Communiqués

Lettre de l’UFC au Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales

par UFC , le 9 décembre 2008, publié sur ufctogo.com

 

Monsieur le Ministre d’Etat,

Je viens par la présente, confirmer les positions soutenues par l’Union des Forces de Changement (UFC) lors de notre rencontre du jeudi 04 décembre 2008, en présence des autres partis politiques signataires de l’Accord Politique Global (APG), concernant les sujets suivants : la composition de la CENI, le cadre permanent de dialogue et de concertation, le statut de l’opposition, le financement public des partis politiques.

1- De la composition de la CENI

L’UFC considère que la composition de la CENI doit refléter la configuration de la classe politique, issue des résultats officiels des élections législatives du 14 octobre 2007. La structure d’une nouvelle CENI ainsi que sa composition relèvent de la mise en œuvre consensuelle des réformes institutionnelles et constitutionnelles prévues à l’APG. Voilà pourquoi, il est urgent que les discussions nécessaires commencent et aboutissent sans délai.

2-Du cadre de concertation et de dialogue.

L’UFC regrette que le gouvernement actuel, de même qu’en son temps, le gouvernement dit d’Union Nationale, n’aient pas jugé nécessaire de l’associer à la réflexion sur la mise en place du cadre permanent de dialogue et de concertation.

L’UFC a eu l’occasion, dans sa Déclaration en date du 31 Octobre 2008, de clarifier la mission de ce cadre qui, conformément à l’APG, est de prévenir par la concertation et le dialogue entre ses composantes, la réédition des situations qui ont conduit à la crise actuelle, étant entendu que le règlement de la crise actuelle est précisément l’objet de l’APG qui, à cette fin, a déjà mis en place ses propres mécanismes, notamment, le Comité de Suivi.

Le cadre de concertation et de dialogue ne saurait donc s’accaparer des réformes constitutionnelles et institutionnelles prévues par l’APG en se substituant au Comité de Suivi.

3-Du financement public des partis politiques

L’UFC déplore l’attitude actuelle du gouvernement qui prive pendant toute une année, les partis éligibles au financement, de fonds pourtant prévus au budget de l’Etat. L’UFC a fait savoir que les difficultés proviennent de ce que le gouvernement cherche la formule lui permettant d’attribuer indûment au parti au pouvoir, le RPT, la quasi totalité des fonds prévus au budget de l’Etat. Alors qu’il suffit de répartir ces fonds conformément à la loi, c’est à dire au prorata des voix recueillies lors des dernières élections législatives.

4- Du statut de l’opposition.

L’UFC déplore que le gouvernement n’ait pas cru devoir donner suite à la rencontre de février 2008 avec les partis politiques, consacrée au statut de l’opposition. L’UFC déplore également qu’après avoir réclamé et obtenu les contributions des partis politiques sur la question, le gouvernement n’ait pas poursuivi la concertation en vue de réunir le consensus recherché, avant d’adopter le projet de loi portant statut de l’opposition.

Au total, il apparaît clairement à l’UFC que le manque de volonté politique de mener à bonnes fins les réformes politiques prévues par l’APG, conduit le gouvernement et le régime RPT à s’enfermer dans un unilatéralisme radical qui compromet les efforts de sortie de crise dans notre pays en ne laissant aucune chance à la réconciliation nationale. Le gouvernement actuel et le régime RPT porteront l’entière responsabilité de tout enlisement éventuel.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre d’Etat, les assurances de ma considération distinguée.

Fait à Lomé, le 9 Décembre 2008

Pour le Bureau National,

Le Secrétaire Général

Jean-Pierre FABRE

 

© Copyright UFC

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
25 juin 2017
Lomé 25°C (à 01h)