13/12 au 19/12

Revue de la presse togolaise du 13 au 19 décembre 2004

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 20 décembre 2004, publié sur ufctogo.com

Les faits marquants des journaux de la semaine portent sur la dénonciation de l’insécurité à Lomé, le mécontentement généralisé de la population suite à l’augmentation des prix du carburant, l’hypothétique reprise de la coopération de l’ UE avec le Togo et la volte-face du gouvernement qui a convoqué les partis politiques parmi lesquels l’UFC, le CAR et la CDPA à une séance de travail sur le code électoral.

 

Motion d’Information

- L’histoire de cadavre rejeté par la mer rebondit à Lomé.
"Les forces de sécurité auraient exécuté une opération d’enterrement de cadavre dans la nuit de jeudi au cimetière d’Anfamé Dangbuipé No 2, une banlieue de Lomé communément appelée Zorro Bar..."

Aux alentours de 18 heures, les populations ont vu des véhicules des forces de sécurité débarquer au cimetière. Malgré la forte présence des hommes en tenue, certains curieux ont pu les filer. L’opération a duré au moins une heure et une patrouille spéciale a veillé sur le cimetière pendant toute la nuit. Le lendemain, les habitants du quartier "ont découvert environ huit tombes alignées en motte de terre". Beaucoup de journalistes et de défenseurs de droits de l’homme une fois l’information portée à leur connaissance, se sont rendus sur les lieux pour constater les faits. Diverses hypothèses ont été avancées à propos de la provenance de ces corps. Pour certains, ce sont les corps des gens sommairement exécutés. Pour d’autres, ce sont les restes des victimes de la bousculade du 20 novembre...

- Parlant de la hausse des prix des produits pétroliers, la CDPA dénonce un prélèvement supplémentaire de 9 milliards sur les consommateurs et appelle le gouvernement à revoir sa décision.

"Les autorités justifient cette hausse excessive en se fondant uniquement sur l’augmentation du prix du pétrole sur le marché international ... Pour la CDPA, certains postes de cette structure des prix méritent des explications claires et transparentes .... et le gouvernement doit :
- reconsidérer de manière plus rigoureuse et transparente la structure des prix ,
- renoncer à profiter de la hausse du prix du brut pour alourdir les prélèvements qui pénalisent les consommateurs togolais et précarisent davantage leur condition de vie."

- Déclaration de la LTDH : Campagne sanglante de terreur des forces de sécurité à Lomé.

"Depuis le mois de novembre 2004, des hommes des forces de sécurité déversés en grand nombre dans la ville de Lomé pour y effectuer des patrouilles afin de protéger et rassurer les citoyens, sèment plutôt la terreur en toute impunité.

Cette vague de terreur qui s’est abattue particulièrement sur certains quartiers à l’Est de la capitale (Kagomé, Ahadjikpota, Zorro Bar, Adamavo, Dzifa...) semble parfaitement orchestrée.

A quelle fin ?

Les malheureuses populations innocentes et impuissantes ne savent plus à quel saint se vouer alors que le pays possède un gouvernement qui se paie régulièrement des marches de soutien à sa politique.

Cette campagne de terreur qui consiste pour les patrouilles à se jeter au hasard sur les passants et à leur infliger des traitements inhumains et dégradants, parfois jusqu’au sang, commence à provoquer, selon les familles des victimes, des morts dont la dernière serait un certain Kossi Gadégbé, chauffeur de profession.
Face à cette vague de violence aveugle....., la LTDH tient à mettre le gouvernement RPT devant ses responsabilités pour veiller à la sécurité de tous les Togolais, surveiller le comportement des patrouilles sur le terrain, mettre fin à leurs exactions et faire traduire en justice leurs auteurs..."

- Pour protester contre la hausse du prix du carburant , l’Opposition démocratique appelle à une grande marche samedi prochain 18 décembre 2004.

Les partis signataires de cet appel sont l’UFC, le CAR, le PSR, l’UDS-Togo. Chose curieuse, la CDPA ne fait pas partie des partis politiques qui ont lancé cet appel. L’équipe du professeur est-elle si occupée à l’élaboration de ses formules de mathématiques nucléaires au point de n’avoir pas eu le temps d’apposer sa signature sur le document de l’appel ?

- Fin de combat pour l’écrivain togolais Yves-Emmanuel DOGBE, auteur de plusieurs écrits, fondateur des Editions AKPAGNON.

Yves-Emmanuel DOGBE est décédé le dimanche 7 novembre 2004 à Paris à l’âge de 65 ans. "Toute la rédaction de Motion d’Information s’associe à la douleur de la famille de Yves - Emmanuel DOGBE et souhaite que la terre lui soit légère". A lire, le vibrant hommage que lui a rendu Ekoué Satchivi sur :
http://www.letogolais.com/article.html?nid=1421

Le Combat Du Peuple fait son mea culpa. Cela veut dire qu’on ne saurait défendre l’indéfendable indéfiniment. Lisez ce qu’écrit ce journal qui est tout à son honneur, même si ses journalistes du ventre tentent d’oublier que le règne de Monsieur Eyadéma et de son équipe est fini, quelle que soit la donnée.

- Le président Eyadéma face aux jeux de ses collaborateurs.

"Plusieurs fois déjà, nous avions souligné ... le fait que l’opposition ait fait de cette reprise le seul créneau sur lequel elle fonde toute sa stratégie de conquête du pouvoir... En revanche, nous avions négligé de jeter un regard critique sur ce qui se magouille dans le camp du pouvoir." Selon ce journal, c’est ce qui explique même les ratés de la mise en oeuvre des 22 engagements. Dans son analyse des relations entre l’UE et le Togo, il y a deux hypothèses à envisager :
1/ L’UE reprend la coopération sans condition avec le déblocage des fonds. Dans ce cas, le pouvoir gagne sur tous les fronts. La plupart des collaborateurs du chef de l’Etat conserveront leurs postes. Et les conséquences seront terribles pour l’Opposition qui doit vraiment s’organiser pour sa survie politique.
2/ L’UE reprend avec pour condition des législatives transparentes avant tout déblocage de fonds, "dans ce cas de figure, toute la donne change. Le président Eyadéma conserve, certes, son pouvoir qui, somme toute , n’est pas menacé à terme, mais la plupart de ses collaborateurs dont les deux principaux, à savoir le Premier Ministre et le Président de l’Assemblée courent de sérieux risques d’être tout simplement gommés. Plusieurs ministres seront également sur la sellette.

A notre avis, il s’agit d’une analyse curieuse voire tendancieuse. C’est comme si le RPT même savait que si les élections sont propres, elles ne sauraient les gagner. Alors, on pense déjà au changement du Premier Ministre et à celui du président de l’ Assemblée.

Le Combat Du Peuple

Pour « Le Combat Du Peuple », ce sont les collaborateurs directs du Chef de l’Etat menacés de départ qui négocient. Il y a de quoi s’interroger sur leur bonne foi .Car s’ils acceptent de jouer franc jeu, leur élimination de la scène politique est plus que sûre.
Alors ne chercheraient - ils pas à faire de la résistance pour s’ y maintenir ?

Le journal note en passant que le Premier Ministre "se presse lentement" et manque visiblement d’initiatives de nature à permettre au pays de sortir de l’ornière. Et le journal de conclure que le Premier Ministre "ayant fait des négociations avec l’ UE un domaine réservé, l’échec ou le succès lui sera imputé". Revenant au Président de l’Assemblée, le journal estime qu’il n’a non plus intérêt à voir son mandat écourté. Par conséquent, "il a besoin de toute sa vigilance, d’abord pour contourner les tentatives de blocage venant de son propre camp et ensuite pour contrer les velléités d’une frange de l’opposition qui , en réalité , ne vise que son fauteuil".

"Ceux qui savent qu’ils vont perdre leurs postes et les privilèges qui y sont liés mais qui continuent de jouer aux pompiers peuvent être tentés de mal éteindre..... Si donc rien n’est fait pour sortir de ce guêpier, la reprise de la coopération n’apportera pas les fruits escomptés .Ce sera le fiasco.

- Le Conseil Supérieur de la Magistrature a sévi : M. Abdoulaye Yaya suspendu pour 6 mois.

"Cette décision prise par le Conseil Supérieur de la Magistrature serait consécutive à une affaire de trafic d’influence dans laquelle aurait trempé M. Abdoulaye Yaya. On lui reprocherait d’être intervenu auprès d’un plus jeune magistrat pour la mise en liberté d’un étranger que certains identifient volontiers à un trafiquant de drogue..."

Pour l’avancée de la démocratie, nous souhaiterions que ces genres de mesures disciplinaires continuent sans discrimination à l’endroit de tous ceux qui viendraient à mal se comporter dans l’exercice de leur fonction. Nul ne doit plus être au-dessus de la loi y compris monsieur Eyadéma. Et la loi doit être la même pour tous.

- Délit d’initié , trafic d’influence et corruption à haute dose dans l’attribution des licences de téléphonie mobile

Andjo Tchamdja et UTB doivent répondre de leur responsabilité dans l’affaire ATN. Suite à un avis d’appel international en vue de doter le Togo d’un second réseau de téléphonie mobile, divers opérateurs ont répondu à l’ appel. Mais "l’opération a vite tourné en une foire de corruption avérée, de délit d’initié et de trafic d’influence qui a conduit à l’attribution du marché au soumissionnaire dont l’offre était loin, très loin d’être avantageuse pour le Togo".

Il y avait au centre de ces intrigues les sieurs Andjo Tchamdja et Alexis Looky, respectivement à l’époque Ministre des Mines , de l’ Equipement , des Transports , des Postes et Télécommunications et Directeur Général de UTB.

Après le dépouillement des offres, ATN avait été retenue parce qu’elle présentait l’offre la plus avantageuse. Une lettre officielle signée du Ministre lui a été adressée à cet effet. Pour la licence, elle proposait la somme d’un milliard cent treize millions. ATN se propose d’implanter une unité industrielle de téléphones portables de marque Siemens avec à la clé la création de 6000 emplois.

Après les discussions, un protocole d’accord et un cahier de charges ont été paraphés par les diverses parties. Et tout le jeu commença. La lettre du Ministre demandait à ATN de fournir dans les huit jours suivant la notification une garantie bancaire. On s’est rendu compte après que le délai, selon les textes réglementaires, était trop court. Mais sans hésiter, ATN a sollicité les crédits de deux banques de la place. Celles-ci, après les promesses faites au regard des garanties suffisantes de solvabilité de ATN, se rebiffent par la suite et refusent l’octroi du crédit sans aucune justification.

ATN se retourne alors vers le groupe MSI. Le PDG de ATN a écrit à cet effet à UTB pour le tenir informé du transfert imminent de deux milliards sur son compte et lui demander de "virer dès réception des fonds 1.113.000.000 F CFA au profit du Trésor Public Togolais en règlement de la licence d’exploitation du réseau de téléphonie mobile. Le 24 avril 1998, par attestation signée de son PDG, Alexis Looky, UTB s’engage de manière irrévocable à procéder aux virements ordonnés par la société ATN... " Mais rien n’ y fit .Ce qui obligea ATN à ressaisir UTB afin que le versement soit effectué avant la date butoir du 29 avril. Peine perdue .

Cette manœuvre a fait perdre à ATN la licence d’exploitation qui est allée à TELECEL pour la somme de 750.000.000 F CFA.Voyez la différence ! 383 millions de perte pour le Togo.

Dans les mêmes conditions, ATN a perdu l’ adjudication de la privatisation de Hôtel le Lac. L’ordre de virement de 400 millions qu’elle avait ordonné au même moment s’était heurté sans raison à une fin de non-recevoir de la part de UTB. ATN a intenté un procès contre UTB et lui réclame 79 milliards de dommages et intérêts. L’ affaire est pendante devant les tribunaux. Affaire à suivre...

Nouvel Echo

- Visite du président allemand en Afrique : Horst KOEHLER a boycotté le Togo

- La rançon de la diversion : le gouvernement fait volte-face et revient sur la feuille de route de l’ UE. Quelle honte pour un pouvoir malade qui a fait du mensonge et de la désinformation, son mode de gouvernance.

"Alors que l’ UE levait ses sanctions sans reprendre effectivement sa coopération avec le Togo, on a vite fait de jeter les populations dans les rues pour jubiler... Aujourd’hui, le problème du cadre du dialogue est remis sur le tapis... La feuille de route est là. Et le non-respect... conduira inexorablement le Togo à la case départ". Le Premier Ministre en est conscient. C’est pourquoi il revient à la charge pour convoquer les partis politiques et discuter du cadre électoral. "Le gouvernement n’a que deux semaines pour ne pas perdre la moitié des 40 millions d’euros alloués au Togo au titre du 9è FED".

- Voici les réactions de certains leaders de l’Opposition démocratique à la suite de la rencontre avec le pouvoir RPT et ses associés, CPP et PDR :

Jean-Pierre FABRE : " Les trois partis UFC, CDPA, CAR ont formulé des propositions sur leur conception du cadre électoral et ont donc donné copie de ces propositions au Premier Ministre. .. On a écouté la conception du gouvernement également et de certains partis. Cinq heures de discussion sans grand - chose"

Léopold GNININVI : "La rencontre a porté sur le cadre électoral. Nous nous en sommes réjouis parce qu’il y a longtemps que nous nous plaignons de l’absence d’un ordre du jour notifié aux invités. Nos trois partis (CAR , CDPA , UFC) ont soumis des propositions pour gagner du temps. Des propositions concrètes, fouillées et nombreuses... Très prochainement, cette assemblée se retrouvera et nous pourrons faire le point pour savoir si finalement nous nous entendons sur la notion de cadre électoral, les éléments qui le définissent et les propositions concrètes..."

Yaovi AGBOYIBO : "Cette réunion a le mérite d’avoir un ordre du jour précis... Jusqu’ici, nous avons été dans un flou parce qu’on se demandait ce que signifie cadre électoral. Le CAR, la CDPA et l’ UFC ont soumis au gouvernement un document contenant des propositions concrètes... Ni le RPT, ni le gouvernement n’ont réagi. C’est dire qu’ils n’ont pas dit s’ils acceptent les propositions des trois partis concernant le dialogue national ou s’ils les rejettent. Donc nous attendons d’avoir les réactions du RPT et du gouvernement."

Crocodile

- Reprise du dialogue avec l’opposition : le pouvoir pris au piège du dilatoire.

"Les protagonistes de la crise togolaise ont toujours du mal à dégager le moindre consensus devant permettre l’effectivité de la reprise de la coopération entre le pays et l’UE... Le pouvoir tente de faire passer le code électoral récemment adopté par le gouvernement et qui attend d’être voté au Parlement, alors que le groupe des trois partis de l’opposition traditionnelle.... exige une révision profonde de ce code et du cadre électoral dans sa globalité."

- Le gouvernement mis à l’ épreuve : le Togo perd 20 millions d’euros dans moins de 15 jours.

- Des dissidents ramènent des urnes : le gouvernement Sama doit les poursuivre en justice.

" Que scandalisés sont les Togolais de voir à la télévision togolaise des citoyens se réclamant " dissidents " des partis comme l’ UFC, la CDPA et le CAR remettre des urnes qu’ils affirment avoir volées pendant la présidentielle de juin 2003 au préfet de l’Est-Mono... Le code électoral tout comme le code pénal punit le vandalisme. Et lorsque des individus se présentent et avouent des forfaits, la première chose pour le préfet ... c’est de les arrêter".

On peut voir à travers cela une nouvelle campagne, le dénigrement de l’Opposition démocratique fomentée par le pouvoir RPT pour échapper à l’essentiel ; mais seulement, ce jeu est devenu vulgaire et tout le monde sait désormais que les hommes au pouvoir à Lomé doivent être considérés comme les délinquants qu’ils entretiennent.

Le Regard

- Dialogue, cadre électoral et coopération : il y a toujours problème entre l’ UE et le Togo
"Les autorités togolaises auraient eu droit à des "conseils amicaux " venant de certains milieux diplomatiques européens qui leur auraient fait voir le danger qu’elles courent en ne respectant pas les conditionnalités rappelées dans la décision du 15 novembre .. »

Le Canard

- Togo / UE : Encore 13 jours pour donner une chance à la pleine reprise de la coopération.

- Marche de protestation contre la hausse des prix du carburant

La hausse des prix des produits pétroliers et flambée des prix sur le marché placent les Togolaise et les Togolais entre indignation, fatalisme et résignation

Forum de la Semaine

- Le Commissaire Louis Michel sous d’intenses pressions de Lomé 2.

- L’opposition togolaise appelle à une marche contre la flambée des prix du carburant

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
26 avril 2017
Lomé 30°C (à 11h)