28/06 au 04/07

Revue de la presse togolaise du 28 juin au 4 juillet 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 5 juillet 2004, publié sur ufctogo.com

Les points essentiels développés par les journaux de cette semaine tournent autour de :
- la réforme du code électoral annoncé par le gouvernement,
- la seconde visite d’évaluation de la mission de l’ UE attendue au Togo,
- de la suite à l’affaire Me Agboyibo - Harry Olympio pendante au tribunal de Lomé,
- de l’anniversaire du décès de Maman N’Danida, etc.

 

TOGO-PRESSE du mardi 29 juin 2004 a servi dans toutes les dimensions, le rappel à Dieu de la vénérée Maman N’Danidaha.
Pour tout observateur, ce qui frappe d’abord l’attention est que le nom de la "mère du Président" a changé sans qu’on ne sache trop pourquoi, quand et comment. On se demande même si c’est seulement l’identité de la personne qui a été modifiée ou si c’est la personne elle-même qui n’est plus la même. Il n’ y a pas longtemps, la "Vénérée Maman s’appelaient encore N’Danida et des chansons d’éloge ont été fredonnées à sa gloire, de son vivant comme après sa mort. Et puis brutalement sans aucune explication publique c’est N’Danidaha qui nous est servi à présent en lieu et place de N’Danida.
Et rappelez-vous que c’est exactement de la même manière que depuis 4 ou 5 ans, "Eyadèma" est venu s’ajouter à "Eyadéma" mais les deux font bon ménage.

Au Togo, les noms peuvent connaître des mutations. Pas la nature despotique du régime et de ceux qui l’incarnent !

Commentant l’événement, Togo-Presse informe que ce 20ème anniversaire a été commémoré dans la prière. L’organe de presse du pouvoir écrit ce qui suit : "A Kara, le Président Eyadéma a assisté à un office religieux au Palais des Congrès, en présence du Président Laurent Gbagbo de Côte d’Ivoire, du Président de l’Assemblée Nationale du Mali, Monsieur Ibrahim Boubacar Kéita, du Représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie, Monsieur Lansana Kouyaté et de diverses personnalités".

A ce sujet lire également l’article intitulé " Le cas Eyadéma et N’Danida de la rédaction ufctogo.com du 3 juillet 2004 sur notre site Internet : http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=477

Le jeudi 1er juillet 2004 TOGO - PRESSE a annoncé que la délégation gouvernementale a rencontré la veille les responsables des partis politiques et des associations.

La délégation présidentielle, avec à sa tête, le PM (Premier Ministre) s’est entretenue avec une quarantaine de responsables de partis politiques et d’associations dans le cadre des engagements pris en vue de réviser le code électoral. A la sortie de cette rencontre, certains responsables ont livré leurs impressions. Nous avions retenu quelques unes.

- Me Agboyibo du CAR : "Nous avons été conviés à cette réunion ... Il nous a été dit que l’objet est de réfléchir sur la réforme à apporter au code électoral et de manière plus précise, il nous a été dit qu’il faut mettre en place un comité en vue de faire des propositions ... sur les réformes du code électoral et sur les financements des partis politiques. Il faut dire qu’à travers les débats, nous avons compris que c’est un jour d’enterrement du dialogue national parce que de manière manifeste, nous avons compris que le PM est sorti du cadre des engagements qu’il a pris à Bruxelles. Aujourd’hui , on dirait que nous sommes à une autre forme du dialogue national. Celui qui a pris la forme de consultation. Donc finalement et certains l’ont dit, ce dialogue est devenu l’affaire du gouvernement, il peut en faire ce qu’il veut ... Je crois que cela n’est pas de nature à aider notre pays à sortir de la crise."

- Gnininvi de la CDPA : "Il n’y a pas eu de discussions. Le PM a laissé s’exprimer les participants à tour de rôle et a proposé la mise en place d’une commission technique pour réfléchir sur le code électoral et le financement des partis. Nous avons été tous surpris parce que c’est la deuxième fois que nous nous rencontrons et nous nous attendions à ce qu’il fasse la synthèse de la première série de consultations et qu’il nous dise comment il compte procéder dorénavant. Les quelques interventions des uns et des autres ont porté sur cet étonnement qui a été partagé par toutes les organisations sérieuses qui étaient dans la salle" Le professeur Léopold Gnininvi précisera également : "Il est stipulé dans les 22 engagements " dialogue " et non " consultations

- Abi Tchessa du PSR :"Nous avons exprimé au PM et à la délégation gouvernementale notre vision du dialogue national. Vous savez, pour qu’il ait dialogue, il faut s’entendre sur les thèmes du dialogue. Il faut s’entendre sur un minimum pour discuter. On ne peut pas répondre à un dialogue sur la maîtrise duquel nous n’avons aucune prise ... C’est pour cela que nous avons demandé au chef du gouvernement de nous dire la manière dont le dialogue doit être conduit..."

- Amah Gnassingbé de l’UFC : "Nous venons de rencontrer le PM suite à la dernière réunion. A cette première réunion, nous avons fait des propositions. Au cours de cette rencontre-ci, nous pensions que le PM devrait nous faire la synthèse de nos propositions. Suite aux discussions, nous avons souhaité qu’on mette rapidement en place un comité préparatoire du dialogue. C’est le point essentiel car tout dialogue doit être préparé .... Les différents intervenants ont exprimé leur inquiétude sur la manière dont la convocation a été faite. Je pense que nous allons revenir sur l’essentiel. Pour le moment , le dialogue n’a pas encore commencé. Il s’agit de préparer un cadre du dialogue. Et c’est ce que nous avions dit".

- Dama Dramani du RPT : "Nous venons de sortir d’une réunion convoquée par Monsieur le PM qui a invité les partis politiques à envoyer des délégués pour participer à une réunion dans le cadre de l’amélioration du code électoral et au financement des partis politiques. Le RPT est d’accord et il sera représenté à ce comité parce que pour nous , c’est l’essentiel."

LE REGARD titre que le gouvernement annonce une réforme sur le code électoral. C’est en des termes fort bureautiques que le Ministre des Affaires Etrangères a adressé au nom du Premier Ministre une invitation aux partis politiques : "Pour poursuivre le dialogue ainsi initié , j’ai l’ honneur de vous demander de participer à une séance de travail sur la réforme du code électoral. "

A l’ analyse, tout laisse croire que rien ne rebute le gouvernement dans sa logique suicidaire. Il entend faire cavalier seul en dépit des appels au bon sens venant de partout. Il veut gérer le dialogue comme il l’entend de manière à préserver l’autocratie. Le journal précise que le gouvernement entend continuer la pagaille qu’il a initiée. En clair , il faut s’attendre à voir dans les jours à venir des "zouaves" à la solde du RPT soutenir cette action et féliciter le gouvernement.

LE REGARD fait connaître également au sujet de la deuxième mission d’évaluation des engagements pris, que l’Union Européenne hésite à envoyer ses experts à Lomé.

Le journal écrit "Le gouvernement togolais doit produire dans deux semaines un second rapport aux instances de l’ Union Européenne portant sur les progrès réalisés dans les différents domaines du dialogue et sur l’accomplissement des engagements pris à Bruxelles. En principe, la mission d’évaluation est attendue au début du mois de juillet. Mais de source informée à Bruxelles, on nous chuchote que , sauf changement de dernière minute, la mission n’arrivera plus à Lomé et que l’Ambassadeur d’Allemagne et le Chargé d’Affaires de l’UE (Union Européenne) au Togo, tous deux membres de la mission, rendront compte de l’évolution de la situation aux instances de l’UE. Tout porte à croire qu’on laisse le gouvernement faire ce qu’il veut, quitte à lui demander des comptes après coup. A l’ UE, on a sans doute jugé inutile, au vu de la pagaille qui s’instaure, de faire voyager des experts venir constater que deux mois après, on n’a pas fini de changer le monde et qu’il faut encore "donner du temps au temps".

LE REGARD fournit le texte intégral du Rapport de la FIDH sur le Togo et informe que ce document continue de déranger les autorités togolaises. Ce document est accessible à cette adresse de notre site Internet : http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=453

Ceux qui ont suivi l’actualité savent que le gouvernement togolais a répondu à ce rapport par des insultes et par la diffamation. A lire sur : http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=464.

LE REGARD parle par ailleurs du renvoi du procès Agboyibor/Harry comme d’un acte dilatoire et fait savoir que l’affaire CAR contre Harry Olympio implique Lomé2 [entendez Eyadèma et sa cour].
Ce journal écrit "Il semble que les mobiles de ce renvoi sont ailleurs. Toujours est-il que ce procès ne pouvait en rien déranger le séjour et le travail de la délégation de l’ UEMOA. Entre la fin de cette mission et le 28 juillet, il y a trente jours. Le renvoi lointain de ce procès suscite des interrogations surtout lorsqu’on sait que les basses besognes du sieur Harry Olympio et pour lesquelles il est poursuivi profitent à Lomé 2."

L’hebdomadaire CARREFOUR nous parle des changements intervenus à l’Union Européenne, en particulier le départ de Romano Prodi et l’arrivée de Manuel Barroso son successeur qui veut être le président d’une Commission " forte ".

CARREFOUR revient lui aussi sur ce qu’il qualifie de "folklore des consultations" avant de parler des discussions que le gouvernement organise autour du code électoral. Selon ce canard, "un débat sur le code électoral est d’autant plus important qu’au Togo, l’origine de la crise est plutôt électorale. C’est donc un sujet sensible qui doit être géré avec beaucoup d’attention afin de donner confiance à tous les protagonistes. Il est donc important de procéder à une clarification responsable. Car c’est ici et maintenant que se joue l’issue des consultations UE- Togo."

LA TRIBUNE DU PEUPLE parle de : "Dilatoire et fuite en avant du pouvoir". Il pense que l’entourage du chef de l’Etat bloque le dialogue [Mais il faut, à notre avis, bien situer les responsabilités. Est-ce bien l’entourage qui bloque le dialogue ? Si vraiment le Chef de l’ Etat voudrait bien d’un dialogue national, il fera tout pour mettre au pas ses sujets qui ne sont d’ailleurs que ses boys scouts.]
Pour ce journal, qui fait l’avocat du diable " ... seul l’assentiment du général Eyadèma a pu permettre le virage à 180° que constitue la reconnaissance implicite par les 22 engagements d’un manque de démocratie au Togo. Au stade actuel , rien ne permet de douter de la bonne foi du général président qui, toutes les sources le confirment , a personnellement initié les consultations avec l’UE parce qu’il désire plus que tout échapper à l’ostracisme dont la Communauté Internationale frappe son régime ... Malheureusement, une lutte d’influence se déroule dans l’entourage immédiat du chef de l’Etat qui met actuellement à mal le fragile espoir issu du début des consultations".
[Ce sont là des propos complaisants et de peu de sérieux. Qui ne sait pas qui bloque ou fait bloquer le dialogue et les négociations dans ce pays ? Qui ne connaît qui gouverne le Togo ? Le directeur de publication de ce journal fait partie des journalistes que le pouvoir a fait voyager dernièrement pour aller "casser" à Paris la conférence de presse organisée par la FIDH à la suite de la publication de son accablant rapport sur l’état des droits de l’homme au Togo. Y a t’il un autre voyage en vue qu’il faut préserver ?]

A propos du baccalauréat on peut lire sous la plume de ce journal une interrogation au sujet de l’aveu d’impuissance du ministre Agba qui a annoncé des échecs en série au Baccalauréat. Selon ce journal, interrogé, lors de sa tournée dans les différents centres d’examen du baccalauréat sur les raisons du pourcentage d’échec élevé, Charles Kondi Agba répond que cet échec élevé est fonction de la valeur du baccalauréat. [C’est forme de raisonnement par l’absurde que l’on rencontre souvent au RPT] Ce qui veut dire, poursuit le journal, que "si les candidats qui échouent sont si nombreux, c’est la preuve que ceux qui réussissent ont de la valeur. Un avis qui n’est pas partagé par une grande majorité d’observateurs de l’école togolaise."

Où va donc le Togo !

Un jour on nous dira que plus il y a des décès pour cause de typhoïde, mieux cela donnera de valeur la à ceux qui sont encore en vie.

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
29 mars 2017
Lomé °C (à 0h)