Droits de l’enfant

Les É.-U. contribuent à la lutte contre le travail forcé des enfants au Togo

par USA département d'Etat , le 22 octobre 2007, publié sur ufctogo.com

Seize millions de dollars seront consacrés à la République démocratique du Congo, au Togo et à l’Ouganda.

 

JPEG - 5.3 ko
Cet écolier à Nairobi a pu s’échapper
à la misère et aux abus qui menacent
des millions d’enfants en Afrique.
(© AP Images)

Washington - Trois pays africains, à savoir la République démocratique du Congo, le Togo et l’Ouganda, recevront cette année 16 millions de dollars des États-Unis pour financer des projets visant à éliminer les pires formes de travail des enfants. Ces dons, annoncés le 1er octobre par la ministre du travail Elaine Chao, serviront à donner aux enfants dans le besoin une éducation élémentaire de qualité et à leur offrir des possibilités de formation professionnelle. Ces fonds serviront également à collecter des données fiables sur le travail des enfants dans ces pays.

Ces 16 millions font partie d’une somme de 54 millions de dollars que le ministère du travail des États-Unis a distribués dans le monde entier durant l’année budgétaire qui s’est achevée le 31 septembre. « Ces dons de 54 millions de dollars s’inscrivent dans les efforts que nous déployons pour éliminer l’exploitation abusive des enfants dans les milieux du travail du monde entier », a affirmé Mme Chao dans un communiqué de presse.

La République démocratique du Congo et l’Ouganda recevront chacun 5,5 millions de dollars destinés spécialement aux enfants vivant dans des zones de conflit.

Les fonds remis à la République démocratique du Congo seront gérés par l’organisation internationale sans but lucratif Save the Children avec l’American Center for International Labor Solidarity. Le don accordé à l’Ouganda sera géré par le Comité international de sauvetage (IRC) en coopération avec la branche américaine de l’association des bénévoles pour le service international (AVSI-USA). Quant au Togo, il recevra cinq millions de dollars qui seront gérés par l’Organisation internationale du travail (OIT).

Selon le rapport intitulé « Les pires formes de travail des enfants » publié en 2006 par le ministère du travail, de nombreux enfants dans le monde entier sont toujours impliqués dans des travaux dangereux ou dégradants qui les privent de leur enfance, et souvent de leur avenir.

Ces pires formes de travail sont définies comme toute activité risquant de nuire à la santé, à la sécurité ou à la morale des enfants, notamment leur utilisation dans des conflits armés, le travail domestique, le trafic, l’exploitation sexuelle, les travaux agricoles dangereux et l’exploitation dans le secteur tertiaire de certaines économies parallèles.

Selon le Rapport global intitulé « La Fin du travail des enfants : un objectif à notre portée » publié par l’OIT en 2006, si l’exploitation des enfants a décliné globalement, la tendance n’a été que minime en Afrique. Au niveau mondial, 74 millions d’enfants âgés de 5 à 14 ans exécutaient encore des tâches dangereuses. Selon le rapport du ministère américain du travail, la République démocratique du Congo fait partie des quelques pays qui ont pris des initiatives contre le travail des enfants.

« Les projets financés par le Bureau des affaires internationales du ministère du travail ont aidé plus d’un million d’enfants du monde soit à fuir une situation d’exploitation, soit à éviter ce sort », a déclaré la vice-ministre adjointe aux affaires internationales Charlotte Ponticelli. « Ces enfants ont reçu une chance de reconstruire leur vie. »

Par Susan Domowitz
Correspondante de l’USINFO

 

© Copyright USA département d'Etat - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
jeudi
21 septembre 2017
Lomé 26°C (à 20h)