Oppositions

Opposition togolaise : la cinquième colonne du RPT

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 15 octobre 2004, publié sur ufctogo.com

Le gouvernement togolais continue son équipée avec des micro-partis (CPP et PDR) prétendument de l’opposition, et dont les leaders sont d’anciens caciques ou fondateurs du RPT qui dirige le Togo depuis 1967.

 

Du reste, leur représentativité sur l’échiquier politique togolais est nulle, quasi-nulle( Eyadéma n’ayant concédé à Edem Kodjo que 0,90% des voix lors des dernières élections présidentielles de juin 2003), réduite à un sigle, et pour l’un, la notoriété est celle que lui a fabriquée son ancien mentor en le propulsant sur la scène internationale. Comment, dans ce contexte où un dialogue entre le parti au pouvoir et l’opposition est exigé, considérer que Edem Kodjo et Zarifou Ayéva sont de l’opposition ?
En s’alliant au RPT dès le début des consultations avec l’Union européenne et en embarquant dans les soutes de l’avion présidentiel pour venir épauler le gouvernement à l’ouverture des Consultations avec l’Union européenne, le 14 avril dernier, Kodjo et Ayéva se situent dans le camp du parti au pouvoir. S’affirmer de l’opposition relève d’une malignité certaine et ces partis apparaissent comme une cinquième colonne du dictateur togolais. Du reste, avec la fin du parti unique, l’une des stratégies mises en place par les dictateurs consistait à brouiller le jeu politique en finançant la création de partis dits d’opposition. Et la démarche politique de Kodjo et Ayéva accréditent cette thèse.
Edem Kodjo et Zarifou Ayéva savent à quoi s’en tenir sur le jugement des contemporains. Il est on ne peut plus clair que le jugement de l’histoire sera extrêmement sévère pour eux. Edem Kodjo ne doit se faire aucune illusion sur la sanction de l’histoire : il ne recueillera que mépris et opprobre. Quant à son acolyte, nous disons Bof !

Le rôle dévolu à Edem Kodjo, Zarifou Ayéva et leurs partis est celui de satellite voire de supplétif du RPT. Sans vergogne et sans crainte du ridicule, ils ont accompagné le régime Eyadéma dans sa stratégie de contournement des 22 engagements. La dernière forfaiture à l’égard du peuple est d’avoir avalisé un soi-disant projet de Code électoral qui est largement contraire à la lettre de l’engagement 1-3, à savoir : « procéder, en partant de l’Accord-cadre de Lomé, à une révision du cadre électoral, garantissant un processus électoral transparent et démocratique, et acceptable pour toutes les parties... »
Au fond, Kodjo et Ayéva savent que tout scrutin transparent au Togo ne leur permettrait pas d’obtenir plus d’un millier de voix. Alors, le calcul est vite fait : s’acoquiner avec un dictateur honni et vilipendé par son peuple et la communauté internationale est la seule voie de survie politique.

Mais, les peuples n’ont pas la mémoire oublieuse et leurs ennemis reçoivent toujours le châtiment mérité !

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
vendredi
21 juillet 2017
Lomé 26°C (à 20h)