Communiqué

Lettre de l’UFC au Colonel Atcha Titikpina, ministre de la Sécurité

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 16 février 2007, publié sur ufctogo.com

 

Après le conseil national de son parti, Gilchrist Olympio était à Atakpamé le mardi 06 février 2007 pour exprimer sa compassion et sa solidarité aux familles victimes des actes de violence d’avril 2005. Avant cette date, le responsable fédéral de l’UFC-Ogou a informé les autorités préfectorales (Préfet de l’Ogou et Président de la Délégation Spéciale de la Commune) Atakpamé le 31 janvier 2007. Dans ces différents courriers, la caravane ainsi que l’itinéraire devait emprunter le cortège ont été annoncés.

Au cours de ses séjours dans ces deux villes, l’accueil fut spontanément massif. Ce qui a n’a guère plu au ministre de la Sécurité, le Colonel Atcha Titikpina, qui nous a adressé une correspondance (publiée sous forme de communiqué dans « Togo-Presse) que nous publions, ainsi que la réponse de nous lui avons adressée.

Lettre du ministre de la Sécurité

MINISTERE DE LA SECURITE
CABINET
N°0086/MS/CAB
Lomé, le 06 février 2007
Le ministre de la Sécurité

A
Monsieur le Secrétaire Général de l’Union des Forces du Changement

Monsieur le Secrétaire Général,

Par votre lettre en date du 22 janvier, vous m’avez informé de la tenue, les 3 et 4 février du 2ème Conseil National de votre parti suivi d’un meeting de sensibilisation politique à la place Anani Santos, à Lomé où des mesures de sécurité ont été prises comme vous avez pu le constater.

Or, il m’a été donné de constater que l’Union des Forces du Changement organise ce jour des manifestations publiques à Tsévié et à Atakpamé sans avoir informé au préalable le ministère de la Sécurité.
Dans le souci de permettre à mon département d’assurer l’ordre public et de pouvoir prendre les dispositions nécessaires pour une bonne couverture sécuritaire des activités politiques conformément à l’esprit et à la lettre de l’Accord Politique Global, j’ai l’honneur de vous demander dorénavant que :
1- L’organisation des manifestations politiques sur la voie publique se tienne en week-end plutôt qu’à un jour ouvrable.
2- Le ministère de la sécurité soit informé soixante douze (72) heures à l’avance.
3- Les présentes dispositions sont valables également pour tous les autres partis politiques.

Veuillez agréer, Monsieur le Secrétaire Général, l’assurance de ma considération distinguée.

Copies à :
- Comité de Suivi de l’APG
- Min. A.T.
- CENI

Colonel Atcha TITIKPINA

Réponse de l’UFC

Lomé, le 16 février 2007
Le secrétaire Général,
A
Monsieur le Ministre de la Sécurité

Lomé

Monsieur le Ministre,

J’accuse réception de votre lettre N° 0086/MS/CAB en da e du 06 février 2007 et je vous en remercie. En réponse je voudrais vous faire part de ce qui suit :

1 - Le Président National de l’UFC, Gilchrist OLYMPIO, a tenu à saisir l’occasion de sa présence au Togo pour exprimer personnellement sa compassion et sa solidarité aux familles éprouvées par les violences et autres actes de barbaries perpétrés par des éléments des Forces Armées Togolaises et les milices du RPT, pendant la période électorale de l’année 2005. Sa visite à Atakpamé le mardi 6 février 2007, s’inscrit dans ce cadre et n’est donc pas une « manifestation publique » organisée par l’Union des Forces de Changement.

2 - Sur les lieux des drames, les populations riveraines sont venues spontanément et massivement témoigner leur reconnaissance au Président de l’UFC pour son geste touchant qui leur apporte quelque réconfort. C’est donc tout naturellement que ces populations, qui souffrent encore des drames vécus et aussi de l’absence de toute initiative visant à poursuivre les auteurs et commanditaires et à réparer les dommages causés, ont accompagné le Leader de l’UFC pendant qu’il visitait les sites sinistrés et rencontrait les victimes.

3 - Quoique la visite de compassion et de condoléances du Président National de l’UFC eût un caractère privé et non de « manifestation publique », les structures locales du parti à Atakpamé, en l’occurrence les responsables fédéraux de l’UFC de la préfecture de l’Ogou, tenant compte de la popularité dont jouit M. Gilchrist Olympio auprès des populations, ont pris la précaution d’en informer les autorités locales compétentes, comme en témoignent les copies ci-jointes des lettres qu’ils ont adressées respectivement au Préfet de l’Ogou et au Président de la Délégation Spéciale de la Commune d’Atakpamé. Il n’est donc pas juste d’insinuer que l’UFC n’a déféré à aucune procédure d’information préalable.

4 - Parce qu’il ne se réfère à aucun texte législatif ni réglementaire, votre courrier cache mal des mesures discriminatoires ciblant abusivement notre parti, l’Union des Forces de Changement, et visant à restreindre arbitrairement le libre exercice de ses activités. Ce qui est contraire aux 22 engagements, d’une part, à l’esprit et à la lettre de l’Accord Politique Global, d’autre part. Dans l’intérêt du processus en cours et pour un réel apaisement du climat politique, il est impératif que soit enfin mis fin aux manœuvres d’intimidation et de harcèlement dont notre parti, ses responsables, ses militants et sympathisants sont toujours l’objet.

Je tiens à vous remercier, au nom de notre parti l’Union des Forces de Changement, pour les mesures que vous avez bien voulu prendre afin que toutes les manifestations prévues dans le cadre de notre Conseil National, depuis l’arrivée de M. Gilchrist Olympio jusqu’à son départ, en passant par le meeting à la place Anani Santos ainsi que les visites de condoléances à Atakpamé et Aného, se déroulent dans la sécurité. Je tiens à vous assurer qu’en ce qui la concerne, l’UFC continuera, comme elle l’a toujours fait pour l’organisation de ses manifestations, de se conformer à la Constitution et aux lois de la République.

Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée.

Jean-Pierre FABRE

P.J. :

- Une (1) copie de la lettre du 31 janvier 2007 adressée à Monsieur le Président de la Délégation Spéciale de la Commune d’Atakpamé, par la fédération UFC de l’Ogou.
- Une (1) copie de la lettre en date du 31 janvier 2007, adressé à Monsieur le Préfet de l’Ogou ; par la fédération UFC de l’Ogou
- Une (1) copie de la lettre du 31 janvier 2007 adressée à Monsieur le président de la Délégation Spéciale de la commune d’Atakpamé, par la fédération UFC de l’Ogou

C.C
- Monsieur le Premier Ministre
- Monsieur le Président du Comité de Suivi de l’Accord Politique Global ;
- Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale ;
- Monsieur le Président de la CENI ;
- Corps diplomatique (UE, PNUD, RFA, France, USA).

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
24 octobre 2017
Lomé 27°C (à 02h)