PAM

Les réfugiés Togolais en danger de rupture de vivres

par Panafrican News Agency (PANA) , le 15 novembre 2005, publié sur ufctogo.com

 

Plus de 65.000 victimes des violences politiques qui, en début d’année avaient secoué le Togo, sont menacées de pénurie alimentaire si à la fin du mois de décembre, le Programme Alimentaire Mondial (PAM) ne réussit pas à réunir immédiatement auprès des bailleurs internationaux, 1 million de dollars d’aides, a averti mardi l’agence onusienne.

Une rupture des approvisionnements en nourriture pénaliserait beaucoup de personnes incapables de se nourrir elles-mêmes, a déclaré Mustapha Darboe, le directeur régional du PAM, qui ajoute que l’on s’inquiétait de plus en plus d’un arrêt brusque des vivres qui pourrait entraîner des troubles dans les camps et exacerber les tensions entre les réfugiés et les communautés d’accueil.

"Ces personnes n’ont pratiquement rien et le monde risque d’ignorer leurs besoins vitaux", a dit Darboe, qui avertit qu’"une coupure des vivres livrerait beaucoup de personnes à elles-mêmes puisqu’elles n’ont pas d’autres moyens de subsistance".

JPEG - 46.9 ko
La plupart des réfugiés affirment qu’ils n’ont pas l’intention de retourner au Togo à brève échéance. (Photo : Carine Frenk)

En février dernier, le Togo était en proie à une crise politique après la mort du Président Gnassingbé Eyadéma, dont le fils Faure Gnassingbé, avait essayé d’usurper le pouvoir par des moyens illégaux.

Au moins 400 personnes auraient été tuées dans des affrontements entre factions rivales dans ce processus de succession.

Ces combats avaient installé un climat de peur et poussé plusieurs Togolais à se réfugier au Ghana et au Bénin voisins, dans des camps de transit ou des centres d’accueil.

Les plus vulnérables sont les 10.000 réfugiés vivant dans deux camps au Bénin et qui dépendent totalement de l’aide extérieure pour subvenir à leurs besoins immédiats.

Quelque 17.000 autres vivant dans des communautés d’accueil attendent toujours de l’aide.

Au Ghana, bien que 8.000 réfugiés reçoivent actuellement une aide alimentaire, 10.000 autres vivant dans des communautés d’accueil n’ont à ce jour, reçu aucune assistance.

Au Togo même, au moins 3.000 des 16.000 personnes qui auraient déserté leurs maisons pour se réfugier quelque part à l’intérieur du pays, ne sont pas encore de retour, a précisé le PAM. 

Le PAM soutient également les membres des communautés d’accueil dont les moyens d’existence ont été lourdement affectés par cet afflux de personnes ayant quitté leurs maisons en début d’année.

 

© Copyright Panafrican News Agency (PANA) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
27 mai 2017
Lomé 28°C (à 11h)