Dévaluation

Mauvais comptes du franc CFA

par Le Monde Diplomatique (France) , le 1er juin 2004, publié sur ufctogo.com

La dévaluation du franc CFA a fait couler beaucoup d’encre (un article du quotidien français Le Monde résume les réactions qu’elle suscita à l’époque) il a suscité aussi bien de commentaires savants.

 

JPEG - 5.9 ko

Un article commis par l’économiste sénégalais, Moussa Dembélé, dans la revue Le Monde Diplomatique fait le point sur les conséquences économiques actuelles de cette mesure. Cette réflexion relance le débat sur la création d’une monnaie panafricaine. Certes, mais dans un contexte politique sain.

Au cours du combat pour l’indépendance, les nationalistes togolais en concevaient la nécessité. Ainsi, l’un des grands projets économiques du président Sylvanus Olympio était de doter le Togo d’une monnaie nationale. Quelques semaines avant son assassinat, il signait un décret portant création de la banque centrale togolaise et approuvant ses statuts (Loi n°62-20 du 12 décembre 1962 portant création de la Banque centrale du Togo... lire en annexe) .


L’Afrique de l’Ouest toujours sous le coup de la dévaluation

La récente augmentation des prix de certaines matières premières (pétrole, sucre ...) peut, si elle se prolonge, apporter un répit aux pays de l’Afrique de l’Ouest, mais en aucun cas renverser une situation économique et sociale qui n’a cessé de se dégrader depuis la dévaluation du franc CFA en 1994. Imposée par Paris et par les institutions internationales, celle-ci n’a pas apporté le développement escompté. La création de l’Euro, e, 2002, a fait resurgir l’idée d’une monnaie panafricaine.

PARMI LES QUATORZE PAYS africains de la zone franc, onze [1] figurent dans la catégorie des pays les moins avancés (PMA), et près de 90 % de leur population vivent avec moins de deux dollars par jour [2]. Pourtant, il y a dix ans, on leur avait promis qu’avec la dévaluation du franc CFA, le II janvier 1994, leur situation s’améliorerait. En fait, le pouvoir d’achat s’est brutalement réduit, en raison de la dévaluation, mais aussi à cause des mesures qui l’ont accompagnée. En effet, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) profitèrent du changement de parité monétaire pour imposer des politiques de libéralisation et de privatisation radicales.

Ainsi, à partir du milieu des années 1990, les pays de la zone franc ont accéléré le démantèlement systématique des entreprises publiques dans tous les secteurs (mines, télécommunications, banques et assurances, eau, électricité, transports, etc.). Ces mesures se sont traduites par des pertes massives d’emplois et par l’effondrement du pouvoir d’achat des populations. Imposée par le premier ministre français Edouard Balladur - et surtout par les institutions financières internationales -, la dévaluation de 50 % du franc CFA par rapport au franc français devait permettre la « réussite », sans cesse différée, des plans d’ajustement structurel (PAS) infligés aux économies africaines après l’explosion de leur dette au début des années 1980 [3].

Le changement de parité monétaire devait restaurer la compétitivité de ces pays d’Afrique subsaharienne en diminuant leurs prix, exprimés en devises, sur les marchés extérieurs. Un cercle vertueux devait en résulter : relance des industries de substitution aux importations grâce au renchérissement relatif des produits importés ; reprise des investissements étrangers en raison de la profitabilité retrouvée des entreprises, notamment celles tournées vers l’exportation ; assainissement des finances publiques par la combinaison d’une hausse attendue des recettes fiscales et d’un contrôle accru des dépenses publiques. Préconisée dès 1988, la dévaluation s’était heurtée à la résistance de plusieurs dirigeants africains - soutenus alors par le président français François Mitterrand [4] -, qui en redoutaient les conséquences politiques et sociales. La victoire de la droite aux élections législatives françaises de 1993 changea la donne. Dès lors, les gouvernements de la zone franc n’avaient plus le choix [5].

Doublement de la dette

La surévaluation du Franc CFA n’avait pourtant que peu de responsabilités dans l’échec économique des pays de la zone franc : la détérioration de leurs comptes extérieurs, entre 1985 et 1993, était principalement due à la chute des prix des matières premières et des produits de base (café, cacao et coton...), principales exportations de beaucoup d’Etats concernés [6]. Ces dernières constituaient la source principale de leurs recettes en devises, indispensables pour payer le service de la dette et les importations en provenance des pays développés. Dans le même temps, les importations des pays africains avaient enchéri, les politiques monétaires et fiscales restrictives des principaux pays développés augmentant les coûts de production de leurs produits manufacturés.

La combinaison de ces deux phénomènes explique que les termes de l’échange des pays d’Afrique subsaharienne avec les pays du Nord se soient dégradés de 35 % entre 1981 et 1997, de plus de 50 % entre 1985 et 1993 [7] pour les pays de la zone franc. A cela s’ajoutait la dépréciation du dollar américain, entraînant une appréciation du franc français de plus de 70 % par rapport à la monnaie américaine [8].

La fuite massive de capitaux, notamment en 1992 et en 1993, aggravait la situation : elle résultait à la fois des rumeurs de dévaluation et de l’accumulation d’impayés consécutifs à l’aggravation des déficits budgétaires. Les besoins de financement des pays africains s’étaient gonflés à hauteur de 50 milliards de francs français en 1994, accroissant encore leur dépendance extérieure.

Certes, pendant les trois premières années suivant la dévaluation, les rythmes de croissance se sont accélérés. En réalité, cela était dû à la reprise de l’économie mondiale et surtout à la restauration conjoncturelle des prix de certains produits (thé, tabac, café, cacao, coton, etc.). Cette conjoncture avait d’ailleurs également profité à d’autres pays du continent, notamment d’Afrique de l’Est, qui avaient enregistré des taux de croissance plus élevés que ceux des pays de la zone franc [9]. La dévaluation a pu avoir un effet amplificateur, mais l’embellie internationale passée, les taux de croissance se réduisirent, notamment à partir de 1998.

Les difficultés d’exportation des produits africains tiennent aux iniquités qui structurent le système commercial international. Ainsi, les subventions agricoles massives octroyées par les pays industrialisés provoquent un dumping défavorable aux productions du continent noir.

Par exemple, entre 1997 et 2001, le pouvoir d’achat des exportations africaines avait baissé de 53 % par rapport aux biens manufacturés importés [10]. La Banque mondiale et le FMI, aveuglés par le dogme du « libre-échange », avaient sans doute « oublié » que les parts de marché dans la mondialisation néolibérale étaient moins fondées sur l’avantage comparatif que sur 1’« accès comparatif » aux subventions. C’est pourquoi l’avis intérimaire de l’organe de règlement des différends de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) condamnant les soutiens financiers de Washington à ses producteurs de coton, rendu le 27 avril 2004 à la demande du Brésil, constituerait une victoire pour le Sud s’il était confirmé.

Contrairement aux promesses, la compétitivité des entreprises locales ne s’est pas améliorée, en raison de la concurrence des produits importés déversés grâce à l’ouverture accrue des frontières - phénomène que l’abandon des politiques de protection et de soutien aux entreprises nationales a aggravé. La plupart des petites et moyennes entreprises furent ainsi poussées à la faillite ou vers le secteur informel.

Sans surprise, les capitaux étrangers ne furent pas au rendez-vous. En effet, les pays les moins avancés (PMA) sont les parents pauvres des investissements directs à l’étranger (IDE), attirant moins de 1 % des capitaux destinés aux pays en voie de développement. Et, parmi eux, les pays africains de la zone franc sont en queue de peloton.

Ainsi, la Côte d’Ivoire, qui attira le plus d’IDE dans la zone CFA au moment des privatisations, arrive loin derrière ses voisins non membres de la zone franc : entre 1990 et 1997, elle accueillit un montant cumulé d’environ 500 millions de dollars d’IDE, contre 897 millions pour le Ghana et 730 millions pour le Nigeria [11].

Le pari sur les investissements étrangers participait de l’objectif de faire du secteur privé le « moteur de la croissance ». Une telle stratégie est fondée sur la mystification selon laquelle les pays africains, comme les autres pays en voie de développement, ont besoin des capitaux privés étrangers pour « lutter contre la pauvreté ». et accélérer leur développement. D’où la création de Bourses de valeurs dans les pays de la zone franc, davantage destinées à encourager les privatisations d’entreprises publiques qu’à mobiliser l’épargne intérieure et celle de la diaspora au bénéfice d’entreprises locales nouvelles [12].

En outre, la dévaluation eut comme conséquence immédiate le doublement de l’ encours de la dette exprimée en francs CFA. Malgré les rééchelonnements obtenus - qui ne font que différer la charge et non l’éliminer -, le fardeau s’est alourdi depuis la dévaluation. La Banque mondiale est devenue la principale créancière de la plupart des pays de la zone franc, dépassant même la France, ancienne puissance coloniale. Cela explique l’arrogance et l’influence considérable de cette institution dans la définition des politiques économiques et sociales des pays concernés.

A partir de 1995, la capacité d’action des Etats s’est progressivement affaiblie, de même que la crédibilité, voire la légitimité, des institutions publiques. La défiance de larges secteurs de la population est d’autant plus grande que la puissance publique se retrouve souvent dans l’incapacité de faire face à ses obligations élémentaires (santé, éducation...). Cela explique que plusieurs pays de la zone franc ont été secoués ou continuent d’être secoués par des coups d’Etat ou par des troubles sociaux et politiques graves [13]. Il est évident, par exemple, que l’impact négatif de la dévaluation, combiné à la libéralisation de la filière café-cacao consécutive au démantèlement de la Caisse de stabilisation des prix (Caistab), a joué un rôle non négligeable dans la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, à partir de 1999.

Au total, la dévaluation du franc CFA a davantage fragilisé les économies africaines et les a rendues encore plus dépendantes de l’extérieur. Elle a notamment accentué la spécialisation de ces pays dans les exportations de produits primaires, dominées par les cultures de rente et les produits miniers non transformés : en 2000, plus de 70 % des exportations de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa) [14] sont composées de produits primaires. La dévaluation a également handicapé le développement du secteur manufacturier, victime à la fois de l’effondrement de la demande intérieure et d’une concurrence étrangère déloyale. Cela a précipité beaucoup d’industries encore fragiles dans le secteur informel, où la précarité des emplois et des revenus est grande, contribuant ainsi à fragiliser davantage la société. Le changement de parité monétaire fut un tel traumatisme que les rumeurs de nouvelle dévaluation, suscitées par l’annonce de la mise en circulation de l’euro en 2000, provoquèrent une véritable panique populaire, obligeant les officiels africains et européens à multiplier les déclarations rassurantes [15].

En contribuant à la dépendance des économies locales vis-à-vis de l’ extérieur, la dévaluation n’a pas non plus aidé à promouvoir l’intégration africaine. En effet, malgré la création de l’Uemoa et celle de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) [16], les échanges intra-africains demeurent peu élevés, et tous les pays de la zone franc, à une ou deux exceptions près toutefois, échangent à plus de 50 % avec la France ou avec les autres pays de l’Union européenne.

L’expérience de la dévaluation - et de plus de soixante ans de dépendance monétaire à l’égard de la France et de l’Europe - montre que le CFA n’est pas une monnaie contrôlée par les Africains. Actuellement géré par la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) et par la Banque centrale des Etats de l’Afrique centrale (BCEAC), le CFA a une parité fixe avec l’euro, la Banque de France et le Trésor français garantissant sa convertibilité. En réalité, il entrave toute définition de politiques économiques et sociales autonomes pour les pays concernés, mais aussi pour. toute l’Afrique. Il constitue un frein à son développement et à l’intégration régionale.

Pour les pays africains, la voie de l’émancipation passe par la création d’une vaste zone monétaire ouest-africaine avec une monnaie unique (dépassant la zone CFA et impliquant la mort de son franc). La Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pourrait en être le cadre [17]. Toute autre option ne fera que perpétuer la servitude

DEMBA MOUSSA DEMBÉLÉ


Loi n° 62-20 du 12 décembre 1962 portant création de la Banque centrale du Togo et approuvant ses statuts.

L’Assemblée nationale a délibéré et adopté, le président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article premier

Il est créé un établissement public national doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière dénommé « Banque centrale du Togo ».
Le service de l’émission au Togo sera assuré par la Banque centrale du Togo.

Article 2

La monnaie légale du Togo est le franc togolais. Le franc togolais est divisé en cent parties égales appelées centimes. La définition en or du franc togolais et son taux de change en devises étrangères sont fixés et modifiés par le gouvernement après consultation de la Banque centrale du Togo.

Article 3

Sont approuvés les statuts de la Banque centrale du Togo tels qu’ils sont annexés à la présente loi.

Article 4

Le gouvernement est habilité à prendre toutes mesures transitoires nécessaires. À cet effet, il peut notamment négocier et signer tout accord utile avec la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest et les autorités de la zone franc
La période transitoire prendra fin à la date de retrait des billets et monnaies émis avant l’entrée en vigueur de la présente loi.

Article 5

La présente loi sera exécutée comme loi de la République togolaise.

Fait à Lomé, le 12 décembre 1962
S.E.OLYMPIO

Source : Journal officiel spécial de la République togolaise, n° 206 du 1er janvier 1963, pp. 2-6

 

© Copyright Le Monde Diplomatique (France) - Visiter le site

Notes

[1] Bénin, Burkina Faso. Mali, Niger. Sénégal, Togo, Centrafrique. République démocratique du Congo. Guinée-Bissau. Guinée-Equatoriale. Tchad, auxquels s’ajoutent Cameroun. Côte d’Ivoire et Gabon.

[2] Cnuced, « Les pays les moins avancés. Echapper au piège de la pauvreté », rapport 2002, tableau 19, page 59.

[3] Bric Toussaint, « Briser. le cycle infernal de la dette », Le Monde diplomatique, septembre 1999.

[4] Le Journal de l’économie, Dakar, 12 janvier 2004.

[5] Philippe Leymarie, « Monnaie dévaluée, peuples oubliés », Le Monde diplomatique, mars 1994.

[6] Cnuced, Rapport sur le commerce et le développement, 1998. TIré à part : le déveIoppement de l’Afrique dans une perspective comparative.

[7] Cnuced, Les Flux de capitaux et la croissance en Afrique, Genève, juillet 2000.

[8] Commission économique pour l’ Afrique (CEA). Exchange Policy of African Countries in the Franc Zone Area : Recent Developments and Future Outlook, mars 1998.

[9] Makhtar Diouf. Bilan de la dévaluatian du franc CFA. Symposium du Codesria (Dakar). 4-6 novembre 1998.

[10] Cnuced, Economic Development in Africa. Trade Performance and Commodity Dependence, Nations unies, Genève, février 2004.

[11] Demba Moussa Dembélé, « Investissements et commerce en Afrique de l’ouest », Passerelles, Enda Tiers-Monde, Dakar, n° 2 (juin-août 2000).

[12] Afrique Relance. Nations unies. vol. 14. n° 3 (octobre 2000).

[13] Pierre Franklin Tavares, « Pourquoi tous ces coups d’Etat en Afrique », Le Monde diplomatique, janvier 2004.

[14] Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Guinée-Bissau.

[15] Lire par exemple, Charles Konan-Banny, « Les thèses dévaluationnistes aux orties », Le Soleil, Dakar, 17 avril 1998.

[16] Centrafrique, Congo, Gabon, Tchad, Cameroun et Guinée-Equatoriale.

[17] La Cedeao (Ecowas en anglais) regroupe les huit pays ouest-africains de la zone franc ainsi que le Cap-Vert, la Gambie. le Ghana, la Guinée, le Liberia, le Nigeria et la Sierra Leone.

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
25 juillet 2017
Lomé 23°C (à 06h)