Elections

Les 7 magistrats de la nouvelle CENI au Togo

par Togoforum , le 16 mai 2002, publié sur ufctogo.com

 

Nous annoncions mercredi 8 mai 2002 que le gouvernement était sur le point de nommer des magistrats en remplacement de la Ceni pour aller aux élections législatives anticipées. Eh bien c’est fait. C’était fait d’ailleurs depuis. Puisque c’est depuis le 16 avril 2002 que la Cour constitutionnelle sur saisine du gouvernement a constaté l’impossibilité de former la Ceni. Puisque c’est depuis le 25 avril 2002 que les magistrats ont été désignés. Sept (7) en tout :

1- Assogbavi Komlan

2- Dotsè Dogé Kossi

3- Idrissou Akibou

4- Kantchil Laré Yempab

5- Kpomégbé Kokou

6- Missité komlan

7- Petchelebia Pignakwè Abalo

Un coup de force. Une décision ’je-m’en-foutiste’ qui exhibe la morgue de ce régime voyoucratique, sûr de son impunité. Ce régime a fait fi des souffrances du peuple togolais . Il a balayé du revers de la main l’Accord Cadre e Lomé, le Code électoral, le temps, l’argent et la patience des facilitateurs. Une insulte en somme à toutes ces bonnes volontés.

La désignation de sept (7) magistrats obéit moins à l’article 40 du nouveau code électoral qu’à un calcul mesquin, vicieux, honteux, qui cache mal l’ambition hautement déclarée de ce régime : s’emparer à nouveau du parlement, modifier la constitution de la 4è République, reconduire le Général Eyadema aux présidentielles de 2003.

On nous trouvera l’insulte facile. Si tant est que l’insulte ne résout rien, il est moralement indiqué de ne pas tricher avec les mots. Ni jongler avec leurs sens. Il faut pour un juste propos étiqueter les caractères et les travers. Alors qu’est-ce donc que A. Kodjo si ce n’est le factotum de Lomé II ?

Qu’est-ce donc que le PAN si ce n’est la faconde impertinente, le law-boy de Lomé II ? Et qu’est-ce donc que le président si ce n’est l’acteur et l’actaire, l’arsouille de toutes ces coquineries ?

Ils sont allés loin. Trop loin pour emporter un quelconque crédit. Exploitant au passage la pusillanimité , le défaitisme ,le mutisme , la perclusion de l’opposition, impressionnée par les menaces diverses, le bâillonnement de l’expression libre, les anathèmes médiatiques quotidiennement déversés sur elle.

Alea Jacta est. Que fera l’opposition exclue des médias d’Etat ? Va-t-elle comme toujours se contenter des déclarations vaines et inutiles comme celles ce matin dans Crocodile de certains responsables politiques ? Et si elle ne réalise pas un exploit prométhéen, ira-t-elle à ces législatives anticipées pipées ? Elle semble désormais poussée dans un cul-de- sac sans munitions. La grève ne prend plus au Togo. Celle de 1992-1993 agit encore comme le père-fouettard de notre enfance. Les marches de protestations sont stériles et toujours empêchées par un déploiement de militaires digne du débarquement de Normandie. L’expression par les bombes ? Très peu !
Alors quoi ? Rien. Sinon aller à ces législatives pipées. Ou ne pas aller. Le ridicule go or not to go . Et on se retrouvera à la case 1998. Les mêmes cause produisant les mêmes effets. Un bis repetita. A quand le calumet de paix entre le pouvoir et l’opposition pour une ration d’oxygène du peuple togolais ?

Samuel Batchati

 

© Copyright Togoforum

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
24 juin 2017
Lomé 26°C (à 22h)