Dissidence

Législatives du 27 Octobre 2002 : le point de vue de Maurice Péré

par UFCTOGO.COM , le 9 décembre 2002, publié sur ufctogo.com

 

Entre le R.P.T. et M Maurice Péré, le moins qu’on puisse dire est que la rupture est désormais consommée et ceci d’une manière définitive.
L’enfant terrible de la conférence nationale, M. Péré est devenu irrécupérable. Aux yeux du pouvoir, M. Péré n’est dorénavant qu’un simple "associé aux huit partis politiques d’opposition radicale qui ont manifesté contre les résultats des élections législatives".

L’ancien collaborateur du régime peut aujourd’hui se sentir tout au moins heureux. Il est dorénavant libre, vraiment libre. Ainsi donne t-il librement son point de vue sur l’organisation des élections législatives anticipées. Ce que aucun membre en activité au sein du R.P.T. ne saurait faire ouvertement.

"Vous savez, dit Péré, comment on a fait ces élections. On a tout fait pour que les gens aillent s’inscrire mais 99 pour cent ont refusé. Heureusement à Lomé ici, ils vous respectent un peu, vous savez écarquiller les yeux ; mais ailleurs ils ont pris des cartes pour aller dans les maisons, menacer les gens, et les gens disent "déposez, on va prendre ça". Ils ont déposé partout, ils leur ont dit : vous allez voir si on ne vous voit pas le jour là. Un exemple :
"Dans un canton important qui n’est pas à plus de 200 km d’ici, on m’a téléphoné le jour-là pour me dire : on nous a sortis de nos maisons pour nous aligner devant les bureaux de vote. Arrivé, on prend le bulletin des candidats et on vous le donne. On plie et on vous le remet pour aller le mettre dans l’urne.
Il n’ y a pas d’isoloir. Il y a quelques rares qui se sont fâchés et ont déchiré le bulletin en disant "Moi je ne vote pas ; ce que vous voulez me faire, faites-le". On les a regardés et on n’a rien fait. Si tout le monde avait fait comme ça ils n’auront rien fait [...].
Si vraiment ceux qui sont allés aux élections sont certains d’avoir eu ces scores-là, qu’est-ce-qui les amène à avoir peur des autres formations politiques ? C’est parce qu’ils ne sont pas certains qu’ ils font ce qu’ils font. Eh bien ! Si vous les laissez, c’est comme ça qu’ils nous auront un à un. Moi je dis non et je suis libre..."

M. Péré est effectivement libre. Il n’est plus lié comme naguère à un quelconque langage de béni oui oui qui, dit on, serait toujours de rigueur dans son ancien camp. Il exprime librement ce qu’il pense et d’une manière sincère. Il exprime ce qui le tient à cœur. On appelle cela la liberté de parole retrouvée ou mieux le franc parler.
Mais ce franc-parler fait peur, alors il faut le dénigrer. Péré étant ce qu’il est avec toutes ses convictions qui lui tiennent à cœur, de tels dénigrements le laissent donc froid. L’on est surpris d’entendre des médias d’Etat que le 9 novembre, au cours des manifestations organisées par l’opposition dite radicale(le mot est du pouvoir), Péré a réussi à pendre la parole devant "quelques militants évalués à une trentaine de personnes" On veut bien apprécier l’esprit d’observation de cet homme qui n’a vu q’une trentaine de personnes devant cette marée humaine. De quoi a t-on alors peur ? Est-ce de cette trentaine de personnes qui tentaient de tenir tête aux force de l’ordre ?

Rappelons que lors de son tout premier discours, Hitler n’avait devant lui que 19 personnes au total. On connaît la suite. Sans comparer Hitler à Péré, disons que pour cette première sortie publique, celui-ci aurait tout de même fait mieux. Ce qui dénote une certaine popularité de sa part. Et l’on sait qu’à l’heure actuelle, le chef de l’Etat excepté, aucun militant du R.P.T. ne peut, sur sa propre initiative, réussir à ressembler au cours d’une réunion, au moins cinq personnes d’une manière spontané. C’est une triste réalité

En définitive ce qu’il faut retenir, c’est que si malgré les difficultés qu’elle rencontre lors de l’organisation de ces manifestations et réunions publiques, si malgré les obstacles dressés contre elle par le pouvoir, l’opposition dite radicale réussit tout de même à ne réunir que "500 seulement" de ses partisans d’une manière spontanée, c’es t qu’elle jouit d’une certaine popularité au Togo. Inutile de s’en moquer. Le curieux ici c’est que le chiffre 500 semble devenir officiel et sert souvent à évaluer à chaque fois le nombre des sympathisants à chacune des réunions que l’opposition organise. Le ridicule assurément ne tue pas.

Jacques Tom

 

© Copyright UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
23 mai 2017
Lomé 27°C (à 06h)