Engagements de Bruxelles

Les ACP se rangent du côté du dictateur Eyadéma !

par Le Togolais , le 1er juin 2004, publié sur ufctogo.com

 

JPEG - 3 ko

M.OBIA Jacques, ambassadeur du Congo, chef de la délégation ACP ( Afrique-Caraïbe-Pacifique) a tenu une conférence de presse à Lomé sur la mise en œuvre des engagements pris le 14 avril 2004 à Bruxelles par le gouvernement togolais. Ce dernier a décerné un satisfecit au dictateur Eyadéma pour son début d’application. Selon l’ambassadeur congolais, le rapport que présentera le gouvernement togolais à l’UE le 1er juin prochain, est un bon rapport, et d’ajouter que c’est un rapport adopté par les ACP.

Dans le cadre des consultations avec l’Union européenne, le gouvernement togolais a sollicité l’assistance des pays ACP. Cette procédure est prévue par l’accord de Cotonou. Le gouvernement indexé pour violation de l’article 9 de l’accord de Cotonou peut s’adjoindre des pays ACP pour l’assister et le défendre pendant la période des Consultations. C’est dans cette optique qu’une délégation du Comité des ambassadeurs du groupe ACP s’était rendue à Lomé sur invitation du gouvernement togolais du 13 au 18 mars 2004. Cette délégation conduite par jacques OBIA, ambassadeur du Congo, Mr. Evadne COYE, ambassadeur de Jamaïque, Mr. Eloge HINVI, ambassadeur du Bénin, Alioune SENGHOR, expert juridique en chef des ACP, Hélène TSHIKA, expert de l’ambassade du Congo avait adressé au gouvernement togolais un certain nombre de recommandations que nous publions ci-dessous. Cependant, elle avait fait l’objet de défiance de la part des partis d’opposition qui n’avaient pas jugé utile de la rencontrer.

Cette même délégation s’est rendue ces derniers jours à Lomé et a tenu une conférence de presse animée par M. OBIA. Ce dernier a décerné un satisfecit au gouvernement togolais pour sa mise en œuvre des engagements pris le 14 avril dernier. Selon l’ambassadeur congolais, le rapport que présentera le gouvernement togolais à l’UE le 1er juin prochain, est un bon rapport, et d’ajouter que c’est un rapport adopté par les ACP. Le chef de la délégation ACP a tenu à préciser que le gouvernement togolais tient ses engagements. Au cours de son intervention, l’ambassadeur congolais a critiqué les partis de l’opposition qui refusent d’être les dindons d’un nouveau dialogue à la manière Eyadéma.

Cette mission des ACP précède celle de l’UE prévue pour commencer le 2 juin prochain. De source autorisée, les ACP voulaient s’associer à la mission de l’Union européenne, mais cette proposition fut rejetée par la Commission européenne. Or, il est exagéré de dire que le gouvernement tient ces engagements. Car, le Code de la presse n’est pas encore modifié. Certes, un projet de loi est en cours de discussion pour la dépénalisation des délits de presse, les sites Internet dissidents sont toujours inaccessibles au Togo, des prisonniers politiques sont toujours détenus, le dialogue intertogolais n’a pas du tout commencé, les médias publics ne sont pas complètement accessibles à tous les Togolais. Le culte de la personnalité et le discours haineux sont toujours de mise.

Il est toutefois vrai que les porte-voix du régime Eyadéma font beaucoup de tapage médiatique. Les acteurs politiques et de la société civile ne relèvent pas suffisamment le défi...

La rédaction letogolais .com


LIRE EGALEMENT EN ANNEXE

Extrait du rapport de la mission ACP au TOGO du 13 au 18 mars 2004

LA MISSION DES ACP RECOMMANDE DES REFORMES AUX AUTORITES TOGOLAISES

Au terme de sa mission au Togo, le comité des Ambassadeurs ACP a soumis à l’attention des autorités togolaises quelques recommandations de réformes visant à pallier au déficit démocratique et au manquement aux principes de l’Etat de droit

III-RECOMMANDATIONS

3-1 A l’attention des autorités togolaises

i) Faire une préparation effective pour les consultations avec l’UE en mettant l’accent sur des propositions concrètes sur les solutions aux plaintes et non sur les justification de situations passées ou l’accusation d’autres acteurs.

ii) Rechercher un consensus national en vue de renforcer l’Etat de droit à travers des réformes à entreprendre sur les points essentiels tels que :

- la Constitution
- le code électoral
- le système judiciaire
- les droits humains
- les libertés civiles
- l’accès aux médias d’Etat
- la réglementation de la presse
- l’organisation de la société civile et des autres acteurs non étatiques
- Promouvoir des agences de renforcement de la loi
- l’observation internationale des élections

iii) La formation d’un Gouvernement de large union nationale pour exécuter un programme consensuel durant une période déterminée et avec des objectifs précis

iv) Etablir un programme de réformes à soumettre à l’UE et

v) Se conformer aux engagements pris vis-à-vis des ACP et de l’UE.

 

© Copyright Le Togolais

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
25 mars 2017
Lomé °C (à 0h)