Togo-UE

Le pouvoir-RPT aux abois tente de bluffer l’Union Européenne

par Juan DJIMABI , le 9 décembre 2002, publié sur ufctogo.com

 

Aujourd’hui, les Togolais se demandent à quand la reprise de la coopération avec les principaux partenaires en développement et surtout l’Union Européenne, un mois après les législatives anticipées du 27 octobre 2002 ?

Nous savons tous que le pouvoir RPT a placé les élections législatives du 27 octobre 2002 sous le signe de la normalisation des relations avec ses traditionnels partenaires en développement. Ainsi, lors des campagnes législatives, c’était le même son de cloche, c’est-à-dire, les populations devaient massivement prendre part au scrutin pour que, la suspension de la coopération soit levée, disait-on sans ambages. Pour le moment nous sommes loin d’assister à ce schéma tout tracé par le pouvoir RPT. Rien n’a été fait jusqu’alors et nous sommes toujours à la case de départ. Ce n’est pas la récente visite du Président de l’Assemblée monocolore à Bruxelles où, il pris part aux travaux e l a conférence de l’Assemb lée paritaire ACP/UE qui nous démontrera le contraire.

Selon, le Président de l’Assemblée Nationale, ces collègues de ACP auraient apprécié les législatives anticipées qui se sont déroulées dans la transparence. Seulement, ce n’est un secret pour personne quand on sait comment fonctionne le syndicat des pays ACP. En effet, il faut reconnaître qu’en ce qui concerne la reprise de la coopération entre le Togo et l’UE, les pays AC ne pèsent pas dans la balance et n’ont aucun pouvoir de décision.

Pour emboîter le pas au président de l’Assemblées nationale sortant, le Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération se servira de la tribune de la deuxième conférence des Ministres des Affaires Etrangères des pays UE et ACP qui aura lieu cette semaine à Ouagadougou au Burkina-Faso pour appeler à la normalisation de la coopération avec l’UE suspendue depuis dix(10) ans.

Dans les deux(2) cas de figure, la démarche du pouvoir -RPT pour le moins qu’on puisse dire, ne tient pas la route. Comment peut-on d emander réparation quand on est à l’origine de la suspension ? L’Union Européenne a plusieurs fois martelé les conditions minimales de sortie de crise. Cependant on a toujours fait croire que le Togo pouvait se suffire à lui-même sans l’aide de l’extérieur.

Aujourd’hui donc, le pouvoir RPT pourra s’agiter ou se débattre comme un beau diable dans de l’eau bénite, la position de l’UE ne changera pas d’un iota même si le pouvoir - RPT est toujours jà ses trousses. Dans ces conditions, c’est au peuple à qui on a promis ciel et terre lors des campagnes législatives qui va payer les pots cassés. Une fois encore, le pouvoir aura abusé les populations qui, depuis les lustres, ne font que tirer le diable par la queue.
Il ne faudrait pas se cacher la face et contrairement à ce qui se dit, le Togo ne peut se permettre de se passer d’ aides de l’UE même si parfois, face à la misère de peuple, certains dirigeants en font un fond de commerce.

A quand la fin de ce système ? A franchement pa rler, nous ne saurions r épondre. Cependant il appartient à l’ensemble des Togolais d’apporter leur pierre à l’édification d’un Togo de liberté et de justice.

Par ailleurs, il incombe au pouvoir trentenaire qui a pris le peuple en otage de changer le fusil d’épaule et de mettre au centre de ses préoccupations le langage de la vérité et de l’amour du pays.

Juan DJIMABI

 

© Copyright Juan DJIMABI

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mardi
27 juin 2017
Lomé 25°C (à 07h)