Hebdo Santé

Le méthanol, l’alcool qui tue !

par Destination Santé , le 14 août 2007, publié sur ufctogo.com

La rubrique Santé de la semaine : Le méthanol, l’alcool qui tue ! :: Une nouvelle classe d’anti-VIH :: Mesdames, le café est bon pour votre mémoire ! :: VIH-SIDA : le secret du « réservoir viral » percé :: La Commission européenne suspend l’AMM de Viracept.

 

Le méthanol, l’alcool qui tue !

Rien de tel qu’un petit alcool de mil, de maïs ou d’huile de palme, pour... mal démarrer une journée. En Afrique, les alcools de fabrication artisanale occupent une place de choix au palmarès des boissons alcoolisées. Ils sont vendus - souvent par des femmes - dans la rue même. Et à un prix défiant toute concurrence. Mais gare, ces produits sont doublement dangereux !

Au-delà des risques propres à l’excès d’alcool, ces produits bien
particuliers peuvent entraîner des nuisances physiques et psychologiques catastrophiques. Leur danger vient du fait qu’ils contiennent du méthanol, un alcool très toxique pour l’organisme, et qui apparaît au cours de la distillation.

Tous ces breuvages distillés doivent impérativement être débarrassés du
méthanol qu’ils contiennent. Complètement, ou pour la plus grande part. Malheureusement, le matériel utilisé dans le cadre des fabrications artisanales de ces boissons alcoolisées est bien trop rudimentaire pour que ce soit possible. Et... le méthanol finit dans le verre.

Quand il est absorbé par l’homme, il se transforme en un acide - l’acide formique - que le corps ne sait pas éliminer. Cet acide finit par bloquer le système nerveux. Il entraîne cécité, coma voire, à terme, la mort. Nausées, vomissements, ankyloses et maux de tête doivent alerter le consommateur : ce sont les premiers symptômes de l’absorption de méthanol et dans ce cas, il faut tout de suite consulter un médecin.

http://www.destinationsante.com/fr_...

Une nouvelle classe d’anti-VIH

La Food and Drug Administration (FDA) des Etats-unis vient d’accorder son autorisation de mise sur le marché au maraviroc. Ce nouvel antirétroviral inaugure une nouvelle classe dans la lutte contre l’infection à VIH-SIDA, celle des anti-CCR5.

Pour être plus précis, le maraviroc est le troisième anti-CCR5 développé par l’industrie pharmaceutique. Mais il est le premier à franchir avec succès les étapes de son développement, jusqu’à la mise sur le marché. Il sera commercialisé par les laboratoires Pfizer sous le nom évocateur de Selzentry.

A la différence des autres antirétroviraux, ce nouveau type de médicament n’attaque pas le VIH au niveau des globules blancs. Il empêche au contraire son entrée dans les cellules indemnes, par blocage des co-récepteurs du CCR5, qui sont leur principale voie d’accès au niveau cellulaire. Le CCR5 est en effet une protéine qui se trouve à la surface de certaines cellules immunitaires, cibles d’élection du VIH.

Synthétisé pour la première fois en 1997, le maraviroc aura connu un
développement très rapide. Il devrait « constituer un apport important pour beaucoup de malades infectés par le VIH et qui n’ont pas répondu à d’autres traitements » indique le Dr Steven Galson, qui dirige les services d’évaluation et de recherche de la FDA.

http://www.destinationsante.com/fr_...

Mesdames, le café est bon pour votre mémoire !

La soixantaine une fois passée, trois tasses de café (ou 6 tasses de thé) quotidiennes suffiraient à protéger les fonctions cognitives. Mais celles de ces dames, seulement. C’est la conclusion d’une nouvelle étude menée par une équipe de l’Institut national de la Santé et de la Recherche médicale (INSERM).
Karen Ritchie et ses collègues de Montpellier ont suivi 4 197 femmes et 2 820 hommes de plus de 60 ans pendant 4 ans. Leur consommation de café ainsi que leurs fonctions cognitives ont été évaluées de façon périodique. Il en ressort que par rapport à des consommatrices plus modérées - une tasse de café par jour - la consommation de trois tasses de café par jour « au minimum » réduirait de... 30% le risque de déclin cognitif. Mais chez les femmes seulement.

Mieux, l’effet protecteur du petit noir augmenterait avec l’âge ! A
quatre-vingts ans, les grandes buveuses de café ont ainsi vu leur risque de déclin cognitif réduit de... 70% ! De là à prescrire du café pour protéger la mémoire des patientes âgées, il n’y a qu’un pas que Karen Ritchie... ne franchit pas. « Nous devons approfondir nos recherches pour comprendre comment ce psychostimulant qu’est la caféine agit au niveau cérébral ».

http://www.destinationsante.com/fr_...

VIH-SIDA : le secret du « réservoir viral » percé

Du nouveau dans la recherche sur le VIH-SIDA. Une équipe française vient de révéler son « réservoir » dans l’organisme. Niché dans les ganglions lymphatiques de la région intestinale, le virus échappe ainsi au contrôle du système immunitaire. C’est ce « réservoir viral » - longtemps soupçonné mais jamais identifié - qui permettrait au virus de persister chez des patients infectés depuis plus de 10 ans... avec une charge virale pourtant indétectable.

Jérôme Estaquier et ses collaborateurs de l’Unité INSERM 841 (Institut
Mondor de Recherche Biomédicale de Créteil), du CNRS et de l’Institut
Pasteur ont également découvert que chez les séropositifs, les lymphocytes TCD8 ne jouaient pas leur rôle en raison d’un défaut de survie. Les Lymphocytes T CD8 ? Se sont des « tueurs » qui normalement, attaquent les virus et les détruisent. « Ces travaux apportent des éléments essentiels qui devraient permettre de tester de nouvelles stratégies pour combattre l’infection par le VIH », concluent les auteurs.

http://www.destinationsante.com/fr_...

La Commission européenne suspend l’AMM de Viracept

Après le retrait du marché européen de Viracept en juin dernier, Bruxelles vient de suspendre l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de cet antirétroviral. Une décision fondée sur les conclusions scientifiques de l’Agence européenne du médicament (EMEA), et qui fait suite à des consultations avec les Etats-membres.
Jusqu’alors, l’EMEA avait simplement « recommandé » aux Etats-membres de suspendre l’AMM de ce produit « tant que sa qualité et sa sécurité ne
pouvaient être garanties ». La France avait d’ailleurs suivi cette
recommandation.

La suspension de Viracept avait été motivée par la contamination de certains lots par de l’éthylmésilate, une substance génotoxique. Désormais, « elle ne peut être levée que par une autre décision de la Commission, après évaluation de nouvelles données par l’EMEA » souligne la représentation française de la Commission européenne.

http://www.destinationsante.com/fr_...

 

© Copyright Destination Santé - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
20 août 2017
Lomé 23°C (à 22h)