Opinion

Le Togo encore sur une fausse route

par Franck koekou AMPA , le 22 septembre 2006, publié sur ufctogo.com

 

Un gouvernement prétendument d’union nationale vient d’être formé sans la participation du principal parti de l’opposition, l’UFC. En réalité le RPT qui dirige le Togo depuis plus de 40 ans et ses satellites conservent tous les postes de souveraineté. En même temps il donne des signes d’un verrouillage sécuritaire en désignant un militaire indexé par le dernier rapport de l’ONU (août 2005) comme l’un des commanditaires de la répression ayant suivi les présidentielles d’avril 2005 : le Colonel Atcha Titikpina. Rappelons que l’accord politique global recommande que l’armée et les militaires soient écartés du débat politique. L’opposition dite radicale représentée à ce gouvernement par le CAR et la CDPA reçoivent le premier ministère et cinq postes de moindre importance (2 pour le CAR et 3 pour la CDPA).

Nous devrions faire attention à des simplifications hasardeuses. Nous savons tous ce qui arrive à notre Togo. Il est impossible de régler cette situation catastrophique que vit le Togo en allant se jeter dans les bras du RPT ou en scellant un accord de collaboration avec la famille Gnassingbé. Le vrai problème que nous avons aujourd’hui. C’est que le régime héréditaire reste invincible. Nous sommes jeunes et avons encore la possibilité d’y réfléchir à quatre tours. La mauvaise façon de gouverner est encore là pour très longtemps et la misère qui a cours dans notre pays depuis si longtemps va perdurer aussi longtemps que va durer cette façon de faire cribler de manipulation.

Il faut simplement avoir le courage d’abord de dire non. Non à la tentation de céder à la facilité de faire un pas vers la fausse solution du "changement de l’intérieur". Le courage ensuite de créer et d’animer l’alternative ; celle qui consiste à aller au-delà de cet accord politique. Je crois que les Togolais de l’extérieur et les acteurs conscients de la société civile interne peuvent porter cet idéal et l’inscrire dans les faits. C’est pour cela qu’il faut désamorcer les appétits voraces de certains militants qui croient que l’heure est venue d’aller à Lomé pour être ministre. Quant à la société civile, la vraie, elle peut aider à avoir des élections réellement transparentes tout en obligeant la classe politique à ne pas minorer la demande nationale de changement politique.

N’est il pas vrai face à toutes ces manipulations que la démocratie n’est pas a l’horizon et j’ai peur de l’avenir de ce pays.

Comment est il possible que la nomination d’un premier intervienne le samedi et la prise de fonction lundi au soir ? Puis les diverses consultations mardi et un gouvernement d’union nationale le mercredi à midi. C’est la preuve même que le gouvernement a été formé avant sa nomination.

Le nouveau PM aura des marges des marges de manœuvres très étroites, avec un RPT plus puissant que jamais.

LA LUTTE CONTINUE

Fait à valence le 21 septembre 2006

Franck koekou AMPA

 

© Copyright Franck koekou AMPA

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
samedi
23 septembre 2017
Lomé 27°C (à 12h)