Gestion

Ministère Togolais de la Santé : Le ministre Komlan Mally accusé de népotisme et d’attribution de marchés gré à gré

par Liberté Hebdo (Togo) , le 24 février 2009, publié sur ufctogo.com

 

Au Togo, le népotisme étant la chose la mieux partagée, chaque heureux nommé à un poste ministériel fait entrer des membres de sa famille, de son village ou de son ethnie dans le département dont il a la charge. Dans de pareilles conditions, le pas est vite franchi pour les dérapages. Actuellement, beaucoup de personnes, surtout les partenaires du Togo, se plaignent de la manière dont le ministère de la Santé est géré.

L’ancien Premier ministre Komlan Mally à qui a échu ce portefeuille lors du dernier remaniement, est accusé d’avoir fait des recrutements qui ne cadrent pas avec les dispositions des textes relatifs à la Fonction Publique au Togo. Il a engagé un certain Assedi qui n’est pas un agent de la fonction publique et qui était avec lui à la Primature. Nommé Attaché de cabinet à la place d’un agent de l’Etat qui est affecté et garé dans un autre service, le sieur Assedi serait payé sur le budget des différents centres hospitaliers. Selon les informations en notre possession, il règnerait en maître dans ce ministère et mènerait ses collègues par le bout du nez. « Il joue au super cadre du ministère et il n’a d’égards pour personne. Comme c’est l’un des bras droits du ministre, il se croit tout permis. C’est un véritable enfer que nous vivons », se plaint un employé qui a requis l’anonymat.

L’autre commis du ministère qui défraie la chronique est le sieur Potchona qui est fait Conseiller à la Communication. Il se comporte également comme bon lui semble.

Par ailleurs, dans sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo a établi un programme d’urgence qui touche cinq secteurs : infrastructures et transports, agriculture, santé et éducation. Au niveau de la santé, les actions sélectionnées dans le cadre du plan d’urgence visent entre autres à développer les équipements de stockage des centres de santé ; l’amélioration et la disponibilité des médicaments (antirétroviraux notamment) ; le développement des ouvrages d’assainissement ; une contribution à la mise en œuvre du programme élargi de vaccination (PEV)… C’est dans cette optique que le ministre de la Santé Komlan Mally a engagé un certain nombre de travaux et se voit régulièrement sur le terrain. Mais les marchés ne seraient pas attribués selon les règles de l’art. Certains parlent des contrats gré à gré alors que d’autres affirment que parmi les entreprises choisies pour l’exécution des travaux, la plupart gravitent autour du ministre. On susurre également que le sieur Assédi posséderait une société qui obtient souvent les marchés. Selon nos informations, c’est sa société qui exécute les travaux de peinture du CHU Kara à 56 700 000 FCFA.

Joint par notre rédaction sur la question de nomination des deux personnes qui ne sont pas de la fonction publique, le ministre a indiqué que le poste d’Attaché de cabinet est un poste politique. « C’est l’homme du ministre. Il n’a pas besoin d’être de la Fonction Publique. Ce n’est pas le seul cas de toutes les façons aujourd’hui », a-t-il déclaré. Sur le cas du sieur Potchona, il a mentionné : « En tout cas, moi je suis venu le retrouver. C’est le ministre d’Etat Agba qui l’avait mis là-bas. Je ne sais pas dans quelle circonstance. Moi, je suis venu le retrouver ».

Concernant les marchés gré à gré gagnés par Assédi, le ministre a dit ceci : « Il est entrepreneur ? depuis que je suis venu, on n’a jamais fait de gré à gré. C’est une consultation au niveau de la Commission nationale des marchés. Je ne sais pas s’il a une entreprise. On n’a pas donné de marchés gré à gré. C’est une consultation pour les travaux d’urgence. C’est la Commission nationale qui a dirigé les travaux et qui a attribué les marchés. Ce n’est pas le ministère qui est impliqué. J’avoue que je ne sais pas qu’il est entrepreneur. Ça m’échappe un peu. Mais, pour le poste d’Attaché, je crois qu’on n’a pas besoin d’être un fonctionnaire. C’est l’homme du ministre. C’est bien un truc politique ».

Affaire à suivre.

E. Pierre

 

© Copyright Liberté Hebdo (Togo)

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
24 avril 2017
Lomé 27°C (à 07h)