Energie

Le Togo carbure au pétrole

par Le Blog Finance (France) , le 24 novembre 2005, publié sur ufctogo.com

La question était sur toutes les lèvres au Togo depuis quelques années : Qu’est-ce qui peut motiver ce soutien infaillible de Jacques Chirac et de sa diplomatie au régime togolais ? Qu’y a-t-il au Togo, à part les phosphates, pour justifier une telle complaisance avec une dynastie qui a pris le pouvoir par le sang ? Dans son édition datée du 24 novembre 2005, le site internet Le Blog Finance (www.leblogfinance.com) apporte une des réponses à la question. Le Togo est un pays, cité par tous les experts comme un des plus importants secteurs d’exploitation pétrolière des prochaines années. Lisez plutôt.

 

Le Togo carbure au pétrole

Comme annoncé sur mon site depuis quelques mois ... il y a bien du pétrole au Togo, pays confronté jusqu’à peu à une vague de violence sans précédent, suite à une élection présidentielle contestée.
Si la nouvelle peut sembler incroyable, tel est bien le cas ...l’état togolais ayant même conclu des accords avec la Hunt Oil en 2001, laquelle s’associant en 2002 avec Petronas Carigali, société malaisienne, basée à Kualalumpur.

Si Africa Energy Intelligence mentionnait en Juillet 2005 le retrait de Hunt Oil au Togo .... le pays reste néanmoins mentionné sur la carte de ses activités d’exploration.
Le ministère de l’Energie et des Mines togolais informe désormais qu’une zone en eaux profondes aux larges des côtes togolaises couvrant une superficie de près de 4 km2 fera bientôt l’objet d’une exploration pétrolière.

Une annonce dudit ministère invite les sociétés pétrolières intéressées à soummissionner pour le bloc en eaux profonds offert à cet effet. L’appel d’offre qui expire le 1er mai 2006 propose un modèle de contrat de partage de la production.
Compte-tenu des surfaces mentionnées, il semble bien que cela soit le champ qui fut l’objet de l’accord de partenariat entre Togo Hunt Oil Company et Petronas.

Le Togo est un pays situé dans le golfe de Guinée, cité par tous les experts comme un des plus importants secteurs d’exploitation pétrolière des prochaines années.

GIF - 34 ko

Suite à un voyage du président togolais en Norvège en 1996, celui-ci demande à cette société novégienne « Petrolum Geo Service » (PGS) de venir explorer l’off-shore togolais.

De 1997 à 1999, le PGS réalise des études géophysiques de l’offshore togolais : la présence d’hydrocarbures est détectée en 1998 au large des côtes togolaises, et le 9 décembre 1999, la société présente les premiers résultats officiels au Président de la République : il y a du pétrole dans les eaux togolaises !

En 1999, le Togo se dote d’un code des hydrocarbures. En mai 2001, le gouvernement togolais conclut un contrat d’exploration avec la société texane Hunt Oil Company, laquelle réalise en suivant des forages de recherche dans les eaux territoriales pour évaluer la quantité et la qualité des ressources.

Le 24 avril 2002, est signé un accord de partenariat entre Togo Hunt Oil Company et Petronas. En juillet 2002, Hunt Oil Company conclut un accord d’exclusivité avec le Togo pour le 1er champ en eaux profondes togolais selon un périmètre défini en 15 blocs, correspondant à 4,067 km2.

Le 08 octobre 2002, le gouvernement togolais annonçait la signature de « l’Accord d’Opération Conjointes » entre le Togo, la Togo Hunt Oil Company et la Petronas Carigali. L’accord a été paraphé en présence du président togolais Eyadéma GNASSINGBE par le directeur général de "Togo Hunt Oil Company", Christopher STONE, et le ministre togolais de l’Equipement et des Mines, Andjo TCHAMDJA et en présence de l’ambassadeur américain au Togo, la Hunt Oil Company étant une société américaine.

Cet accord fixe les droits et obligations des parties à propos des opérations relatives au contrat pétrolier signé en avril 2002 sur le partage de la production. Il concerne notamment l’exploitation, l’évaluation, le développement et la production en commun des réserves d’hydrocarbures.

Toujours en Octobre 2002, se déroulent les élections législatives du Togo. Le pétrole sera l’argument premier de tous les candidats . On parlera du pétrole à partir du 11 octobre, début des campagnes. A l’époque, le pétrole servira tout comme le tronçon Sokodé-Kaboli, 90km environ, à l’Est de Sokodé, avait servi aux présidentielles de juin 1998.

Le Togo, Petronas and U.S.-independent Hunt Oil avaient planifié de commencer le programme d’exploration avant la fin de l’année 2003. Le 12 novembre 2002, la HUNT OIL COMPANY TOGO obtenait une licence sur le territoire togolais pour installation et exploitation d’un service VSAT , à savoir un service de communication par satellite.

AFRICA ENERGY INTELLIGENCE -dans son Edition française N°514 - 13/07/2005 titrait "TOGO Qui va remplacer Hunt ?" en précisant que, présent dans le pays depuis 2001, le groupe américain Hunt Oil s’était retiré du Togo suite à deux puits secs forés sur son gigantesque permis qui couvrait la quasi-totalité de l’offshore du pays.

Désormais l’était togolais fait appel au grand jour aux sociétés pétrolières intéressées à soummissionner pour le bloc en eaux profonds offert à cet effet.

Par Elisabeth Studer

 

© Copyright Le Blog Finance (France) - Visiter le site

Articles suivants

Articles précédents

Dépêches

UFC Live !

  • Vous devez installer le module flash correspondant à votre navigateur pour voir ce contenu.

WEB Radios - TV

WEB Radios
Tous unis pour un Togo libre et démocratique
lundi
29 mai 2017
Lomé 27°C (à 03h)