Communiqué

Marche populaire suivie d’un meeting le 12 février à Lomé à 7H

par UFC , le 12 février 2005, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 14.4 ko

APPEL N°2 : Marche populaire suivie d’un meeting d’information et d’orientation le samedi 12 février 2005

(ADDI, CAR, CDPA, PSR, UDS-Togo, UFC, Lomé, Togo, 10 février 2005)

(En réaction aux suites politiques de la disparition du Chef de l’Etat togolais)

Togolaises Togolais,

La Constitution de la IVe République nous interpelle en son article 150 : « En cas de coup d’Etat, ou de coup de force quelconque, tout membre du gouvernement ou de l’Assemblée Nationale a le droit et le devoir de faire appel à tous les moyens pour rétablir la légitimité constitutionnelle, y compris le recours aux accord militaires ou de défense existants. Dans ces circonstances, pour tout Togolais, désobéir et s’organiser pour faire échec à l’autorité illégitime constituent le plus sacré des devoirs et le plus impératif des devoirs. Tout renversement du régime constitutionnel est considéré comme un crime imprescriptible contre la nation et sanctionné conformément aux lois de la République ».

- Membres du gouvernement, vous êtes interpellés. Votre silence sera le signe fort de complicité.
- Députés à l’Assemblée Nationale, en continuant comme vous l’avez fait, vous commettez un crime imprescriptible contre la nation togolaise entière.
- Juges de la Cour Constitutionnelle, vous êtes en train de commettre une forfaiture.
- Officiers de l’Armée togolaise ayant avalisé ce coup de force, vous vous empêtrez dans la trahison de la nation.
- Évêques, Pasteurs, vous ne saurez vous taire. Il est de votre devoir de dénoncer ce coup d’Etat qui s’opère sous nos yeux Vos lettres pastorales de 2003 peuvent-elle être oubliées en cette circonstance importante pour l’avenir de la nation ?
- Autres chefs religieux, vous êtes tout aussi concernés.
- Etudiants et élèves, mobilisez vous.
- Parents d’élèves, dites non à ce coup de force, le plus grave depuis plus de 40 ans.
- Syndicalistes et autres travailleurs, refusez les menaces en vous rebellant contre cette nouvelle forfaiture.
- Banquiers, patrons, entrepreneurs, ne pensez pas que la situation actuelle vous épargne. Des lendemains plus douloureux nous attendent.
- Officiers, sous-officiers patriotes, soldats du peuple, refusez ce coup de force en acceptant les fleurs et l’eau fraîche que nous vous offrons contre les armes que nos bourreaux vous ont remises contre vos frères et sœurs.
- Jeunes sans emploi, retraités, ne désespérez pas. Vous avez encore un avenir et c’est pourquoi vous devez contribuer à la mobilisation tous azimuts.
- Femmes togolaises, des bureaux, des marchés, du commerce ou ménagères, vous avez toujours été le fer de lance de la lutte du peuple togolais. Organisez vous une fois encore pour faire échec à l’autorité illégitime.
- Vaillante jeunesse togolaise, de toute votre force, mobilisez vous.
- Société civile, rejoignez la classe politique pour organiser la résistance.
- Étrangers qui vivez chez nous, aidez nous à rendre notre pays plus accueillant et plus convivial. Ne sabotez donc pas nos mots d’ordre.

C’est pourquoi tous ensemble, forces démocratiques du Togo et forces vives de la nation, nous devons nous rassembler le samedi 12 février 2005 à 7H00 pour :

- Une marche pacifique pour exiger : le rétablissement de la légalité constitutionnelle suivie d’une concertation de la classe politique en vue d’organiser la période transitoire.

Lieu du départ de la marche : Kodjindji, Bè Goka Pavé, Notre Dams des Apôtres.

- Un Meeting d’information et d’orientation couronnera la marche à la Place Fréau.

Vainquons ou mourons, mais dans la dignité.

Les signataires
ADDI - CAR - CDPA - PSR - UDS-Togo - UFC

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 27°C (à 20h)