Communiqué

"Non à des élections frauduleuses dans la précipitation"

par ADDI - CAR - CDPA - PSR - UDS - UFC , le 25 mars 2005, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 4.9 ko

Les six partis politiques ADDI, CAR, CDPA, PSR, UDS-Togo et UFC ont eu à saluer la fermeté avec laquelle la communauté internationale dont la CEDEAO a condamné le coup d’Etat perpétré suite au décès du Général Gnassingbé Eyadema. Ils se sont félicités de cette même fermeté qui a conduit à la démission de M. Faure Gnassingbé.

Malheureusement, les six partis sont consternés de constater que la CEDEAO ne semble pas faire preuve de la même fermeté à l’égard du pouvoir en place quant à l’organisation du prochain scrutin présidentiel.

En effet, le 28 février 2005, sous l’égide d’une mission conduite par le Président Mamadou Tandja, Président en exercice de la CEDEAO « un accord est intervenu entre le gouvernement et l’opposition sur les principaux points de divergence concernant les élection ».

Aujourd’hui, tous ces points sont remis en cause par le pouvoir. - il était convenu que sera assurée « la représentation en tant que membres à part entière des partis politiques au sein des commissions et comités administratifs chargés des élections au plan local, avec les pouvoirs de signer les procès verbaux et d’en recevoir copies ».

En violation flagrante de ce point d’accord, la formation des membres des commissions administratives ainsi que ceux des comités des listes et cartes a commencé sans que nous soyons représentés.

La CEDEAO a recommandé, pour la transparence et la régularité du scrutin, outre sa propre implication, celle de l’Union Africaine et d’autres partenaires du Togo comme l’Union Européenne, les Etats-Unis, l’ONU.
Or, le Gouvernement togolais a définitivement enfermé le scrutin dans un délai qui ne leur permet pas de s’impliquer effectivement, notamment par leur financement, la contribution de leurs ressources humaines et surtout leur participation à une observation appropriée du scrutin.

La CEDEAO a appelé à un sursaut patriotique et a exhorté la classe politique à éviter la violence.
Force est de constater que des violations des droits de l’homme se poursuivent, perpétrées souvent par certains de ceux là même qui sont censés protéger les populations.

Le Collectif des six partis politiques tient à affirmer que, au regard des conditions de préparation du prochain scrutin, un véritable hold-up électoral est en perspective. Tout indique que des fraudes massives sont en préparation.

Le Collectif des six partis politiques demande à la CEDEAO d’être plus ferme. Une complaisance à l’égard du pouvoir équivaudrait à une complicité.

La CEDEAO ne peut pas condamner le double coup d’Etat militaire et constitutionnel et s’accommoder ensuite d’un coup de force électoral.

Au moment où va commencer la révision des listes électorales et la distribution des cartes d’électeur, une des phases essentielles de l’organisation des élections, il est inadmissible que les membres des commissions administratives, des comités de listes et cartes et des bureaux de vote, soient de la seule sensibilité RPT.

Le Collectif exige que les partis politiques du pouvoir en place et de l’opposition désignent de chaque côté deux représentants habilités à siéger en qualité de membres à part entière au sein des commissions administratives, des comités des listes et cartes et des bureaux de vote avec les pouvoirs de signer les procès verbaux et d’en recevoir copie.

Le Collectif exige que le gouvernement et la CENI réaménagent le calendrier électoral en vue d’assurer sa représentation dans les structures électorales locales et de permettre à la communauté internationale de s’impliquer dans le processus électoral.

Le Collectif lance un appel solennel aux populations pour qu’elles se mobilisent afin de faire échec à toutes les tentatives de fraude et d’obtenir les meilleures conditions possibles pour des élections transparentes, libres et honnêtes.

Il leur demande pour le moment, de participer à toutes les opérations électorales notamment à la révision des listes électorales, au retrait des cartes d’électeur.

Fait à Lomé, le 26 mars 2005 mars 2005
- ADDI : T. Gogué
- CAR : Y. Agboyibo
- CDPA : L. Gnininvi
- PSR : T. Abi
- UDS-Togo : A.Folly
- UFC : E. Akitani

 

© Copyright ADDI - CAR - CDPA - PSR - UDS - UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
28 juin 2017
Lomé 28°C (à 12h)