26/07 au 01/08

Revue de la presse togolaise du 26 juillet au 1er août 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 2 août 2004, publié sur ufctogo.com

Le seul fait majeur de haute importance ayant marqué l’actualité politique de la semaine est la remise à Gilchrist Olympio de son passeport togolais.

 

Le seul fait majeur de haute importance ayant marqué l’actualité politique de la semaine est la remise à Gilchrist Olympio de son passeport togolais. A ce sujet lire aussi notre article à l’adresse suivante :
« http://www.ufctogo.com/article.php3?id_article=494 »

En dehors de cet événement, le dialogue inter-togolais étant mort-né et Gilchrist Olympio n’ayant pu faire le déplacement à Lomé la semaine dernière, cette semaine a connu un passage à vide. On lit dans les journaux des commentaires et des analyses sur certains faits récents de la vie sociopolitique du pays, entre autres sur ce retour de M. Gilchrist Olympio reporté à une nouvelle date non encore publiée, sur son ouverture quant à une rencontre avec M. Eyadéma.

Des interviews des personnalités politiques sur notre situation sociopolitique et les mauvais résultats des examens du Bac 2 font aussi la une des journaux.

- LA TRIBUNE DU PEUPLE Ce journal titre « Gilchrist - Eyadéma : encore une rencontre manquée pour faire avancer le dialogue intertogolais ».

Ce journal écrit : " L’homme qui représente 35% plus deux autres leaders oubliés ( CAR et PSR ), soit plus de 42% de l’électorat togolais sont nécessaires, voire indispensables pour le dialogue politique au Togo ». Il tente de s’engager dans une démarche d’analyse judicieuse même si les chiffres réels ont été minorés, nous ne savons pour quels raisons.
Eyadéma et le RPT savent que depuis l’instauration du pluralisme ils n’ont plus jamais gagné aucune élection au Togo et qu’ils sont obligé de faire des hold up électoraux pour rester au pouvoir.

L’UFC à elle seule a réédité l’exploit d’une victoire à plus de 52% en 2003 après sa victoire au premier tour en 1998. Le RPT et Eyadéma n’ont même pas pu prendre la place d’une 2ème formation politique. Si additionne toutes les voix de l’opposition véritable, le RPT et son Chef n’ont pas 20% de l’électorat et c’est cela la vérité.
Mais l’intérêt de cette analyse et c’est aussi sa valeur, c’est que, même les minorités ont le droit d’exister. C’est la vision de l’UFC que le Togo ne devra plus jamais être une terre des exclusions. Cette analyse montre à tout le moins que la politique d’exclusion du régime Eyadema ne s’explique pas quel que soit du poids de ceux - là qu’on veut exclure de l’échiquier politique togolais car une telle politique conduit droit le pays à des lendemains incertains.
Ce journal parle des différentes réactions observées çà et là à l’annonce de la délivrance à Gilchrist Olympio d’un laissez - passer et de son éventuel retour au Togo. Il écrit : " La semaine écoulée a connu un mini-drame dont le microcosme politique togolais a seul le secret. Déjà, l’annonce de l’octroi d’un" laissez - passer à Gilchrist Olympio et de son possible retour à Lomé avaient jeté l’émoi sur les " amis " et les adversaires politiques du leader de l’UFC. Mais c’est sa proposition d’une rencontre avec le chef de l’Etat Gnassingbé Eyadéma qui a sonné le branle - bas, le combat général dans les états- majors politiques de Lomé".
Selon le journal , on n’a enregistré aucune réaction de la part du RPT et de son chef qui, curieusement ne manque aucune occasion pour se faire passer pour l’apôtre du dialogue et de la main tendue."Des informations concordantes feront plutôt état d’une mobilisation générale des éléments de l’aile dure qui aurait présenté le retour de Gilchrist Olympio comme le prélude à un nouveau soulèvement populaire ou l’occasion d’une lutte armée contre le régime en place."

Ce journal pense par ailleurs que "Le chef de l’Etat soucieux de la cohésion nationale aurait pu prendre au mot le leader de l’UFC pour organiser rapidement une rencontre qui aurait eu le mérite de décrisper l’atmosphère de cette période de fin de consultation avec l’UE".
Lorsque dans son analyse, le journal considère ce mutisme du pourvoir à la proposition de Gilchrist Olympio comme l’expression d’une indifférence à l’endroit des souffrances du peuple togolais, nous pensons qu’on ne peut mieux le dire.

Bac 2 Confirmation d’une prédiction d’apocalypse.

Le professeur Agba avait annoncé l’hécatombe : "C’était avec beaucoup d’étonnement doublé d’une vision à venir que les Togolais avaient suivi les propos du Professeur Charles Kondi Agba , le Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche lors de sa tournée des centres d’examen du baccalauréat ..."Pour lui (cf propos précédemment tenus et consignés dans nos revues de presse antérieures ), la valeur du Bac est jaugée par le taux d’échec élevé au Bac.
Et curieusement , les résultats de cette année sont bien médiocres. Pour le journal, ces échecs massifs observés depuis un certain temps ne sont pas seulement à mettre à l’actif des candidats. Ils sont le reflet de tout le système éducatif gangrené et vicié avec des programmes non appropriés et inadaptés, à tout bout de champ, renouvelés."En plus de cela , sans qu’on ne le dise, il y a une politique de quota qui est observée officieusement ... Personne ne peut nier que le taux de réussite est fixé à l’avance. Il faut lorgner du côté de l’Université qui n’arrive déjà pas à contenir ceux qui sont parvenus à sauter le verrou du Bac..."

- TOGO - PRESSE du mercredi 28 juillet 2004 nous annonce que « Le projet de loi modifiant le code de la presse et de la communication [est] adopté par le gouvernement » et que par ailleurs « L’Assemblée Nationale examine ce jour le projet de loi modifiant le code de la presse et de la communication adopté le mercredi 21 juillet 2004 en conseil des ministres ».

Pour le commun des enfants du Togo, ce n’est ni Eyadéma, ni son Assemblée ni son Gouvernement qui adopteront un jour un code de la presse qui soit républicain. Tout cela est à revoir car ce ne sont pas ceux qui privent leurs citoyens de la liberté qui peuvent leur reconnaître le droit à la parole.

C’est une chose curieuse qui mérite d’être annoncée au sujet de TOGO - PRESSE du 26juillet 2004 qui parle de « L’UFC sensibilise ses militants à Tsévié » Il écrit « Conduite par son Secrétaire Général et son troisième vice - président , MM. Jean - Pierre Fabre et Patrick Lawson, une délégation de l’UFC était à Tsévié le 3 juillet dernier en vue d’un meeting d’information et de sensibilisation de ses militants. La délégation a saisi l’opportunité pour expliquer à ses militants la portée des 22 engagements pris par le gouvernement et donné son appréciation du respect par celui - ci de ces engagements ».
Ce qui est surprenant, ce n’est pas seulement le caractère laconique de l’information mais le fait que « ce journal aux ordres » du pouvoir se soit senti obligé de couvrir cette manifestation de l’opposition et mieux encore celle de l’UFC. Pourvu que ça continue.
Mais quand on voit la date de la manifestation (3 juillet 2004 ) et la date où l’information a été rendue publique (26 juillet 2004), soit trois bonnes semaines après, on se fait moins d’illusions. Il y a de quoi se demander si cela valait encore la peine lorsqu’on sait que dans le même temps, les manifestations du parti de M. Eyadéma sont couvertes et rapportées le même jour par tous les médias publics quelque soit le lieu où elles se déroulent sur le territoire national.

En conclusion, la discrimination dans les médias publics ne finira jamais sous la dictature d’Eyadema.

- LE SCORPION (AKEKLE) parle de « Tirs croisés contre la synthèse des consultations publiée par le gouvernement Sama. Après la LTDH , c’est le tour du GOT (Groupe Oxygène Togo) de réagir contre la synthèse publiée par le gouvernement.
Pour M. Sey K. Yodor, président du GOT, " Par ces engagements, notre pays est en position de faiblesse face à l’UE. Soit le gouvernement exécute correctement les engagements et organise à satisfaction des autres protagonistes l’Assise Nationale et nous avons le salut de l’UE. Autrement dit, la suspension se poursuit ou c’est la coupure totale qui intervient. En définitive, le dialogue ne saurait se résumer à des consultations avec les partis politiques, les syndicats et les associations de la société civile.

Il doit être formellement organisé et pour débattre des problèmes retenus dans les engagements, non plus dans leur étiologie mais dans leur résolution, solutions proposées, résultats obtenus ... L’arrêt de la misère du peuple est à ce prix ."

- LE REGARD évoque le cas du Bénin « épinglé pour une affaire de putsch contre Eyadéma ».

C’est une étrange histoire de soldats togolais qui auraient fomenté un coup d’Etat contre le régime Eyadéma à partir du Bénin.
Selon LE REGARD, une prétendue affaire de coup d’Etat en préparation depuis le sol béninois qui avait défrayé la chronique de l’actualité, il n’y a pas longtemps, refait surface. En février 2004, à la suite d’une mission au Bénin, la FIDH avait découvert 11 militaires togolais incarcérés au Commissariat de Cotonou sans qu’aucune information judiciaire n’ait été ouverte contre eux. Ce qui est bien irrégulier et qui ternit l’image du Bénin qui fait bonne figure en matière de bonne gouvernance, de démocratie et de respect des droits humains dans la sous - région et en Afrique. On se demande s’il est contaminé par son voisin togolais. Pour le journal , " les habitudes de la maison ont traversé la frontière pour souiller l’atmosphère chez le voisin de l’Est.

Le jeudi 22 juillet 2004, le Ministre béninois de la Communication et de la Promotion des Technologies nouvelles et porte - parole du gouvernement, Gaston Zossou est monté au créneau pour déclarer ... que "le Bénin est victime d’un complot qui ne prospéra pas ". Mais on ne sait pas si le complot dont il parle est ourdi par ceux qui ont emprisonné les onze militaires pour créer des problèmes au gouvernement béninois ou la FIDH qui a dénoncé cette situation."

A voir la complicité manifeste qu’il y a entre nos chefs d’Etat en Afrique, il n’est pas exclu de penser à une main invisible du côté du dictateur de Lomé 2.

Le REGARD se demande alors :
"Y a - t il une main invisible derrière cette persécution contre les onze réfugiés ?
Que cache le silence des autorités togolaises sur cette affaire ?
Dans l’entourage des militaires incarcérés, on n’exclut pas une connivence entre les milieux de la police béninoise et le pouvoir togolais ... Mais dans tous les cas, les autorités béninoises ne sauraient décliner leur responsabilité dans cette affaire en se fondant sur leur ignorance du problème. Car rien ne saurait justifier leur silence malgré que l’affaire ait été auparavant fortement médiatisée."

Lire aussi un article sur notre site internet à :
« http://www.ufctogo.com/breve.php3?id_breve=214 ».

REGARD revient aussi sur « La Débâcle au Bac ».
"Contrairement aux autres examens comme le BEPC par exemple , où la proclamation a donné lieu à une liesse quasi populaire, au Bac, ce fut pratiquement le deuil. Avec seulement moins de 25% de réussite, on peut dire que cette année le Bac a été une débâcle."

Curieusement l’année n’a pas été émaillée de grèves. Comment peut -on alors expliquer de si faibles résultats ? Le Ministre de l’ Education est vivement interpellé ... S’il était un homme d’honneur il aurait démissionné de son poste pour insuffisance de résultat et incurie. Mais il est un homme d’horreur alors il restera en place, avec ses horreurs !

- LE POINT DE LA SEMAINE livre une « interview de Jean -Pierre Fabre , Secrétaire Général de l’UFC » où il déclare « Vous verrez Gilchrist Olympio bientôt parmi nous »
Le retour du leader de l’UFC était annoncé. Le Président Gilchrist Olympio était même arrivé à Accra. Une date a été avancée pour sa venue à Lomé. Et puis, plus rien n’a été dit. On apprendra plus tard que M. Gilchrist Olympio est retourné en Europe. LE POINT a approché le Secrétaire Général de l’UFC pour en savoir sur les raisons d’un tel état de chose, sur le problème de sa carte d’identité, sur ses documents de voyage et sur bien d’autres points encore.
Parlant du document de laissez - passer, Jean - Pierre Fabre répond en ces termes : " Je l’ai vu. Il a si peu d’importance que je ne me suis pas donné la peine de le lire. Il s’agit d’un document d’une page avec la photo du porteur, autorisant celui-ci à rentrer dans son pays ... Il n’est valable que pour une seule entrée ...".

Il s’est alors posé la question de savoir ce qu’il ferait si, comme à l’accoutumée, le pouvoir ne lui délivraient pas à temps le passeport. Et là, il n’a reçu aucune réponse satisfaisante. Mais pour le Secrétaire général de l’UFC, ce n’est pas la non - satisfaction sur ce point qui a fait repartir Le Président Gilchrist Olympio. "... Le Président Gilchrist Olympio a sollicité des rendez- vous auprès d’institutions européennes impliquées dans la résolution de la crise togolaise." Il ne pouvait pas annuler ces rendez - vous urgents de peur de ne plus les obtenir ou de les obtenir après les vacances des diplomates vers la fin de l’année. "De plus, certaines institutions européennes ... ont aussi souhaité rencontrer M. Gilchrist Olympio "
Selon J-P FABRE " Ce qui est sûr, c’est qu’une fois ces réunions terminées, il regagnera le Togo. C’est une affaire de semaines .... M Gilchrist Olympio considère que la nécessité de son retour s’impose...Vous verrez Le Président Gilchrist Olympio parmi vous ... M. Gilchrist Olympio est un homme de devoir. Que cela puisse lui coûter, il ne se soustraira jamais à sa mission de contribuer au changement politique pour soulager les souffrances des populations togolaises."

M. Jean -Pierre Fabre a saisi l’opportunité d’une question du journaliste relative à la proposition de rencontre de M. Gilchrist Olympio avec M. Eyadèma pour apporter un certain nombre d’éclaircissement sur le sujet." Nous avons lu dans plusieurs journaux que M. Olympio demande à rencontrer le chef de l’Etat. C’est tout à fait inexact. M. Olympio répondant ... à une question d’un journaliste... a eu à exprimer sa disponibilité pour rencontrer le Chef de l’Etat, en vue de résoudre la crise togolaise, si les circonstances l’exigent. Ce n’est pas la première fois que le Président de l’UFC manifeste publiquement cette disponibilité. Souvenez-vous lors des discussions inter-togolaises en juillet 1999, M. Gilchrist a répondu favorablement à la question des facilitateurs, notamment de M. Bernard Stasi, de savoir s’il était prêt à rencontrer M. Eyadéma pour dénouer la situation. A l’époque, le chef de l’Etat avait refusé. Il y a quelques mois, dans une interview accordée à votre confrère " CROCODILE ", M. Gilchrist Olympio a renouvelé cette disponibilité en ajoutant qu’il fallait éviter de personnaliser le problème togolais. C’est donc cette attitude que M. Gilchrist Olympio a encore une fois réitérée."

Le fait que Me Agboyibo déclare : " Pour le moment , il y a une convergence de vue" fait penser que bientôt il y aura un front uni de l’opposition.
Le journal rapporte que des partis politiques dits de l’opposition radicale sont en train de s’organiser " pour la mise sur pied d’un front en vue de mener des actions susceptibles de créer une nouvelle dynamique en ces moments de dialogue national. Selon certaines sources, ce front aura pour principal objectif de contraindre, à travers des actions ponctuelles, le pouvoir à respecter l’esprit et la lettre des 22 engagements pris à Bruxelles ..."

Pour Me Agboyibo, il est question pour l’heure d’une " convergence de vue." " Nous sommes , dit -il , au stade des velléités ... Une union de l’opposition, en soi, n’est pas une mauvaise chose" Mais il ne doit plus s’agir, précise - t - il, " comme par le passé de se retrouver au sein d’une union pour seulement remuer la rue, obtenir quelques concessions et ne plus se retrouver à la fin, surtout en période préélectorale."

Un entretien avec M. Bassirou Ayéva nous fait savoir : « la bonne foi d’Eyadéma est encore à prouver » Ce militant du PDR devrait accorder ses violons avec ceux de son Président qui siège déjà autour d’Eyadéma. Le journal reprend une interview accordée au journal de la communauté togolaise en Allemagne sur la vie sociopolitique du Togo au regard des engagements pris par le gouvernement et de leur respect.
Le patron du PDR en Allemagne dit ceci : "Les 22 engagements arrachés par l’ UE au tyran peuvent accélérer sa chute. Mais je pense que nous devons écarter tout triomphalisme. Car ... ce serait un miracle si Eyadéma respectait ces engagements. Habitué au saupoudrage , au jonglage , avec les textes , fort du soutien de Jacques Chirac, Eyadéma tentera ... de maquiller les rapports et les résultats découlant de ces engagements". Cette analyse est largement partagée dans l’Opposition.

Mais à entendre Bassirou Ayéva parler, on pourrait croire qu’il est totalement en désaccord avec Zarifou Ayéva son Président au PDR qui, ces derniers temps se fait le défenseur du pouvoir ... Bassirou Ayéva s’en défend... Mais ce petit jeu politique ne pourra plus jamais abuser le peuple togolais. Dans le cœur des démocrates véritables, le PDR et la CPP sont en train de décliner.

La Rédaction ufctogo.com

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
18 août 2017
Lomé 23°C (à 02h)