Politique

Le pouvoir en Afrique : ces familles qui nous gouvernent

par Wal Fadjri (Sénégal) , le 7 mai 2004, publié sur ufctogo.com

En Afrique et ailleurs à travers le monde, la famille du président de la République peut être associée à la direction du pays, à des degrés divers. Dans les couloirs des palais, ils s’activent, avec la double casquette de citoyen et "proche du président".

 

Au Sénégal, le président Abdoulaye Wade a fait appel à ses deux enfants, Karim et Sindiély, qui étaient à l’étranger, pour revenir au Sénégal travailler à ses côtés. Ce n’est pas une première. Sous les magistères de Léopold Sédar Senghor et d’Abdou Diouf, les familles n’ont pas manqué d’être impliquées dans les affaires publiques. Adrien Senghor, neveu du premier président, a été ministre, et Francis Senghor, son fils, a eu à bénéficier d’un prêt de deux milliards de francs Cfa pour monter Golden Baobab, sa maison de disques. Magued Diouf, frère du président Abdou Diouf, a lui aussi été ministre dans des gouvernements succesifs.
"Le rôle de Karim, c’est d’être... mon fils. Il m’aide provisoirement à la mise en place des services de la présidence de la République. Karim me conseille, mais il n’a pas de bureau à la présidence. Il sait des choses que je ne sais pas. C’est un homme d’action", disait le président Wade, deux ans après son accession à la magistrature suprême. Le fils de l’actuel chef d’Etat a quitté ses fonctions de "Asociate director" dans le département Corporate Finance de la SBC Warburg (une grande banque londonienne spécialisée dans les télécommunications), où il a travaillé pendant six ans, pour venir épauler son père.

Contrairement à son frère Karim, Sindiély Wade a une fonction bien définie au palais de la République. Elle s’est mise au service de son père en qualité d’Assistante spéciale du président de la République. Elle a en charge l’agenda du président, un peu comme Claude Chirac, Conseiller en communication, presse-opinion de Jacques Chirac. Pour sa part, Mme Viviane Wade, l’épouse du chef de l’Etat, est plutôt active hors de l’espace présidentiel, sans en être trop éloignée. Avec sa Fondation, elle s’active dans l’action humanitaire.

Ailleurs en Afrique, en Côte d’Ivoire, la femme de Laurent Gbagbo, Simone Ehivet Gbagbo, et sa sœur cadette, Victoire Ehivet, sont des personnalités très influentes au niveau de l’espace présidentiel et du parti au pouvoir, le Front Populaire ivoirien (Fpi). D’aucuns considèrent, d’ailleurs, la première dame de la Côte d’Ivoire comme le bouclier de son président de mari contre ses adversaires. Elle a joué un rôle décisif dans l’accession de son mari à la magistrature suprême, elle qui est député à l’Assemblée nationale ivoirienne

Au Burkina Faso, le beau-frère du président Blaise Compaoré tout comme son frère cadet, François Compaoré, et la belle-mère de ce dernier, Alizèta Ouédraogo dite "Gando", une richissime femme d’affaires, constituent un cercle actif dans les affaires publiques du pays. Pour sa part, Lucien Marie-Noël Benbamba, époux de la sœur cadette des Compaoré, est directeur général du Trésor.

Au Bénin, les deux premiers fils de Mathieu Kérékou Hervé et Montant, sont les seuls parmi la nombreuse progéniture du chef de l’Etat, à arpenter les couloirs du Palais présidentiel. Nés de son premier mariage avec Béatrice Lakoussan, député à l’Assemblée nationale, ils s’occupent respectivement de la garde présidentielle et des services de renseignement de la présidence de la République.

Pascaline, la fille du président Omar Bongo, est très active dans le pétrole et la diplomatie. Au moment où le fils de Bongo, Ali, occupe, en plus de son poste de ministre de la Défense, celui de vice-président du parti au pouvoir, le Parti démocratique Gabonais (Pdg). Paul Toungui, gendre du président Bongo, pour sa part, contrôle le pétrole dont il est le ministre.

De tous les pays africains, le Togo, se distingue le plus dans l’implication de la famille présidentielle dans la gestion des affaires de l’Etat. Le lieutenant-colonel Ernest Gnassingbé, l’aîné des fils du général, commande la garnison de bérets rouges du camp Landja de Kara dans le Nord du pays. Le capitaine Rock Gnassingbé, pour sa part, est à la tête du groupement des blindés, et est également le président de la Fédération togolaise de football.

Au niveau de l’Assemblée nationale togolaise, siège un autre fils du président Eyadema. A la direction de la Société d’administration de la zone franche (Sazof), Kpatcha, se trouve un des fils du chef de l’Etat. Les filles Eyadema, elles, sont toutes mariées aux hommes forts du régime. Le Premier ministre Agbéyomé Kodjo et le ministre des Affaires étrangères Koffi Panou ont convolé en secondes noces avec des filles du général-président.

Last but not least, la Libye. Au pays du colonel Mouammar Kadhafi, il n’est pas rare de voir Saif El-Islam, le fils du colonel-guide de la Révolution libyenne, s’activer sur le terrain diplomatique. La célèbre libération des otages de l’île de Jolo (aux Philippines) porte son empreinte. Al Saadi, son frère aîné, a plutôt un penchant pour le football. Il dirige plusieurs clubs dans la capitale libyenne et est également le patron et capitaine de l’équipe nationale libyenne de football. D’ailleurs, Al Saadi a failli briguer, en janvier dernier, le poste de président de la Confédération africaine de football (Caf). Pour l’heure, il a réussi à être actionnaire de la Juventus de Turin.
Amadou DIOUF

 

© Copyright Wal Fadjri (Sénégal) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
22 novembre 2017
Lomé 27°C (à 22h)