ANC

Mort de Walter Sisulu, grande figure du combat contre l’apartheid

par Le Monde (France) , le 7 mai 2003, publié sur ufctogo.com

 

GIF - 2.6 ko

Vétéran du Congrès national africain (ANC) en Afrique du Sud, Walter Sisulu est mort, lundi 5 mai, à Johannesburg. Il était âgé de 90 ans.

"Je voudrais que l’on se souvienne de moi comme un homme dédié à la lutte pour le peuple. Je voudrais être une source d’inspiration pour les jeunes en quête d’un grand idéal", déclarait Walter Sisulu quelques mois avant sa mort.

Cette immense figure du combat contre l’apartheid a atteint son but. Toute l’Afrique du Sud lui rend mardi matin un vibrant hommage, à commencer par son compagnon de toujours, Nelson Mandela. "Son absence laisse un vide immense. Une partie de moi s’en est allée", a déclaré l’ancien président à l’annonce de la mort de Sisulu.

Le destin des deux hommes a été lié pendant des années. "Ensemble nous avons partagé des idées, scellé des engagements communs. Nous avons marché côte à côte dans la vallée de la mort, soignant les blessures de l’autre, nous soutenant l’un l’autre quand nos jambes flanchaient. Ensemble nous avons savouré le goût de la liberté", a commenté Nelson Mandela, saluant ce "héros parmi les héros".

Comme Nelson Mandela, Walter Sisulu est de l’ethnie Xhosa, dont il a été fortement imprégné par la culture et la tradition. A peine adolescent, dans les années 1920, il est envoyé dans les mines non loin de Johannesburg. Pendant plusieurs années, il expérimente toute sorte de boulots, de domestique à agent de publicité, en passant par peintre et journaliste. Installé avec sa famille à Orlando, un quartier du township de Soweto, immense ghetto noir, il fait ses armes en politique au sein d’associations de quartier.

A 29 ans, Walter Sisulu rencontre trois personnages qui marqueront profondément sa vie- : sa future épouse Albertina, puis Oliver Tambo et Nelson Mandela, qui resteront ses plus proches amis.

JPEG - 19.8 ko

Membre fondateur de la ligue des jeunes du Congrès national africain, Walter Sisulu participe à la transformation de ce mouvement politique en un mouvement de libération. A 37 ans, il devient le premier secrétaire général à plein temps de l’ANC. A ce titre, il fait connaître les aspirations du mouvement historique au monde entier. En 1953, il entreprend un long voyage, clandestin, qui le mène de Roumanie à Londres, en passant par Israël, la Chine, la Pologne et la Russie. Son passage derrière le rideau de fer forgera ses convictions communistes.

Traqué par la police de l’apartheid, il doit à son retour renoncer à son poste de secrétaire général mais continue ses activités clandestines. Dès lors, Walter Sisulu passera son temps entre l’organisation de la lutte et la prison. C’est enfermé dans une cage de fer, comme un animal, qu’il comparait pour la première fois pour "haute trahison", en 1956.

Après quatre ans de prison, il est acquitté et reprend son combat. Il devient partisan, avec Nelson Mandela, du passage à une lutte plus violente et participe à la création de la branche armée de l’ANC, Umkhonto we Sizwe, plus connu sous l’abréviation MK.

Dans les années 1960, Walter Sisulu est l’homme politique qui a été le plus souvent arrêté dans le pays. Le 11 juillet 1963, il prépare une nouvelle opération dans le plus grand secret avec ses compagnons dans une ferme de Rivonia, une banlieue proche de Johannesburg. Personne n’échappera au raid lancé ce jour-là.

Pour lui, comme pour ses compagnons, dont Nelson Mandela, ce sera la dernière arrestation. Condamné à la prison à vie, ils seront enfermés pendant des années à Robben Island, au large du Cap. Ils y passeront vingt ans avant d’être transférés sur le continent.

Hors les murs, le régime d’apartheid s’effrite. En octobre 1989, le nouveau président Frederik de Klerk, annonce la libération de huit prisonniers politiques. Walter Sisulu retrouve enfin la liberté. A peine sorti des geôles, il organise à Soweto le premier meeting politique de l’ANC depuis des années. Et c’est en homme libre qu’il assiste un an plus tard à la libération de son camarade Nelson Mandela.

Discrètement, Walter Sisulu participe aux négociations avec l’ancien régime qui permettront la transition politique pacifique. Il a 79 ans et est élu vice-président de l’ANC. Le combat de toute une vie atteint enfin son but en 1994 avec la première élection libre et la victoire de Nelson Mandela.

Une année de célébration. Il fête en effet ses cinquante ans de mariage avec Albertina, l’épouse qui l’a toujours soutenu dans les épreuves. Officiellement retiré de la vie politique, Walter Sisulu était resté dans les coulisses pendant quelques années avant de prendre sa retraite auprès des siens.

Fabienne Pompey

 

© Copyright Le Monde (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
25 avril 2017
Lomé 28°C (à 04h)