UE-TOGO

Le Togo promet des réformes démocratiques à l’Union européenne

par Le Monde (France) , le 15 avril 2004, publié sur ufctogo.com

Après dix ans de relations bloquées, l’Union européenne (UE) parie sur un infléchissement démocratique du président togolais, Gnassingbé Eyadéma, au pouvoir depuis trente-sept ans. Selon Bruxelles, les 22 engagements contractés, mercredi 14 avril, par les autorités togolaises pourraient - s’ils sont appliqués - entraîner une ouverture sans précédent du régime.

 

Après avoir séjourné à Paris, la délégation togolaise, conduite par le premier ministre Koffi Sama, a ouvert des consultations avec l’UE afin d’envisager une reprise de l’aide, interrompue en 1993 pour cause de "déficit démocratique" au Togo. "Vu la multitude de promesses non tenues faites pendant des années par le gouvernement de Lomé, nous avions besoin d’engagements concrets", explique-t-on, de source européenne.

Ces discussions, qui se sont tenues dans le cadre de l’article 96 de l’accord de Cotonou régissant les relations entre l’UE et les pays ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique), ne signifient nullement que l’Union porte un jugement positif sur la situation au Togo. "Le déficit démocratique et le faible respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales" continuent de constituer une violation de l’accord de Cotonou, estime l’Union."C’est de l’ampleur et de la matérialisation des engagements pris par les autorités togolaises que dépendront la nature et l’étendue des mesures appropriées qui seront, le cas échéant, adoptées", insiste-t-on à Bruxelles.

Ces engagements prennent notamment la forme de l’annonce "sans délai d’une reprise ouverte et crédible du dialogue national avec l’opposition traditionnelle et la société civile", et de la garantie d’une "action libre de tout parti politique, à l’abri de tout acte de harcèlement, d’intimidation ou de censure". Les autorités togolaises doivent favoriser un accès équitable de tous les partis politiques aux médias. Une révision du cadre électoral devra avoir lieu dans un délai de six mois, de nouvelles élections législatives devront être organisées "dès que possible" et des élections locales dans un délai de douze mois, avec, à chaque fois, la présence d’observateurs.

La garantie "à tout moment" de l’absence d’exécutions extrajudiciaires, de tortures et d’autres actes inhumains et dégradants, la poursuite des auteurs de tels sévices, la libération de l’ensemble des prisonniers politiques, le libre accès aux détenus par des avocats, des organisations humanitaires et des médecins, la garantie du droit à la libre expression et du droit à la libre circulation à tous les acteurs politiques sont également prévus. Le gouvernement du président Eyadéma devra fournir, les 1er juin et 1er juillet, des rapports portant sur les progrès réalisés dans les "différents domaines de ce dialogue", lequel va se poursuivre pendant six mois avant toute décision.

L’Union s’engage, de son côté, à apporter "un soutien financier et technique" pour la mise en œuvre de ces engagements, lequel n’a rien à voir, précise-t-on à la Commission, avec l’aide du Fonds européen de développement (FED), interrompue depuis onze ans. A Lomé, on évalue ce "manque à gagner" à quelque 225 millions d’euros pour la période 1993-2003, un montant jugé très exagéré par la Commission européenne. Ce revirement supposé des autorités togolaises est expliqué, de sources européennes, par les fortes pressions exercées par la France sur le président Eyadéma, lequel a pourtant bénéficié d’un soutien constant de Paris depuis plusieurs décennies.

Tout en se gardant de tout triomphalisme, les diplomates européens constatent que le mécanisme de l’article 96 de l’accord de Cotonou, qui a entraîné des résultats positifs, en 2003, avec la République centrafricaine, semble plus efficace que la politique de sanctions appliquée au Zimbabwe, qui continue de défier la communauté internationale. Le premier, résume un diplomate français, "est un processus concerté, plus intelligent, fondé sur un dialogue associant les deux partenaires".

 

© Copyright Le Monde (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
mercredi
29 mars 2017
Lomé °C (à 0h)