20/12 au 26/12

Revue de la presse togolaise du 20 au 26 décembre 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 27 décembre 2004, publié sur ufctogo.com

Les titres de cette semaine évoquent la marche de protestation à l’appel de quatre partis de l’opposition contre la hausse abusive des prix des produits pétroliers,
la position de l’ UE par rapport au Togo à quelques jours de la date butoir, le report pour la troisième fois du vote du code électoral par l’Assemblée Nationale monocolore Rpt, suite aux pressions extérieures exercées sur le gouvernement de Koffi Sama, l’annonce par le Général-Président de la dissolution de l’Assemblée monocolore du RPT et des législatives pour juin 2005.

 

Le Regard

- Le folklore de la simulation du dialogue national
Selon cet hebdomadaire, « Eyadema tente d’influencer le Commissaire Européen. Après huit mois de folklore et à quelques jours de « l’ultimatum » de l’UE les autorités togolaises ont entrepris une offensive diplomatique en direction de Louis Michel pour tenter d’obtenir le déblocage des fonds du 9è FED sans respecter les conditionnalités. »

Et de poursuivre : « Ces derniers temps, des émissaires du pouvoir togolais se sont rendus à Bruxelles pour tenter d’influencer Louis Michel. A Koffi SAMA, le Commissaire européen avait dit qu’il faut discuter du cadre électoral avec l’Opposition. Après le PM, Nachaba a pris le relais pour transmettre une lettre du chef de l’Etat au Commissaire européen..... Le Timonier aurait signifie à Louis Michel que son gouvernement a fait l’essentiel et que ce sont les trois partis CAR , UFC, CDPA qui bloquent tout et prennent le peuple togolais en otage.

A Bruxelles, on est étonné d’entendre ce discours qui insinue l’influence des partis dont on dit pourtant qu’ils ne représentent rien. Cet argument n’est pas pris au sérieux. En revanche, un document de l’UFC retraçant les dessous des modifications de la loi électorale et de la Constitution a ouvert les yeux aux décideurs de l’UE... La réponse obtenue par Natchaba n’aurait pas comblé les attentes du Guide Eclairé ». Ce fut alors le tour de Kodjo et de Ayeva de prendre la route de Bruxelles pour expliquer à Louis Michel la justesse de la position du gouvernement togolais. Et pour épater le nouveau Commissaire européen, Edem Kodjo aurait mis en avant ses titres d’ancien Secrétaire Général de l’Organisation de l’Unité Africaine et d’ancien Premier Ministre du Togo ».
Tout cela n’a pas suffi. Ils sont revenus bredouilles. Ils n’ont pas pu rencontrer Louis Michel.

A l’analyse, le journal conclut que la rencontre avec l’opposition sur « le cadre électoral n’était qu’un folklore de plus parce qu’on ne peut pas considérer à l’avance qu’il est impossible d’aboutir à un consensus avec l’opposition et faire semblant de dialoguer avec cette même opposition. Les trois partis politiques ont jugé nécessaire d’informer le Commissaire européen de l’attitude de la mouvance présidentielle....

- Marche de protestation sur fond d’intimidation à Lomé : un succès au regard du dispositif de répression impressionnant mis en place pour intimider les populations.
« Ils étaient des milliers de militants et sympathisants à répondre ce samedi 18 décembre 2004 à l’appel... Tôt le matin, les forces de l’ordre, matraques et grenades lacrymogènes en main, donnaient l’air de chasseurs prêts à bondir sur leur proie. Mais ce dispositif impressionnant n’est pas venu à bout de la détermination des manifestants »
Les barbares qui dirigent le Togo par la force et le mensonge sont devenus des débiles au point de ne pouvoir se rendre compte que la communauté internationale les observe et apprécie par elle-même, à travers cette violence policière et militaire, que la tyrannie existe encore bel et bien au Togo.
Le Nouvel Echo

- Pour une 3ème fois, l’Assemblé Nationale a encore reporté le vote du code électoral.
« Le forcing ne mène nulle part. Le gouvernement et son Assemblée RPT doivent le comprendre et revenir pour écouter la voix de la raison. »

- Dialogue inter togolais : Le recours à un médiateur fait peur au RPT, à la CPP et au PDR.

- Les leçons de la marche qui a fait peur :
Le test mérite d’être renouvelé. Au-delà de tout, l’union de l’opposition s’impose « Avec tout ce qui s’est passé le jeudi 16 et vendredi 17 décembre, personne n’a pensé que la marche de protestation de l’opposition ... aurait pu avoir lieu le samedi 18 décembre 2004. Des menaces et intimidations ont fusé de tous parts pour décourager les populations. »

Le Combat Du Peuple

- Ce journal qui est la caisse de résonance de Lomé2 sort une fois encore des titres ronflants tel que « Confidentiel : Réactions Togo / UE ; Le président Eyadéma a écrit au Commissaire Louis Michel » pour servir ces sornettes contre le peuple. Ce peuple n’oubliera pas de le convoquera un jour devant le tribunal de l’histoire.
Voilà que ces griots à la panse trop pleine ruminent et ne peuvent plus penser. Et comme ils ne pensent plus ils ne sont plus. Ainsi ont-ils griffonné : "Le pouvoir togolais sous l’impulsion du président Eyadéma, déploie des efforts incommensurables pour obtenir d’abord, la reprise, puis, la matérialisation de la reprise des relations de coopération entre notre pays et l’institution européenne. Cette matérialisation s’entend par le déblocage de fonds gelés ou à geler. C’est connu que sur ce chapitre, pour éviter la forclusion, la notification doit être faite à notre pays avant la fin de l’année en cours. Dans le cas contraire, le Togo perdra, 20 millions de dollars"
La suite de l’article de ce journal édifiera plus d’un démocrate togolais. En effet ce journal se positionne comme un censeur de l’Union Européenne.

Se trouvant obligé comme ses maîtres de reconnaître que le déblocage des fonds de l’Union Européenne est conditionné par la définition d’un cadre électoral accepté par toutes les parties et la fixation de la date des législatives, le canard boiteux de Lomé2, avilie sa plume : il écrit « Tout récemment encore, le nouveau commissaire européen ... dès sa prise de fonction, a adressé au gouvernement togolais une lettre dans laquelle il est revenu en charge et a réitéré les positions de l’ UE. En réponse à ce courrier dont le ton cavalier a surpris plus d’un observateur, le gouvernement togolais a réagi par lettre... Dans cette lettre le chef de l’ Etat a apporté des réponses aux préoccupations de l’ UE. Dans cette perspective, le vote du projet du code électoral ... a été reporté sine die. Cette concession ... est un signal fort qui montre la volonté politique du président Eyadéma de trouver, coûte que coûte une solution et sortir définitivement de la crise... Dans cette même lettre, la période des futures législatives a été fixée ».

Quelques remarques s’imposent à la lecture de cet article. Nous avons au jour le jour la preuve que ce journal est devenu la caisse de résonance du locataire de Lomé2 et de son régime tyrannique agonisant. Il faut vraiment être à la cour de Lomé2 pour savoir le contenu de la lettre du pouvoir RPT au commissaire de l’Union Européenne. « Combat Du Peuple » sort les lundis... Et c’est bien curieux que déjà le lundi 20 décembre, il annonce ce qui n’a été rendu public qu’à la suite du Conseil des ministres du mercredi 22 décembre. Naïvement « Combat Du Peuple » a voulu être le premier à donner l’information sans avoir le minimum d’intelligence pour réaliser que cela le desservira. On dirait que le ridicule ne tue plus lorsqu’on a le ventre à la place de la tête.... Voilà ceux qui sont payés à coup de millions !

- Littérature togolaise

Monsieur Edem Kodjo a présenté son tout premier roman au public de son pays « Cette rencontre de lancement et de dédicaces a eu lieu au Centre Culturel Français (CCF) de Lomé, de 19h jusqu’au-delà de 20h30 devant une assistance nombreuse et attentive de plusieurs centaines de Togolais, d’autres Africains séjournant au TOGO, ainsi que des Français parmi lesquels se trouvaient l’Ambassadeur de France Monsieur Alain HOLLEVILLE et son épouse ».

On peut bel et bien dire que Monsieur Edem Kodjo n’aura pas trop à chômer dans sa retraite politique. Par moments, dans ses réponses aux questions, il l’a même avoué : « C’est avec délectation que j’ai écrit ce premier roman... Et je puis vous assurer que je suis un récidiviste puisque j’ai la ferme intention de continuer dans ce genre. »

« Si Dieu me prête vie, peut être un jour, j’écrirai un livre chrétien »

Prions que Dieu maintienne Edem Kodjo dans la littérature afin qu’il laisse la politique aux hommes de bonne foi, de conviction plus préoccupés par le sort de la nation que par leur carrière !

Crocodile

- L’ultimatum de l’Union Européenne (UE) pèse sur la dissolution prochaine de l’Assemblée.

Cette allégorie est très évocatrice de la situation politique togolaise. Le journal poursuit : « Le 04 décembre dernier, la Commission de l’Union Européenne (UE) a lancé un ultimatum enjoignant le gouvernement togolais à annoncer la date des élections législatives sous peine de perdre 20 millions d’euros à la date butoir du 31 décembre 2004 ».

« Cet ultimatum est un flagrant démenti aux « allégations » du pouvoir selon lesquelles l’Union Européenne (UE) a repris sa coopération avec le TOGO. En effet, à la suite du Conseil des ministres hier mercredi 22 décembre 2004, le gouvernement annonce son intention de dissoudre l’Assemblée Nationale et de tenir des législatives dans le premier semestre de la nouvelle année 2005 ».
Pour Crocodile, « cette annonce plate et vague du gouvernement n’a de consistance que de vouloir faire croire à la Communauté internationale que le TOGO est en train de respecter la feuille de route qui lui impose d’organiser les élections législatives et locales de façon claire et acceptable par tous. »

Le plus important aujourd’hui, conclut le journal, « consiste à revoir toutes les lois y compris la Constitution révisée subrepticement le 30 décembre 2002. »

Cette analyse est juste car il ne sert à rien d’annoncer la date ou la période des législatives lorsque le cadre, les règles et les dispositions devant régir ces législatives ne sont pas encore élaborés. C’est mettre la charrue devant le bœuf et être de mauvaise foi.

- Troisième report du vote du code électoral : l’Assemblée se ridiculise.

« Annoncé en grande pompe pour mercredi 22 décembre, le vote du nouveau projet de loi relatif à l’amélioration du code électoral a encore été reporté pour la troisième fois »

C’est la preuve des pressions que le pouvoir subit ces derniers temps.

- Discussions sur le cadre électoral

Le pouvoir accélère lentement par peur des élections transparentes. Cela montre à suffisance comment les calculs politiciens et mesquins freinent .... toutes les démarches louables pour sortir le Togo de l’ornière »
Pourtant la position de l’UE est claire : dialogue avec l’opposition sur le cadre électoral en vue d’aboutir à des solutions consensuelles, fixation des dates des législatives libres, transparentes, démocratiques avant tout déblocage de fonds.

- Fixation de la date des législatives

Le gouvernement maintient le flou.
Tout porte à croire que « le pouvoir marmotte une date pour l’organisation des élections législatives pour ne pas perdre une fois 20 millions d’euros sur le reliquat du 9ème FED » A ce jour, le pouvoir et l’opposition ne sont pas arrivés à s’entendre sur la notion du cadre électoral.

Ces « divergences laissent déduire que le consensus que l’UE exige n’est pas pour demain. »

- Des faits sociaux aux faits politiques
Des Togolais ont franchi le cap de l’ânerie à l’idiotie. « Des citoyens s’étaient évertués à prendre la défense la semaine dernière du gouvernement sur le sujet brûlant de la hausse exagérée des prix des produits pétroliers ... Il y a eu des contre-manifestations. Du coup, on a compris que chez nous, tout est possible, même l’ânerie.... »

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 28°C (à 22h)