Dialogue

Point de presse : le montage médiatique de la TVT

par UFC , le 21 mai 2004, publié sur ufctogo.com

L’UFC élève les plus vives protestations contre le manipulation de l’enregistrement de sa réaction par la TVT et exige le passage de la bande originelle.

 

GIF - 733 octets

Lomé, le 21 mai 2004

Les mercredi 19 et jeudi 20 mai 2004, la Télévision Togolaise a diffusé, dans ses éditions du journal télévisé, un reportage consacré à la réaction de certains partis politiques dont l’UFC, à la lettre circulaire que leur a adressée le Premier Ministre pour annoncer la reprise prochaine du dialogue inter togolais, conformément à l’engagement 1.1, pris par le gouvernement togolais devant l’Union Européenne (UE) à Bruxelles, le mercredi 14 avril 2004, lors de la réunion d’ouverture des consultations entre l’UE et les ACP sur le Togo.

Le Secrétaire Général de l’UFC qui s’est exprimé au nom de son parti, a constaté lors de la diffusion de ce reportage, que son propos a été dénaturé par un montage visant à occulter un des aspects les plus importants de la réaction de son parti, concernant M. Gilchrist Olympio.

Aussi, l’UFC tient-elle à porter à la connaissance de l’opinion, les informations suivantes.

Le vendredi 14 mars 2004, M. Adri Dibaba Gnassengbé, responsable à la TVT, joint par téléphone le Secrétaire Général de l’UFC, Jean-Pierre Fabre, pour l’inviter à exprimer à la TVT, la position de son parti, sur l’annonce de la reprise prochaine du dialogue inter togolais.

M. Jean-Pierre Fabre lui répond que l’UFC prépare une réponse au Premier Ministre Koffi SAMA, dans une lettre qui sera portée à celui-ci, le lundi 17 mai à l’ouverture des bureaux, et que par correction, l’UFC ne souhaite pas rendre publique le contenu de celle lettre avant que le Premier Ministre n’en prenne connaissance.

Relancé le lundi matin par la TVT, M. Jean-Pierre Fabre accepte d’accorder l’interview sollicitée, d’autant que le Ministre de la Communication, Pitang Tchalla, a également effectué la même démarche en direction de M. Patrick Lawson, 3ème Vice-Président de l’UFC qui lui a indiqué que la réaction du parti sera exprimée par Ie Secrétaire Général, Jean-Pierre FABRE.

L’interview a donc lieu au siège de l’UFC, le lundi 17 mai à 11 heures.

Interrogé par la TVT sur la réaction de son parti au sujet de la reprise du dialogue, Jean-Pierre Fabre confirme l’envoi par l’UFC d’une lettre au Premier Ministre.

Il déclare très clairement que la réponse au Premier Ministre contient une réaction développée en deux points, le premier étant la préparation du dialogue et le deuxième, « la situation discriminatoire imposée au leader de l’UFC, Gilchrlst Olympio, toujours dépossédé de ses titres de voyage et frappé d’un refus de délivrance d’une carte nationale d’identité, document pour l’obtention duquel, le Président national de l’UFC a pourtant régulièrement accompli les formalités nécessaires, le mardi 29 avril 2003. Ce problème, s’il ne trouve la solution qu’il faut, exclurait du dialogue annoncé, le dirigeant de l’une des formations politiques les plus représentatives de notre pays. ». La TVT promet à Jean-Pierre Fabre que l’interview sera diffusée dès que d’autres responsables auront également exprimé leur réaction.

Le même Jour, lundi 17 mai 2004, vers 14 heures 30 min, Jean-Pierre Fabre reçoit un coup de téléphone de la TVT lui annonçant que « l’enregistrement effectué le matin est un échec ». L’image serait bonne, mais le son inaudible. Le Secrétaire Général de I’UFC se voit proposer un nouvel enregistrement. Jean-Pierre Fabre l’accepte. Rendez-vous est pris pour le lendemain, mardi 18 mai 2004, à 8 heures trente, au siège de l’UFC.

Lors de cette nouvelle interview, le Secrétaire Général de l’UFC répond aux questions exactement dans les mêmes termes que les réponses qu’il avait données lors de la première, précisant, encore une fois et presque de manière pédagogique, que « la lettre adressée au Premier Ministre comporte une position exprimée en deux points qu’il a développés. Le premier point est relatif à la préparation du dialogue. Le deuxième point concerne la « situation discriminatoire imposée à M. Gilchrist Olympio ».

Lors des passages de l’enregistrement, à la TVT, le Secrétaire Général de l’UFC, Jean-Pierre Fabre et les membres de l’UFC présents lors de cet enregistrement se rendent compte que tout ce qui concerne M. Gilchrlst Olympio est supprimé de l’interview. La phrase introductive qui indique que la réaction est exprimée en deux points est supprimée. La phrase « Le premier point est relatif à » qui montre bien qu’il existe un deuxième point, est supprimée comme tout le deuxième point,

La phrase « afin d’éviter que l’Accord qui sera issu du dialogue ne subisse le même sort que l’Accord-cadre de Lomé », est supprimée au bout de la phrase « déterminer les garants de la bonne exécution des décisions du dialogue ».

Le temps de parole accordé au Secrétaire Général de l’UFC n’est que de une minute 25 secondes, contre près de 3 minutes à d’autres intervenants. Il ressort de tout ce qui précède que l’élément passé à la Télévision Togolaise, les mercredi 19 mai et Jeudi 20 mai 2004, et présenté comme réaction de l’UFC à la lettre circulaire du Premier Ministre ne reflète pas la position de l’UFC, dont il n’est qu’une expression partielle. Mais il traduit ce que nous avons toujours reproché à la TVT : le montage médiatique.

L’UFC émet les plus vives protestations contre le tripatouillage, le traficotage des propos de son Secrétaire Général et s’interroge sur les raisons pour lesquelles les responsables de la TVT ont supprimé tout ce qui touche à la « situation discriminatoire » de M. Gllchrist Olympio

Il est inacceptable que la Télévision togolaise cherche à présenter les réactions d’un parti comme cela l’arrange. Si la TVT ne supporte pas que des partis d’opposition expriment librement leur position, quelles qu’elles soient qu’elle n’invite pas ces partis à venir s’exprimer sur ces antennes !

L’UFC a été également informée que l’Interview de M. Martin Aduayom, 2nd Secrétaire Général adjoint de la CDPA, a été également « nettoyée » de l’évocation du sort de M. Gilchrist Olympio, privé de passeport et de carte d’identité,

L’UFC refuse de se prêter à une mascarade visant à faire croire à la communauté internationale que le gouvernement togolais met en oeuvre l’engagement n°1.4 relatif à l’accès équitable des partis politiques aux médias d’État. La suppression des préoccupations de l’UFC au sujet du passeport confisqué de M, Gilchrist Olympio et du refus de lui délivrer une carte d’identité qui le frappe alors qu’il a accompli les formalités nécessaires, est une violation non seulement de l’engagement 1,4 relatif à l’accès équitable aux média d’État, mais également de l’engagement 3.3 relatif à la liberté d’expression,

L’UFC demande en conséquence, à la TVT de repasser l’enregistrement originel de son Secrétaire Général comportant l’évocation de la « situation discriminatoire imposée à M. Gilchrist Olympio », faute de quoi, elle déclinera toutes les invitations futures de la TVT.

Pour le Bureau national,

Le Premier Vice-président Emmanuel AKITANI BOB

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 31°C (à 18h)