Politique

Le respect se mérite.

par Séna Alipui , le 13 janvier 2008, publié sur ufctogo.com

Le Togo mérite du respect, Les Togolais méritent du respect, la volonté populaire doit être respectée. Si cette dernière est respectée, les institutions de la république que ces élus animent seront de facto légitimes et naturellement respectées. La question ne se posera même pas. Le respect se mérite et c’est au prix du respect de soi même, du respect des autres et de tout ce qui nous entoure que l’on est respecté en retour.

 

Cette année 2008, le gouvernement a décidé de ne pas fêter bruyamment et arrogamment le 13 Janvier, date de l’assassinat du père de l’indépendance et de la nation Togolaise.
C’est une bonne décision, c’est une décision qui va de le sens de ce que bon nombre de Togolais ont toujours souhaité. Idéalement, nous ne souhaiterions pas de défilés dans les casernes non plus car fêter le jour de l’assassinat de Sylvanus Olympio est ingrat, irrespectueux et finalement immoral mais pour le moment cette décision reste un pas dans la bonne direction nous la saluons en attendant que le mouvance présidentielle revienne complètement à la raison et au respect de la volonté populaire.

Faure Gnassingbé n’est pas très bavard, mais le peu de fois où il se laisse aller à des commentaires montre qu’il choisit mal son sujet et finit par manquer la cible autrement dit, il finit par tirer à terre.

La dernière sortie du président se veut une leçon à l’UFC sur le respect des institutions.
Quelques jours plutôt la société civile avait sorti un texte sur la dignité qui est selon le dictionnaire « le respect que l’on doit à autrui, le respect que l’on doit à soi même ».
Ce texte lu avec le discernement qu’il faut aurait pu tempérer les ardeurs du chef de la mouvance présidentielle pressé de jouir d’une légitimité qu’il n’a pas , mais en vain…

« Je le dis à l’intention de ceux qui ont cru devoir ne pas venir, je le dis avec indulgence parce que je sais que l’esprit républicain, le respect des Institutions est aussi un apprentissage, et quand on est dans un processus d’apprentissage on n’apprend pas au même rythme ».

La question qui nous vient à l’esprit est :
Dans ce Togo, il y a-t-il quelqu’un qui respecte qui que ce soit ou quoi que ce soit ?
Et ensuite : À qui la faute ?

Depuis son accession forcée de type monarchique à la présidence du Togo monsieur Faure Gnassingbé s’est il conduit de façon respectueuse vis-à-vis du premier président du Togo ?
Ne fêtait –il pas le 13 janvier et cette année le 13 ne sera-t-il pas fêté dans les casernes ?
Comment lui-même, l’armée et le RPT se sentiraient-ils si l’opposition fêtait le 05 Février ?

En février 2005, la constitution a-t-elle été respectée ? Non, elle a été violée. La constitution c’est un texte et elle-même ne peut pas se respecter. C’est ceux qui sont chargés de la protéger qui peuvent la respecter s’ils se respectent eux même .

Faure Gnassingbé, le gouvernement, une partie de l’armée, l’assemblée nationale, la cour constitutionnelle, la Ceni se sont manqués de respect et ont ensuite manqué de respect à la constitution et aux populations en violant répétitivement la constitution.
Toutes ces femmes violées par les milices pro gouvernementales, ont-elles été respectées ?
Tous innocents tués sont ils respectés alors que l’impunité règne en maître et que ces milices se sont sans doute reconverties en bandits qui entretiennent l’insécurité dans ce pays ?

Voilà des gens qui ne respectent rien sur la surface de la terre qui réclame du respect.
Voilà un prince devenu roi qui nous parle de République.

Plus loin dans cette affaire de respect, dans le journal l’Union un autre qui ne se respecte pas et que nous soupçonnons être le parasite national, le saprophyte international, véritable charançon qui se cache dans la récolte des Togolais à savoir Charles Debbasch veut venir faire la morale à l’UFC sur le respect.

Charles Debbasch, à son âge avancé et après avoir enseigné le droit pendant si longtemps comment se fait il qu’il est obligé de venir se cacher en Afrique ?
Il ne respecte pas le droit qu’il enseigne au point qu’on le pourchasse étant un vulgaire bandit incapable de faire face à la justice .On l’arrête de temps en temps, le temps que les passeports diplomatiques le sauvent.
À son âge, c’est stressant, c’est plutôt humiliant, honteux et dénote qu’il ne se respecte pas et n’est pas fréquentable. Nous, ce roi des médiocres, on en fait un ministre conseiller.
Que dira t-on à sa famille si le bon Dieu le rappelle ? Dira t-on qu’il a trépassé dans sa cachette tel un rat ?
Ses confrères coulent une retraite heureuse chez eux en France ou ailleurs et sont libres de leurs mouvements. Qu’il prenne son courage et rentre chez lui.
Lui, un vieux voyou et repris de justice par-dessus tout n’a absolument rien à enseigner à l’UFC à propos de ses devoirs et du respect.

Le respect, nous en avons plein les oreilles, de la violation de la représentation diplomatique américaine pour capturer un chef d’état en fonction en 1963 jusqu’à la parole de militaire de 1999, nous n’avons que trop d’exemples à servir, les acteurs n’étant plus de ce monde, par respect nous nous arrêterons là en disant que le sujet est donc très mal choisi.

Plus près de nous il vient d’y avoir des législatives, les gens vous ont accompagné au gouvernement en 2006 pour exécuter l’APG et organiser les législatives,

Quel est le bilan de ceux qui vous ont fait confiance et accompagné dans ce processus ?

À la CPP, le coq a perdu toutes ses plumes et nous ne le verrons plus dandiner sur la scène politique de si tôt. Son cocorico nous manquera assurément…
À la CDPA, la vie n’est plus rose, la romance est terminée, le bilan est lourd.
Vous avez retiré toutes les pétales de la rose. Elle a perdu tout son charme.
Au CAR sur 162 passagers, les reptiles en ont croqué 158, seuls 4 dans un état critique ont survécu et préfèrent exercer leur profession que de siéger à l’assemblée.
Le PDR a tout perdu malgré le zèle avec lequel il vous a défendu.
Dans votre propre camp, Kpatcha Gnassingbé dont la réputation a été négativement exagérée et assurément salie plus qu’il ne faut pour que vous puissiez être au pouvoir a été mis à l’écart sans ménagements. Il a au moins le mérite d’être franc ,direct et honnête vis-à-vis de la cause qu’il défend, une autre facette positive du respect de soi même.

Le bilan de ceux qui vous ont fait confiance est la déroute politique et sublime humiliation certains ont été reconduits dans le gouvernement, ils n’ont sans doute pas compris la leçon sur le respect de soi même que cette épreuve leur a donné.

À l’UFC vous réussirez sans doute à en débaucher quelques uns, c’est dans l’ordre des choses mais à ce jeu de : « Quand ils seront fatigués ils finiront par venir à mes pieds » vous rêvez debout et en couleurs.

Pour notre part, le respect se mérite, il ne se décrète pas.

Le pouvoir, vous pouvez l’obtenir par toutes sortes de moyens mais le respect, c’est une autre affaire.
Lorsque vous vous respectez les autres vous respectent en retour.
En définitive, c’est votre comportement général qui détermine le respect que les gens vous doivent ou vous portent.
Pour exemple, Sylvanus Olympio fut un leader respectable et respecté.
Quarante cinq ans après sa mort, naturellement les gens se battent pour poursuivre son œuvre, il reste une référence politique sûre.
Quand les demis soldes l’ont attrapé il ne leur a pas demandé de venir dans un gouvernement d’union nationale avec lui, ou promis des législatives pour se légitimer ou des réformes en trompe l’œil.
Il était à son poste par mérite et est resté digne et fidèle à la patrie jusqu’au bout.
Quel bel exemple de respect de soi même, de respect pour les institutions qu’on anime et de la confiance que les populations ont placé en lui.

Il n’est jamais trop tard pour bien faire et l’histoire nous regarde tous.
La classe politique Togolaise doit prendre son courage à deux mains et opérer les réformes nécessaires au changement que les populations ne cessent de demander.
Si cette charge là est trop lourde, demandez de l’aide les populations regorgent de talents pour opérer ce changement. Si vous avez perdu le goût de la lutte où êtes désorientés et n’en pouvez plus, passez le témoin, ne bâclez pas ce travail important pour plusieurs générations.

Le Togo a besoin de réformes structurelles et une véritable révolution culturelle doit s’opérer pour accompagner ces réformes car un passage à une structure démocratique pour le pays tout en maintenant la culture du parti unique, de la pensée unique, de l’impunité, de l’anti- nationalisme, de l’assistanat, de la mendicité et l’esprit de colonisé minera nos chances de nous épanouir et d’ici quinze à vingt ans nous serons aux prises avec d’autres problèmes parce que la démocratie mal implantée n’aura pas réglé les problèmes pour laquelle on l’a instauré.

Le Togo mérite du respect, Les Togolais méritent du respect, la volonté populaire doit être respectée, si cette dernière est respectée, les institutions de la république que ces élus animent seront de facto légitimes et naturellement respectées. La question ne se posera même pas.
Le respect se mérite et c’est au prix du respect de soi même, du respect des autres et de tout ce qui nous entoure que l’on est respecté en retour.

 

© Copyright Séna Alipui

Trésorier de UFC Section Canada


Télécharger
( 36.5 ko )

Imprimer l'article
Imprimer

Envoyer par mail
Envoyer

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
29 mars 2017
Lomé 28°C (à 22h)