Généalogie

Le cas Eyadéma et N’Danida

par La rédaction UFCTOGO.COM , le 3 juillet 2004, publié sur ufctogo.com

Depuis quelques jours, le dictateur togolais séjourne à Pya, sa ville natale, distante de 400km de Lomé. Notre homme est coutumier de ce séjour en cette période de l’année. Il se déroule en effet, des cérémonies traditionnelles.

 

Initiation de jeunes filles et de garçons, que Gnassingbé Eyadéma suit attentivement (les luttes en particulier).

En ce moment donc de l’année, toute la vie politique se concentre dans ce petit bourg de la partie septentrionale du pays que d’anciens barons du régime avaient érigé en terre sainte du Togo : n’avait-elle pas produit cet homme aux "capacités supra humaines qui conduit le Togo depuis 40ans".

Le spectacle est haut en couleur ; on voit au coté de Gnassingbé Eyadéma d’illustres personnalités, mais aussi du menu fretin. Eyadéma n’a pas son pareil pour attirer la lie et les malhonnêtes.

Cette année, une bien meilleure comédie nous est offerte. Il s’agit de manifestations du " 20ème anniversaire du décès de Maman N’danidaha ". C’est cette pauvre bougre inconnue, et anonyme que les médias publics togolais désignent comme la " vénérée Maman N’danidaha qui a donné au Togo un homme d’Etat de carrure internationale ".

Le quotidien gouvernemental Togo-Presse consacra pas moins de sept pages à la cérémonie. Laurent Gbagbo fut du nombre des invités. Ibrahim Boubacar Kéita fut aussi logé à bonne place. On reconnaissait aussi Lansana Kouyaté, ancien secrétaire de la CEDEAO, et qui du reste est un habitué et un des groupies attitrés de Gnassingbé Eyadéma. Jacques Obia, ambassadeur du Congo et qui préside le comité des ambassadeurs ACP (partie aux consultations UE-TOGO) fait désormais partie du fan-club de Gnassingbé Eyadéma. Michel-Ange Scarbonchi, au chômage (ancien député européen) ne voulait pas manquer ce rendez-vous de l’histoire... Et puis, on y trouve toujours son compte d’aller rendre visite à Eyadéma...

En réalité tout cet assaut de piété filial s’explique par l’absence de la mère durant l’enfance. Eyadéma lui substitue une image idéale de la mère. il n’a guère vécu une relation normale mère-fils. Pas plus qu’il ne connut son père. A la mort de son père, sa mère se remaria avec un certain Donou ( père de Toyi Gnassingbé, son demi-frère, ex-colonel, mort pendant l’attaque la primature en décembre 1991). Le clan Gnassingbé ne fait en rien partie des familles patriciennes de la région. Au contraire, Eyadéma, obnubilé par une revanche sur ses origines va travestir l’histoire, la réalité et chercher à humilier tout ce qui lui rappelle l’excellence et l’exemplarité.
En effet, la problématique posée par Jean de Menthon dans son ouvrage, « A la rencontre du Togo » prend tout son sens et mérite que des chercheurs y réfléchissent : « s’il est déjà étonnant qu’un homme que rien n’avait préparé à n tel honneur ait pu accéder au pouvoir dans un des pays les plus évolués d’Afrique, il l’est encore plus qu’il ait pu y rester plus de vingt-cinq ans et qu’il ait été apprécié, flatté, cajolé à l’extérieur ».

 

© Copyright La rédaction UFCTOGO.COM

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
dimanche
22 octobre 2017
Lomé 28°C (à 18h)