concernant le problème de carte nationale d’identité, il précise que M. G. Olympio a déposé le 29 avril 2003 une demande d’établissement de ladite carte. Mais son dossier ne comportait que les photocopies de son certificat de nationalité et son acte de notoriété faisant état d’acte de jugement supplétif. En clair, il n’y avait aucun original dans son dossier. Selon le ministre, depuis cette date, il n’est plus revenu pour compléter ou pour retirer sa carte. Il s’est contenté de donner une procuration à un ami pour lui retirer la carte".

Quant à son passeport ghanéen confisqué, les autorités togolaises soutiennent que le passeport est un patrimoine national. Le passeport du Togo appartient au Togo, celui du Ghana au Ghana. S’il y a une démarche à entreprendre. M. G. Olympio doit savoir en direction de quel Etat, il doit la faire.

La réaction de l’UFC ne s’est pas fait attendre. C’est ainsi que le 29 mai Jean-Pierre Fabre a animé un meeting à LA PLACE FREAU. Il n’a pas hésité à démentir les propos du ministre. Selon les informations en sa possession, a-t-il dit, le passeport de M. G. Olympio n’est pas jusqu’ici restitué au pays propriétaire, c’est à dire le Ghana.

LE REGARD qui titre que "Les experts de l’UE rencontrent les partis politiques ce mercredi....." ajoute que ceux-ci ont déterminé, pour la mission d’évaluation, des critères qui leur sont propres, les formations politiques qu’ils rencontreront à savoir tous ceux ayant présenté des candidats aux élections présidentielles.

Cela n’est pas de nature à plaire aux partis satellites du RPT dont le MOCEP de d’Almeida Mawutoè qui dans une déclaration rendue publique vendredi dernier, se prenant pour le porte-parole de l’opposition parlementaire, bien qu’il ait pourtant battu campagne pour le RPT dernièrement, a vainement réclamé d’être reçu par la mission.

Au sujet de la "polémique entre le gouvernement et l’UFC concernant passeport de Gilchrist Olympio ... Suite à la conférence de presse du ministre de l’Intérieur, l’UFC, dans une déclaration signée par Bob Akitani, estime que "les autorités togolaises empêchent G. Olympio de renouveler son passeport togolais en usant de subterfuges pour éviter de lui délivrer sa carte nationale d’identité. On l’enferme dans un cercle vicieux" Pour avoir un passeport, il faut d’abord avoir une carte nationale d’identité.

Pour ce qui a trait au passeport ghanéen de M. G. Olympio, l’UFC estime que "c’est son statut de réfugié politique qui lui a imposé cette situation. Si G. Olympio a présenté un passeport ghanéen .... c’est qu’aucune loi ne l’en empêche... La confiscation de ce passeport... sous prétexte de vérification de la traçabilité de son voyage n’est qu’un prétexte pour lui infliger les brimades auxquelles le régime a l’habitude de le soumettre. Dans la plupart des pays du monde aujourd’hui, on ne tamponne plus les passeports à l’arrivée."

Selon l’UFC, les autorités ghanéennes ont confirmé à plusieurs reprises que son passeport se trouve entre les mains des autorités togolaises.

Revenant sur le problème de la carte, l’UFC affirme que lors du dépôt de la demande, "aucun agent n’a fait remarquer l’absence d’originaux. Après les formalités, les agents lui ont fait savoir que la carte d’identité sera prête dans un délai de 2 ou 3 jours et qu’il pourrait envoyer quelqu’un la récupérer. M. G. Olympio a donc désigné MM. Evans Welbeck et Jean-Pierre Fabre auxquels il a par la suite délivré des procurations à cet effet. Le jour convenu pour la récupération de la carte, les agents de police ont commencé par bégayer"

A n’en pas douter, des instructions leur ont été données. Inquiets de la tournure des événements nous avons décidé de retirer au plus vite le dossier pour mettre à l’abri l’original du certificat d’autant plus que M. G. Olympio en avait besoin pour son dossier de candidature à la présidentielle.

La déclaration poursuit en ces termes : "Aujourd’hui, M. Pitang Tchalla a soutenu avec ses collègues que la carte d’identité n’a pu être établie pour cause de dossier incomplet, alors que tout le monde a entendu le même Pitang Tchalla déclarer sur RFI en juin 2003 que la carte d’identité de M. G. Olympio était prête et qu’il ne tenait qu’à lui de rentrer au Togo pour la récupérer personnellement. Comment a- t-on pu établir cette carte sur la base d’un dossier incomplet ne comportant pas d’originaux ?"

Toujours dans LE REGARD .....on lit à la une :

"Le chef de la mission ACP fustige les partis politiques..." Selon monsieur Jacques Obia, "LE Togo est en marche, je pense que les responsables qui prennent la dimension de s’isoler endossent leur responsabilité. Comme ils ne sont pas venus au dialogue, je pense que c’est une erreur parce que quand on refuse le dialogue, qu’est-ce qu’on veut ?"

Exposé-débat devant le Club 89 : Agbéyomé Kodjo invité par des personnalités politiques proches de Chirac...

Le 28 mai dernier, l’ex-premier ministre d’Eyadéma, Agbeyomé Kodjo a présenté devant le club 89 à Paris un exposé-débat sur le thème : "la problématique de la démocratie au Togo".

A cette occasion, il a retracé le parcours du Togo sur la voie de la démocratie, relevé les obstacles rencontrés et situé les responsabilités des uns et des autres dans le cheminement tumultueux avant de faire une projection sur l’issue incertaine du dialogue annoncé à Lomé la veille.

Pour notre part, il ne s’agissait que d’un plaidoyer pro domo.
Selon Le Regard, des journalistes auraient été interdits d’accès à la salle du dialogue. C’est sans doute le prix de leur indépendance d’esprit.

Autre information : Un Rapport de la LTDH sur les droits de l’homme au Togo : ce rapport porte sur l’état de la situation des droits de l’homme au Togo et couvre la période allant de janvier 2003 à avril 2004 ...

Les observateurs avertis de la situation politique et des conditions de vie auxquelles le régime d’Eyadema soumet son peuple depuis une quarantaine d’années doivent facilement imaginer que ce rapport ne sera pas tendre pour ce régime au regard des rubriques abordées telles que : les détentions arbitraires, la violation des droits civils et politiques, les libertés d’association, de réunion et de manifestation publique, les franchises universitaires, la répression au-delà des frontières du Togo, la liberté de presse et le droit à l’information, le code de la presse liberticide, la liberté de presse et d’opinion, la liberté syndicale, les négociations collectives et le droit de grève

MOTION D’INFORMATION

Selon ce journal "Agbéyomé Kodjo lance une nouvelle bombe : Avec Eyadéma, les accords et les engagements sont marché d’illusion." C’est un dictateur imbu de sa personne, convaincu de son droit divin sur les compatriotes, passé maître dans l’art de la manipulation et de la répression qui se fait surprendre par le vent de l’Est, celui qui parti de Moscou a balayé le mur de Berlin avant de se confondre avec l’harmattan qui déferla sur la tropique des vautours."

Au sujet de l’affaire de pièces d’identité de Gilchrist Olympio ce journal écrit que "Pitang Tchalla crée la surprise de la contradiction" mais que "Jean-Pierre Fabre dénonce l’intoxication"

Il informe également que les étudiants ont boycotté la réouverture de l’Université de Lomé le 27 mai 2004 fermée suite aux violents affrontements intervenus sur le campus, il y a trois semaines.

Mais le campus n’a pas connu son climat habituel. Très peu d’étudiants, précise le journal, se sont rendus sur les lieux. L’accès au campus est subordonné à la présentation de la carte d’étudiant. Des soldats ont été positionnés aux différentes entrées à cet effet.On a même noté la présence d’une unité spéciale de police dénommée "Police universitaire"

CROCODILE ... parle d’un "Voyage inopportun en Côte d’Ivoire. Le premier ministre Sama fuit ses responsabilités devant la mission de l’UE. Au moment où il faut s’occuper sérieusement des affaires de la cité, le PM s’est envolé pour la Côte d’Ivoire en vue d’aider les Ivoiriens à se réconcilier.

CARREFOUR, en intervenant sur la mission d’évaluation de l’UE à Lomé, se demande si la mission des Ambassadeurs des ACP au Togo est une démarche diplomatique ou règlement de compte.

Il parle aussi de la reprise sous haute surveillance à l’Université de Lomé. Il écrit également que pour "sortir du dialogue de sourds, pour un vrai dialogue, le pouvoir a intérêt à faire venir Gilchrist Olympio avant de rappeler que "face à la mauvaise foi des acteurs politiques, l’UE devra s’impliquer pour la réalisation des 22 engagements"

La rédaction ufctogo.com

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
26 mars 2017
Lomé °C (à 0h)