24/05 au 30/05

Revue de la presse togolaise du 24 au 30 Mai 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 30 mai 2004, publié sur ufctogo.com

A n’en pas douter les journaux de la semaine parlent tous en priorité de l’ouverture du dialogue national et de ses chances de réussite en l’absence des principaux partis de l’opposition que sont l’UFC, le CAR et la CDPA.

 

LE REGARD écrit :

- Deux experts de l’UE désignés pour une mission d’évaluation au Togo afin de vérifier l’application des engagements pris par les autorités togolaises. (NB : Cette mission arrive à Lomé début juin).
- Lomé 2 fait convoquer une Conférence Nationale bis

Le journal précise que ne les ayant pas acceptés de gaieté de cœur, le pouvoir cherche par tous les moyens à vider de leur substance les engagements pris devant l’Union Européenne. Au lieu d’un cadre "structuré et transparent", le gouvernement a choisi une logique tout autre en refusant toute discussion préalable ou préparatoire au dialogue juste pour organiser quelque chose avant l’arrivée de la mission d’évaluation. Dans ces conditions, il est facile de préjuger de la mauvaise foi du locataire de Lomé 2 et de la suite de ces assises.

« On prépare l’exclusion des principaux partis de l’opposition » titre ce même journal dans un autre article. En effet, comme, il fallait s’y attendre, le CAR, l’UFC et la CDPA n’étaient pas au rendez-vous.
Au « Palais de justice : les jeunes de l’UFC à la barre » : le verdict est attendu pour le vendredi 28 mai 2004. Ces jeunes sont indexés comme étant les auteurs de la destruction des stations d’essence et des troubles qui ont suivi l’invalidation de la candidature de M. Gilchrist OLYMPIO le 5 mai 2003. Les prévenus n’ont pas reconnu avoir détruit des stations d’essence. Par contre, ils reconnaissent avoir distribué des tracts appelant la population à soutenir la candidature de G. OLYMPIO.

CROCODILE titre à la une :

- le dialogue s’ouvre ce jeudi sans l’UFC, le CAR et la CDPA

La raison en est bien simple. Les exigences de ces partis pour un véritable dialogue ne sont pas satisfaites. Et les réactions ne se sont pas faites attendre. Les leaders de ces partis ont écrit au Premier Ministre pour lui signifier leurs mécontentements et leur refus de prendre part au dialogue pour le plaisir d’y prendre part.

"La CDPA considère cette invitation comme un recul et une exhortation à un saut dans l’inconnu. Elle ne sera donc pas représentée au dialogue tel qu’envisagé actuellement. La CDPA réitère sa disponibilité à prendre part à tout dialogue sérieux susceptible de déboucher sur des résultats de nature à mettre fin définitivement à la crise. C’est pourquoi une fois encore elle demande que tous les partenaires s’y engagent résolument et dans la sincérité."
L’UFC avait fait part au Premier Ministre des conditions à remplir par le dialogue pour être crédible. A ce jour aucune satisfaction n’a été obtenue en ce sens. "Compte tenu de tout ce qui précède, nous vous informons que nous ne serons pas à l’ouverture du dialogue, le jeudi 27 mai 2004", écrit-elle au Premier Ministre.

Même son de cloche du côté du CAR : "Nous voudrions en rappel de nos correspondances des 13 et 17 mai 2004 vous réitérer nos préoccupations au sujet du mystère qui entoure les modalités d’organisation du dialogue national .... qui a besoin comme tel d’être préparé conjointement par les forces politiques concernées. Or à la veille de l’ouverture annoncée, le CAR constate qu’il n’a été associé à aucune réunion préparatoire de l’assise nationale. Notre parti n’est pas disposé à prendre part à un départ vicié du dialogue national"

MOTION D’INFORMATION. Les grands titres sont :

- ouverture du dialogue national jeudi prochain par Eyadéma
- l’UFC, le CAR et la CDPA probablement absents
- l’UFC et la CDPA dénoncent la mutilation de leurs interviews par la TVT et demandent à la TVT de rediffuser l’enregistrement original de leurs déclarations.

Nicholas LAWSON sort la tête de l’eau qui l’a englouti le 1er Juin 2003 et écrit au PM. Il a été très acerbe au point qu’on se croirait dans une affaire de règlement de compte. Tout en encensant Eyadéma qu’il qualifie d’"homme providentiel", il s’en prend au PM et nous le citons :

... "Nous avons été choqués et surpris par la présentation de la prétendue lettre et encore plus par son contenu. Si cette présentation n’est pas séante et confirme ce que nous pensons de votre gouvernement, le fond de cette note est outrageant pour les responsables politiques que nous sommes et détestable pour tous les patriotes.

... Par la faute des hommes politiques comme vous, notre pays est devenu la risée dans le monde, placé sous la tutelle étrangère et au ban de la communauté internationale.

... Vous- même et les thuriféraires du RPT, vous vous cachez derrière l’homme providentiel, le Général Eyadéma, pour assouvir vos ambitions personnelles tout en méprisant ceux qui vous combattent pour incompétence, corruption et perfidie... Notre pays est gravement malade et ce n’est pas à votre niveau que nous pouvons le guérir.

... Votre gouvernement et le RPT que vous servez n’ont aucune légitimité à cet effet. Le monde vous tolère parce que la politique comme la nature ont horreur du vide...Il faut donc cesser de nous abuser et d’utiliser le pouvoir avec désinvolture et cynisme".

LA TRIBUNE DU PEUPLE

Selon ce journal le Ministre doit être interpellé au sujet de la fuite détectée dans les épreuves du BAC1 technique. La lumière doit être faite pour que les auteurs soient arrêtés et traduits devant la justice.

En 2002, une fuite avait été enregistrée au niveau des épreuves du BEPC. Les examens se sont déroulées normalement jusqu’à la fin et ce n’est que l’épreuve de mathématiques qui a été reprise. On ne comprend pas pourquoi en 2004 on arrête prématurément toutes les épreuves avant d’avoir vérifié l’ampleur de la fraude, pénalisant de ce fait l’ensemble des candidats.

Au jour d’aujourd’hui, personne ne sait encore quand cet examen sera repris. Pourtant on nous a toujours dit qu’à chaque session, on propose trois jeux de sujet pour palier à ce genre de situation ; qu’en est-il aujourd’hui ?

Un autre titre de ce canard : « dix huit mois d’emprisonnement des étudiants de l’Université de Lomé » Ce verdict est tombé le lundi 26 mai 2004 et fait suite aux troubles du 30 avril sur le campus. L’après-midi les leaders du Collège des Délégués de l’Université de Lomé ont animé une conférence de presse au Restaurant la Pirogue pour envoyer un message clair aux autorités et à l’opinion publique : « dix huit mois d’emprisonnement de nos camarades équivaudront à 18 mois de fermeture de l’Université de Lomé ».
Les étudiants affirment qu’à ce jour aucune véritable négociation n’est entamée avec les autorités compétences en dehors de simples rencontres informelles. L’université de Lomé fermé par arrêté a été ouverte le jeudi 27 mai 2004 par décret présidentiel.

Où est le parallélisme des formes ou bien est-ce déjà l’exercice du pouvoir de substitution d’un Chef de l’Etat à un ministre comme cela peut arriver en cas d’incompétence notoire ? Voilà aussi une très bonne manière de montrer à la face du monde, la séparation des pouvoirs telle qu’elle existe au Togo.

« Libération de Marc Palanga après plus de 15 mois de détention » arbitraire. Voilà les premières réactions qu’il a livrées à la presse : « j’ai été torturé et tabassé tous les soirs pendants plus de trois mois ». Il a aussi ajouté que du fait de sévices subis ’il urinait du sang par moments, que son corps s’est enflé et était douloureux pendant longtemps. Mais Marc Palanga a tenu bon et il déclare qu’il est « maintenant dehors pour continuer la lutte »

CARREFOUR

Les titres tournent autour du dialogue national qui s’ouvre. Le journal le présente comme un défi pour la classe politique, une réponse aux attentes du peuple. Il annonce aussi que la CDPA et l’UFC observent un boycott.

Les déclarations de JP Fabre de l’UFC « dans la configuration actuelle nous ne participons pas à ce dialogue qui s’ouvre ce jour. Nous n’irons pas à la cérémonie d’ouverture. Si les choses s’arrangent nous y participerons ...On ne commence pas une chose sans la préparer et une affaire aussi importante mérite d’être méticuleusement préparée pour en garantir le succès ».

Du côté de la CDPA Aduayom : « non, nous ne participons pas au dialogue qui s’ouvre ce jour. Nous avons répondu à la lettre du Premier Ministre à ce sujet. Nous avons dit clairement que ce dialogue va être organisé sur l’engagement pris à Bruxelles ... de manière à mettre en face la mouvance présidentielle et l’opposition traditionnelle ».

CARREFOUR note aussi que sur décision personnelle du Chef de l’Etat, son ministre aux ordres autorise la réouverture de l’Université de Lomé pour compter du 27 mai 2004 fermée le 2 mai précédent.

La rédaction ufctogo.com

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
21 août 2017
Lomé 23°C (à 05h)