Fête de l’indépendance

Lomé : déclaration de l’UFC à l’occasion du 27 avril 2004

par UFC , le 27 avril 2004, publié sur ufctogo.com

Aux coups d’Etat et aux coups de force électoraux à répétition, l’UFC, à l’instar des pères de l’Indépendance, a toujours opposé la mobilisation populaire et fait appel à l’application des Accords Internationaux.

 

GIF - 733 octets

Ce jour, 27 avril 2004, est le quarante quatrième anniversaire de la proclamation de l’indépendance du Togo. Dans l’histoire du Togo moderne, le 27 avril constitue la seule commémoration officielle et nationale digne d’une grande ferveur populaire, en raison de la lutte héroïque du Peuple togolais qui a conduit à la tenue du référendum-élections dont la date représente désormais le symbole.

En effet, à partir du 27 avril 1960, à la suite du référendum-élections du 27 avril 1958, le Peuple togolais est devenu libre et souverain pour toujours. Dès lors, il doit être le seul maître et le seul artisan de son destin, le premier responsable du bonheur et de la prospérité de ses filles et de ses fils.

Les tenants de la dictature, délibérément absents de la lutte pour l’indépendance en raison de leur manque d’idéal pour leur pays, ont inventé et proclamé la théorie absurde de la primauté de l’indépendance économique, dans leur volonté révisionniste de réduire la portée politique de l’acte fondateur qu’est la proclamation de l’indépendance politique. C’est en vain qu’ils tentent de dénigrer la lutte héroïque des pères de l’indépendance.

Notre souvenir ému va aux centaines de milliers de compatriotes qui ont participé à la lutte pour la conquête de l’indépendance : à ceux qui sont allés jusqu’au sacrifice suprême ainsi qu’à ceux qui ont connu injustice, arbitraire, emprisonnements, agressions en raison de cette noble cause.

A toutes et à tous, nous vouons une admiration infinie et une reconnaissance éternelle pour le combat qu’ils ont mené avec détermination et vaillance, saisissant toutes les opportunités, alliant avec sagacité, mobilisation populaire et ressorts de la communauté internationale, utilisant avec intelligence toutes les dispositions juridiques nationales et internationales du moment.

Leur héritage constitue le fondement de toute lutte contre l’oppression
d’où qu’elle vienne. Un tel héritage doit inspirer aujourd’hui notre lutte pour l’instauration de la démocratie, le respect des droits de l’Homme et des libertés publiques, la mise en œuvre de la bonne gouvernance.

Moulée dans l’héritage des pères de l’indépendance, l’UFC place dans
leur sillage, la lutte pacifique mais implacable, engagée dés le début contre l’oppression du Peuple togolais par une dictature militaire anachronique.

Aux coups d’Etat à répétition comme aux hold-up électoraux également à répétition (notamment 1998 et 2003), l’UFC, à l’instar des pères de l’indépendance, a toujours opposé la mobilisation populaire, et fait appel à l’application des dispositions pertinentes et opportunes des Accords Internationaux qui engagent le Togo auprès de la communauté internationale, notamment l’Union Européenne et l’ONU, afin de préserver l’intégrité physique des personnes et des biens.

C’est dans ce sens que le 1er octobre 2003 à Bruxelles, le Président national de l’UFC, M. Gilchrist OL YMPIO est intervenu devant la Commission Développement du Parlement européen, à l’invitation de ce Parlement, pour exposer la situation politique créée par le nouveau hold-up électoral du 1er juin 2003, et exprimer la nécessité d’un dialogue politique, afin de sortir le Togo de la crise.

L’UFC se réjouit donc, en ce mois d’avril, de l’ouverture des consultations de l’Union européenne (UE) avec les ACP sur le Togo, pour atteintes graves des autorités de ce pays, aux droits de l’Homme et aux principes démocratiques, en application de l’Article 96 de la convention de Cotonou.

L’UFC prend acte avec intérêt, du contenu des vingt-deux (22) engagements pris par le gouvernement togolais auprès de l’Union européenne (UE), le 14 avril 2004, lors de la réunion d’ouverture de ces consultations.

L’UFC juge parfaitement fondées les considérations introductives ainsi que les recommandations et dispositions finales du communiqué publié par l’Union européenne (UE), le 14 avril 2004, pour rendre compte des conclusions de cette réunion.

Aussi, l’UFC est-elle déterminée à suivre avec vigilance la mise en œuvre des vingt-deux (22) engagements pris par le gouvernement togolais, et à faire preuve, comme par le passé, de sa disponibilité et de sa bonne volonté. Il importe pour cela que les forces démocratiques soient rapidement et étroitement associées à toutes les étapes de cette mise en exécution.

La reprise du dialogue national prévu, permettra aux forces démocratiques, de discuter de certaines dispositions des vingt-deux (22) engagements, pouvant être l’objet d’interrogations, afin que l’ensemble de la classe politique togolaise parvienne à une interprétation concertée sur la base de l’Accord-cadre de Lomé (ACL).

L’UFC remercie vivement l’Union européenne de sa disponibilité permanente pour accompagner le Peuple togolais dans sa lutte pour sa dignité et pour la restauration de la démocratie. Les vingt-deux (22) engagements pris auprès de l’Union européenne par le gouvernement togolais suscitent un réel espoir au sein des populations togolaises. Celles-ci demeurent convaincues que l’Union européenne saura prendre toutes mesures appropriées pour obtenir le respect scrupuleux des engagements pris afin d’éviter à notre pays, les situations tragiques et douloureuses que vivent des populations de pays voisins.

L’UFC saisit cette occasion pour remercier également les gouvernements des USA et du Canada ainsi que toutes les nations qui soutiennent le Peuple togolais dans sa lutte pour l’instauration d’un Etat de Droit au Togo.

L’UFC s’engage solennellement à continuer d’entreprendre toutes les activités et démarches appropriées pour mettre fin à la dictature et restaurer la démocratie au Togo.

L’UFC lance un appel pressant à toutes les populations togolaises, jeunes, élèves et étudiants, femmes, paysans, ouvriers, commerçants, revendeuses et revendeurs, cadres, à toutes les catégories socioprofessionnelles, et leur demande de rester mobilisés.

Fait à Lomé le 27 avril 2004,

Pour le Bureau National

Le Premier Vice-Président

Emmanuel AKITANI BOB


Lire aussi :
- L’UFC célèbre le 27 avril, jour de l’Ablodé : Fête de l’Indépendance (photos)
- Message du Président Gilchrist OLYMPIO
- 1ère violation des engagements de Bruxelles

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
23 septembre 2017
Lomé 26°C (à 21h)