Législatives

Les signes du principe des élections libres et régulières au Togo

par Elliott OHIN , le 17 mai 2007, publié sur ufctogo.com

 

Nous disons tout de go que nous ne voyons aucun signe précurseur d’acceptation par le clan Gnassingbé du principe des élections libres et régulières au Togo.

En tenant compte des dérives meurtrières délibérées des élections passées sous la férule de Gnassingbé père et celles ayant intronisé le fils comme chef de son clan, nous devons prendre toutes nos précautions avant d’appeler nos populations à aller aux urnes. Avec les Gnassingbé, à la place des résultats qui devraient normalement sortir des urnes, nous verrons plutôt sortir des chars d’assaut, des fusils automatiques et des urnes emportées sous les bras. Pour le clan Gnassingbé, le pouvoir se trouve uniquement au bout du fusil. Ne nous leurrons pas, ce clan ne changera pas. Il est de nos devoirs à tous d’arrêter les massacres post électoraux et de nous préparer tous ensemble à non seulement revendiquer nos victoires mais à les assumer.
Pour ce faire, nous devons avant tout exiger et obtenir des signes tangibles de la conversion du clan Gnassingbé au principe des élections libres et régulières.

Le prélude à ces exigences pré et post électorales vient d’être lancé par le Président National de l’UFC par sa tournée à travers le pays. Cette tournée triomphale de par l’accueil spontané du Togo profond réservé au Président et à sa délégation, tout en montrant très clairement la propension de l’UFC à gouverner uniquement par la volonté du peuple est avant tout une mobilisation de nos populations pour contraindre le clan Gnassingbé à adhérer au principe des élections libres et régulières. Le but de notre parti n’est pas d’aller aux élections pour partager le pouvoir avec le clan Gnassingbé mais de mettre en pratique notre programme de société fondé sur le bien être de tous. C’est d’ailleurs pour cette raison que l’UFC a rejeté sa participation à ce pseudo gouvernement d’union qui ne peut lui laisser toute la latitude nécessaire pour la mise en pratique de son programme.

La démocratie donne la possibilité au peuple de faire son choix en connaissance de cause. Le Président National de l’UFC lors de sa tournée a expliqué en long et en large les ambitions que l’UFC nourrit pour notre peuple qui seul est habilité à choisir librement et dans la clarté ses dirigeants. Le succès incontestable de cette tournée peut être interprété comme l’adhésion de notre peuple aux idéaux de l’UFC. Consciente donc du fait que seul le peuple peut lui accorder les moyens de ses ambitions, l’UFC lui demande de rester mobilisé, vigilant pour exiger et obtenir que les signes du principe des élections libres et régulières soient réellement perceptibles avant la tenue des élections.
Au-delà de ce prélude que fut cette tournée et à défaut d’un vrai gouvernement de transition pour préparer les élections, quelles sont donc les conditions du principe des élections libres et régulières au Togo ?
- Que la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) soit réellement indépendante et équitable dans sa recomposition.
- Que des listes électorales crédibles soient établies à partir d’une révision générale.
- Qu’un découpage électoral juste soit établi en tenant compte du nombre d’habitants par circonscription.
- Qu’une carte électorale infalsifiable comportant sa photo puisse être délivrée à chaque électeur.
- Que les représentants des partis de l’opposition soient membres à part entière de la commission administrative pour la révision des listes électorales, la distribution des cartes d’électeur.
- Que les représentants des partis de l’opposition soient légalement membres à part entière des bureaux de vote avec les pouvoirs de signer les procès-verbaux des résultats et le droit d’en recevoir copies.
- Que les libertés civiles fondamentales, la liberté d’opinion, d’expression et de manifestation pacifique soient scrupuleusement respectées par les forces de sécurité.
- Que l’Armée Nationale observe une totale neutralité avant, pendant et après les élections.
- Que le gouvernement lance un appel à l’ONU, au NDI (National Democratic Institute) en vue de fournir à la CENI l’expertise nécessaire pour l’organisation, le contrôle, la supervision des élections et l’observation de la sécurité des élections.
- Que l’accès aux médias publics soit équitable à tous les partis.
- Que des observateurs nationaux et internationaux en nombre suffisant soient agrées pour observer les élections sur toute l’étendue du territoire national.
- Que les appuis techniques et financiers extérieurs nécessaires au bon déroulement du scrutin soient garantis.

Ces conditions non exhaustives sont néanmoins nécessaires pour la bonne tenue des élections libres et régulières au Togo. Le respect de ces conditions est indispensable pour sauver notre pays mis en déclin, en panne, en recul, en danger et en désarroi par le clan Gnassingbé.
Le ciel s’est assombri sur notre patrie avec l’avènement crapuleux du clan Gnassingbé mais, l’apparition de nouveau d’un soleil plus éclatant dépend uniquement de nous tous.

Ablodé !

Elliott Ohin, Ancien Secrétaire Général de l’UFC, membre du bureau national, Représentant de l’UFC en Amérique du Nord.

 

© Copyright Elliott OHIN

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
27 mars 2017
Lomé °C (à 0h)